Carnets de route

Du grand champion confirmé au petit sportif du dimanche, matériel, vélo, courses, entraînement, technique & carnets de route

Modérateur: Animateurs pratique sportive

Re: Carnets de route

Messagepar Cuvet » 29 Mai 2019, 20:03

Sans PC pour en écrire des tartines, c'est compliqué de donner toutes mes impressions mais mon voyage à vélo a très bien commencé. Ce sentiment d'être seul avec son vélo et de n'avoir qu'à profiter, c'est génial. J'ai l'impression de ne pas avoir autant profité depuis des mois !
Modifié en dernier par Cuvet le 29 Mai 2019, 20:45, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Cuvet
Espoir
 
Messages: 863

Re: Carnets de route

Messagepar nailouj » 29 Mai 2019, 20:19

Cuvet a écrit:Sans PC pour en écrire des tartines, c'est compliqué de donner toutes mes impressions mais mon voyage à vélo a très bien commencé. Ce sentiment d'être seul avec son vélo et de n'avoir qu'à profiter, c'est génial. J'ai l'impression de ne pas avoir autant profiter depuis des mois !


Profite bien :ok:

Avatar de l’utilisateur
nailouj
Coureur pro
 
Messages: 1953

Re: Carnets de route

Messagepar Panzer » 03 Juin 2019, 22:13

A la découverte du Pays Gapençais

Ca faisait quelques années que je voulais venir à Gap pour explorer les nombreuses difficultés de la région. Avec ce pont de l'Ascension parfaitement calé fin mai, c'était l'occasion idéale pour passer 4 jours là-bas.

Jour 1 - A l'assaut du Colombis - 84km - 2.124m de D+

En ouverture, j'ai prévu de me faire mal sur le Mont Colombis. Je rejoins Gap en train de nuit, j'ai l'habitude de ce mode de transport et je sais que la "réussite" de la première sortie commence dans le train. Pas de chance, je tombe sur un comportement avec un bébé de quelques mois qui va rendre ma nuit douloureuse... Image

Avec quelques maigres heures de sommeil, je rejoins Gap et pars directement grimper le Col de la Sentinelle. Un petit bonheur de quitter la ville pour rejoindre une route sans circulation, avec des pentes douces voir plates tout le long, une montée d'échauffement idéale, parfait pour se réveiller.

La descente est dans un état correct, un poil sinueux par moment. Je rejoins ensuite la route pour Remollon, pied du Mont Colombis. Je pars pour essayer de faire un chrono (plus de 12 à l'heure). Le pied du Colombis est le plus aisé, les pentes sont plutôt douces malgré quelques rappels à deux chiffres. Les choses se corsent quand on passe par le village de Theus. On prend un virage à 180° et on entre dans une petite route, où la pente va se cabrer progressivement jusqu'à 13-14%. Image

Et ce sera un peu comme ça tout le long, le Colombis n'est pas une montée régulière, pas très propice à faire un chrono pour quelqu'un comme moi. C'est impossible de prendre un rythme. Un panneau annonce 8% ? On aura 300m à 4% suivi de 300m à 12%, et ainsi de suite. Un panneau à 13% de moyenne ? On aura 400m à 17% et 400m à 9%. A chaque changement de pentes, j'ai de plus en plus mal et je ne veux pas lâcher l'allure pour faire un bon chrono. Le final sera un calvaire mais je m'accroche dans la tête et je réussis on objectif. Le sommet offre un panorama magnifique. :love:

Image

La descente sera par contre dégueulasse, sur les freins constamment, elle est dangereuse. En descendant à 32 de moyenne, je suis dans la première moitié du classement Strava :lol: A noter que je n'ai pas croisé une seule voiture dans la montée et descente à partir de Theus.

Je finis ma sortie par un ravitaillement à Espinasse et par le Col de Lebraut, plus dur que les stas le montre. 8km à 5% dans le papier, mais si on retire la partie douce et la petite descente, on est sur du 6km à 8%. Heureusement la route est dans un parfait état et la circulation presque inexistante. Le sommet est bien sympa.

Image

Descente bien sympa sur Chorges où je peux me lâcher enfin, avant de rejoindre la Nationale pour rentrer à Gap. Elle est bien sûr sans intérêt mais permet de décompresser tranquillement.


Jour 2 - Dans le Dévoluy - 100km - 1807m D+

Après une bonne nuit de récup, je sens que mes jambes ont un peu mal. Je me suis vraiment arraché sur le Colombis mais j'ai connu pire. Je rejoins le col de Manse par une petite route très peu fréquentée, qui me permet de faire un petite classement sur Strava. La petite route est sympa, le grande route pour Manse sans trop d'intérêt. Image La descente sur grande route est très sympa par contre, je me perds un peu mais retombe sur mes pattes pour retrouver le col du Noyer.

Très flemmard au début, j'attends les 6km pour faire mon effort (objectif 30' / 12 de moyenne). Cette dernière partie se fait sur une petite route bien sympa, très calme. Plutôt en forêt la première partie, les 3 derniers kms sont un peu plus rocailleux. L'avant dernier kilo est une belle saloperie, avec un joli mur à 15% sur 400/500m. Les sensations sont pas exceptionnelles, la chaleur commence à taper mais je me bats sur ce magnifique final et j'atteins presque mon objectif temps. Coup de coeur pour le sommet du Noyer. :shock:

Image

La descente est agréable. Je m'arrête déjeuner très copieusement à Dévoluy. Image Du coup, le retour par les petits cols de Rioupes et Festre se fait au ralenti, sans effort, ce qui me permet de profiter des paysages du Dévoluy. Routes en très bon état, aucune circulation, jolis panoramas, le bonheur.

Image

La descente pour rejoindre la vallée est toute droite et agréable malgré le vent de face. Je rejoins Gap par une longue vallée, je pensais grimper vers Ceuze, mais la chaleur m'en a dissuadé. Image


Jour 3 - Petit test dans Moissière - 47km - 1084m D+

Je choisis une sortie plus tranquille, casée entre les "grandes" sorties. Direction le col de Moissière. Je sors de Gap en prenant une petite route jusqu'à la Bâtie-Vieille. Ca monte gentiment sans trop de pourcentages. J'y vais tranquille et je sens que mes jambes sont mieux qu'hier, du coup, je me décide à faire un petit chrono dans Moissière. 9km à 8%, je vise une moyenne à 13. Les 6 premiers kms sont assez simples, par contre les 3 derniers kms dans la forêt, c'est sauve qui peut, c'était aussi le cas dans Colombis et le Noyer, avec un avant dernier km terrible, à 11% avec de belles rampes à 15%. Je ne faiblis pas jusqu'au sommet et je réussis mon petit objectif, sans me mettre trop mal. :P

Image

Descente cool jusqu'à Ancelle, puis direction Manse / La Rochette pour retourner à Gap sur des routes "mythiques". J'ai la flemme, je m'applique à pas dépasser les 130bpm et je rentre tranquille pour regarder le Giro et en pensant à demain.


Jour 4 - Tour du Lac Serre-Ponçon par Pontis et la Route des Puys - 114km - 2135m D+

Ce sera la plus longue journée. Pas de grand col au programme, mais une ballade bien sympathique autour du Lac Serre-Ponçon. Je pars de Gap tranquillement, des longs faux-plats plutôt descendant m'amène vers Espinasse en fumant la pipe. Après Espinasse, on a une sorte de longue montée de 13km, que j'ai trouvé bien longue et chiante. Image

J'ai la flemme, je m'arrêter pisser un coup et envoyer un message. J'ai envie d'attaquer le col du Pontis. Une fois que la montée se termine, le bonheur. Une très belle descente avec point de vue superbe sur le lac, de belles routes larges, sans circulation me permettent de rejoindre le pied du Pontis.

Image

Je vise les 12 de moyenne, mais je déchante rapidement. Le revêtement est dégueulasse, avec des gravillons à chaque virage. Je patine trop souvent et le pire va arriver avec un problème de derrailleur vient plomber mes 2 premiers kilos. Je suis obligé de faire un effort grand plateau pour régler le problème. Image

Le Pontis est dur, pentu mais assez court. Après des efforts inutiles, je me refais bien pour le final et finis fort, le temps est pas mal, peut mieux faire dans de bonnes conditions. Panorama pas génial sur ce versant, même si la petite route est sympa. Par contre, l'autre versant offre des paysages superbes.

Arrêt à Savines-le-Lac pour se ravitailler et je pars direction la Route des Puys. J'ai un peu de mal sur la première montée, digestion oblige, mais franchement ses 25kms sur la Route des Puys sont parmis mes plus grands souvenirs en France. On est vraiment seul au monde dans un cadre de rêve, sans voiture, sans moto, juste moi et mon vélo. Je prends mon pied sur ses routes, je regrette même que ce soit pas plus long.

Image

Image

Image

Je suis sur le chemin du retour, descente vers Chorges superbe. Je veux éviter la Nationale en prenant deux petites routes plus casses pâtes. Pour finir en beauté, je vise un top 10 Strava sur ma dernière difficulté. Je m'arrache et réussis, ce qui clôture très bien mon weekend. Image


Au final, super content de ce weekend. Je recommande clairement ce coin ! Par contre, je crois qu'il faut éviter l'été car la chaleur doit être insupportable. Fin mai, les cols sont ouverts, les sommets encore enneigés et la chaleur est supportable. On est en basse-saison, les stations sont fermés, ce qui fait que les routes sont incroyablement calmes en dehors des artères principales. :o

Plus personnellement, ce petit weekend est une bouffée d'oxygène pour moi. Après une année délicate, j'ai vraiment redécouvert le bonheur de pédaler, d'explorer, de grimper de nouveaux cols. Ca fait longtemps que j'ai pas eu cette sensation et c'est génial de la retrouver. Je suis aussi content de voir qu'en bornant bien moins cette année, je suis capable de garder un niveau équivalent voir mieux. Niveau sensations, c'était très bien, j'avais la forme de ma vie mais avec le malus allergie Image Pour le coup, c'est vraiment quelque chose que je dois soigner...

J'ai senti que le coup de pédale de puncheur et celui de grimpeur n'était pas du tout les mêmes. Je pense que c'est vraiment un gros axe d'amélioration à faire pour moi. Je grimpe presque tout grand plateau comme un bourrin chez moi, je gagnerais à "affiner" mon coup de pédale. C'est quelque chose que je compte bien travailler ce mois-ci avant d'y retourner !

Avatar de l’utilisateur
Panzer
Directeur sportif
 
Messages: 15028

Re: Carnets de route

Messagepar Geraldinho » 03 Juin 2019, 23:20

Panzer a écrit:Je recommande clairement ce coin !


Tu m’étonnes !
Les photos parlent d'elles même :love: :love: :love:

Plus que 3 semaines et moi aussi j'y serai dans les Alpes :banana

EDIT : du coup 345kms et 7150m de D+ en 4 jours, ma foi :ok:

Avatar de l’utilisateur
Geraldinho
Directeur sportif
 
Messages: 11210
Localisation: Près des volcans d'Auvergne...

Re: Carnets de route

Messagepar Koudfoli » 04 Juin 2019, 12:41

Super CR Panzer. Ça donne envie. :up

Avatar de l’utilisateur
Koudfoli
Cyclo du dimanche
 
Messages: 182

Re: Carnets de route

Messagepar bapt77 » 04 Juin 2019, 14:17

CR très efficace Panzer :ok: ça donne envie surtout avec ce temps magnifique que tu as eu.
Je suis sûr que tu as aussi apprécié un séjour un peu moins montagneux que d'habitude. Ça change d'où ton expérience positive :o

Avatar de l’utilisateur
bapt77
Coureur pro
 
Messages: 1979
Localisation: Dans mes chemins de chèvres à la recherche de nouveaux cols

Re: Carnets de route

Messagepar Jenth » 04 Juin 2019, 19:11

Merci pour le CR.

Avatar de l’utilisateur
Jenth
Terreur de critérium
 
Messages: 681
Localisation: Univers tiers 42

Re: Carnets de route

Messagepar jeanbonnot » 04 Juin 2019, 21:34

Super CR, superbes photos et récit qui donne envie. J'aime comme tu arrives à te concentrer sur tes objectifs sportifs tout en gardant les yeux ouverts sur la beauté des environs :heureux:

Avatar de l’utilisateur
jeanbonnot
Gregario
 
Messages: 2459

Re: Carnets de route

Messagepar Panzer » 05 Juin 2019, 00:36

Merci les gars :ok:

bapt77 a écrit:CR très efficace Panzer :ok: ça donne envie surtout avec ce temps magnifique que tu as eu.
Je suis sûr que tu as aussi apprécié un séjour un peu moins montagneux que d'habitude. Ça change d'où ton expérience positive :o

Oui il y avait des terrains différents dans la région et pas seulement des cols, ça m'a permis de varier les plaisirs. J'ai fait en sorte de ne pas surcharger mes sorties, ça m'a permis d'être bien chaque jour et de bien profiter de chaque journée. :heureux:

Avatar de l’utilisateur
Panzer
Directeur sportif
 
Messages: 15028

Re: Carnets de route

Messagepar Klira » 05 Juin 2019, 06:21

Top Panzer ! ;)

Avatar de l’utilisateur
Klira
Maillot jaune
 
Messages: 10850
Localisation: Proserpina’s gardens

Re: Carnets de route

Messagepar JackyDurand » 05 Juin 2019, 08:45

J'y étais l'été dernier, c'est une région très sympa, encore plus chouette au printemps avant l'arrivée des touristes et des grosses chaleurs. Content que tu en aies un peu bavé dans le Noyer :mrgreen:
Le Tour y va régulièrement mais ignore encore trop les belles côtes du secteur. On peut tracer 100 bornes finales magnifiques dans le bassin de Gap. De quoi déposer une candidature pour un championnat du monde !

Avatar de l’utilisateur
JackyDurand
Maillot vert
 
Messages: 4966
Localisation: Trifonivanologue du 01

Re: Carnets de route

Messagepar Leinhart » 05 Juin 2019, 09:19

Quand j'avais été à Gap y'a 4 ans, j'avais la voiture et j'avais priviliégié les hauteurs (Agnel et Bonnette notamment). C'est dommage que j'ai pas plus exploré les environs, la photo au sommet du Noyer est magnifique :o
On t'a surement déjà posé la question, mais le vélo dans le train de nuit ça se passe comment ? Je sais pas si j'arriverais à dormir sereinement avec mon vélo à côté :moqueur:

Avatar de l’utilisateur
Leinhart
Directeur sportif
 
Messages: 7822
Localisation: Toulouse

Re: Carnets de route

Messagepar ElRojo » 05 Juin 2019, 09:25

Superbe CR Panzer ! Ça donne envie, il y a l'air d'avoir vachement de variété de cols dans une zone relativement restreinte :o

Avatar de l’utilisateur
ElRojo
Jersey rojo
 
Messages: 7253
Localisation: Flandrien en devenir

Re: Carnets de route

Messagepar JackyDurand » 05 Juin 2019, 09:57

Leinhart a écrit:On t'a surement déjà posé la question, mais le vélo dans le train de nuit ça se passe comment ? Je sais pas si j'arriverais à dormir sereinement avec mon vélo à côté :moqueur:


Pour les problèmes de ronflement, consulter son vélociste.

Avatar de l’utilisateur
JackyDurand
Maillot vert
 
Messages: 4966
Localisation: Trifonivanologue du 01

Re: Carnets de route

Messagepar Panzer » 05 Juin 2019, 10:18

JackyDurand a écrit:J'y étais l'été dernier, c'est une région très sympa, encore plus chouette au printemps avant l'arrivée des touristes et des grosses chaleurs. Content que tu en aies un peu bavé dans le Noyer :mrgreen:
Le Tour y va régulièrement mais ignore encore trop les belles côtes du secteur. On peut tracer 100 bornes finales magnifiques dans le bassin de Gap. De quoi déposer une candidature pour un championnat du monde !

Carrément, c'est dommage que le Tour soit trop stéréotypé quand il arrive à Gap...

Leinhart a écrit:Quand j'avais été à Gap y'a 4 ans, j'avais la voiture et j'avais priviliégié les hauteurs (Agnel et Bonnette notamment). C'est dommage que j'ai pas plus exploré les environs, la photo au sommet du Noyer est magnifique :o
On t'a surement déjà posé la question, mais le vélo dans le train de nuit ça se passe comment ? Je sais pas si j'arriverais à dormir sereinement avec mon vélo à côté :moqueur:

Je m'en rappelle, je pense que t'as bien fait d'aller chercher les +2000, vu la chaleur qu'il peut faire en juillet. :o

Tu as un espace vélo (assez mal foutu...) dans lequel tu peux l'attacher. Je me suis jamais senti inquiété.

Image


ElRojo a écrit:Superbe CR Panzer ! Ça donne envie, il y a l'air d'avoir vachement de variété de cols dans une zone relativement restreinte :o

Oui carrément, c'est fait pour tous les niveaux. Le Colombis, je l'ai trouvé plus dur que le relais du Chat. Ca manque peut-être d'autre HC, mais y a pas mal de 1C/2C/3C dans un petit périmètre. Les machines peuvent vraiment se faire plaisir en tracant des gros tracés. Pour un niveau intermédiaire comme moi, c'était le compromis parfait. Et pour un débutant, c'est pas mal également sachant qu'on peut facilement éviter les grosses saloperies.

Avatar de l’utilisateur
Panzer
Directeur sportif
 
Messages: 15028

Re: Carnets de route

Messagepar Lucas04100 » 05 Juin 2019, 20:23

Très sympa ton CR bravo Panzer :love:
Le sommet de Moissières ça rappelle des souvenirs :love:

Avatar de l’utilisateur
Lucas04100
Maillot jaune
 
Messages: 10557
Localisation: Elfyn Evans et Hayden Paddon

Re: Carnets de route

Messagepar JackyDurand » 05 Juin 2019, 20:40

Lucas04100 a écrit:Le sommet de Moissières ça rappelle des souvenirs :love:


L'échappée porcine de Steve Cummings dans le Dauph' 2016 ? :sarcastic:

Avatar de l’utilisateur
JackyDurand
Maillot vert
 
Messages: 4966
Localisation: Trifonivanologue du 01

Re: Carnets de route

Messagepar Lucas04100 » 05 Juin 2019, 22:09

JackyDurand a écrit:
Lucas04100 a écrit:Le sommet de Moissières ça rappelle des souvenirs :love:


L'échappée porcine de Steve Cummings dans le Dauph' 2016 ? :sarcastic:

Non le Monte Carlo, mon rdv annuel.

Avatar de l’utilisateur
Lucas04100
Maillot jaune
 
Messages: 10557
Localisation: Elfyn Evans et Hayden Paddon

Re: Carnets de route

Messagepar Cuvet » 10 Juin 2019, 20:14

Les champs de bataille 14-18 à vélo

Pour me rendre à Dunkerque, j'avais prévu de prendre le train, mais mes parents me proposent de m'emmener et d'en profiter pour visiter la région de leur côté. Le voyage en voiture se passe bien sous un temps assez maussade.


1er jour : Dunkerque - Ypres (80 km)

Départ retardé à cause de la pluie. Le reste de la journée a été couvert, venté (dans le dos) mais sec. Une grosse partie du parcours s'est faite en Belgique où les routes étaient quasiment toujours doublées de pistes cyclables.

Je tombe sur un premier cimetière à Zuydcoote avec des tombes françaises, allemande, belges et britanniques. Je m'arrête. Même si j'ai programmé un certain nombre de site sur mon trajet, je me garde la possibilité de m'arrêter dans d'autres endroits quand je le juge intéressant.

Sur le chemin, le Boyau de la mort, le cimetière allemand de Langemark, le monument de Guynemer et le cimetière britannique de Tyne Cot. Ce dernier était vraiment le point d'orgue de la journée.

La visite du In Flanders Fields Museum a été en revanche assez décevant. C'est trop général.

J'ai vu beaucoup de cimetières et monuments sur la route, mais c'est vite devenu compliqué de s'arrêter à chaque fois.

Ce passage en Belgique aura été mitigé, il y a finalement beaucoup de différences avec la France. C'était un peu compliqué de se ravitailler, faute de boulangerie et de superettes. J'ai aussi été surpris du peu de personnes parlant français, je sais qu'on est en Flandre mais je n'étais qu'à 20 km de la frontière française.


2e jour : Ypres - Arras (120 km)

Départ sous le soleil, ça change ! Le prix à payer était un petit vent de face. Parcours un peu plus vallonné que la veille sur des routes en état variable.

Beaucoup de monuments et de cimetières sur le parcours. J'ai du m'arrêter pour en voir une quinzaine et je suis passé à côté de nombreux autres sans m'arrêter. J'ai passé un peu de temps à Notre-Dame de Lorette.

La journée a été très internationale avec l'Irlande , la Grande Bretagne , l'Australie , l'Inde , le Portugal , la Tchécoslovaquie , la Pologne et le Canada .

Je suis impressionné par les cimetières britanniques avec des tombes très travaillées et très bien entretenues, entourées de beaux monuments. Il y a beaucoup de monde pour les visiter, notamment des groupes d'étudiants.

J'ai un peu de mal à trouver mon rythme entre le vélo et les visites. J'ai l'impression de parfois visiter au pas de charge si je veux tenir mon planning.

Je suis agréablement surpris par Arras, avec une belle place et de jolies terrasses.


3e jour : Arras - Péronne (105 km)

Journée avec un ciel couvert et toujours beaucoup de vent (avec un circuit qui tourne souvent, ça ne dérange pas trop) et quelques gouttes de pluie. Des rencontres cyclistes avec des sorties club le matin et le responsable des traits d'union européens (https://ffvelo.fr/randonner-a-velo/ou-q ... dKLj1ZYTnQ)

Encore beaucoup de sites sur le parcours aujourd'hui. J'ai dû encore m'arrêter une quinzaine de fois et je suis passé à côté de beaucoup d'autres. Comme j'avais un peu moins de kilomètres j'ai pu prendre un peu plus mon temps. J'ai tracé tout mon circuit dans mon GPS, mais une fois sur le terrain, je prends quelques libertés (ce qui m’entraîne à faire un peu de gravel).

Toujours beaucoup de pays : Australie , Terre-Neuve , Ulster , Grande-Bretagne , Pays de Galles et Afrique du Sud .

De nombreux cimetières :

avec toujours des groupes de scolaires (non français).

Cette photo montre que les Britanniques sont toujours présents pour entretenir leur lieux de mémoire.

Le Commonwealth War Graves Commission (CWGC https://www.cwgc.org/) fait vraiment un travail extraordinaire.

Le soir, je retrouve mes parents à Péronne pour le repas.

J'ai vu beaucoup de sites ces deux derniers jours et j'ai toujours cette petite frustration de ne pas y passer assez de temps.


4e jour : Péronne

Pas de vélo aujourd'hui

Visite de l'Historial de la Grande Guerre, un musée intéressant qui aborde les thèmes autour de la guerre.

Péronne est une jolie et agréable petite ville.


5e jour : Péronne - Soissons (125 km)

Enfin le soleil dès le matin ! Pour la première fois du voyage, je pars sans gilet ni machettes. Par contre, j'ai toujours ce petit vent dans le nez.

A la sortie de Péronne je laisse à nouveau un petit cimetière britannique sur la gauche, ce sera sûrement le dernier avant longtemps (même s'il y a une tombe au cimetière de Soissons). Le début d'étape est assez monotone sur une grande route (dans trop de circulation) au milieu des éoliennes et des champs de betteraves. Juste une petite alerte avec une piqûre d'insecte sur le nez, sans conséquence a priori.
J'ai presque oublié ce que c'était de rouler longtemps avec tous les arrêts de ces derniers jours. J'ai 45 km avant mon premier arrêt, des tranchées que je ne trouve pas. Je passe ensuite par un cimetière franco-allemand à Thiescourt.

Je me ravitaille mais ne m'attarde pas à Noyon, une ville assez moche, et à la sortie de la ville je décide de suivre les pancartes plutôt que la trace GPS. J'ai bien fait car je roule au milieu d'une forêt ombragée sur une route très calme.
À la clairière de l'Armistice, je décide de visiter le musée car j'ai un peu plus de temps aujourd'hui. Le musée est sympa, plutôt moderne, mais un peu cher à mon avis.

Ce jour, j'ai nettement moins de site au programme et je trouve intéressant cette possibilité de visiter quelque chose en route, je pense que c'est le rythme à suivre.

Je fais un dernier arrêt à la nécropole nationale de Vic-sur-Aisne assez singulière avec ses tombes d’aumônier russe et du seul combattant chinois mort au front. Je fais le plein d'eau au cimetière d'à côté avant de finir tranquillement.

La journée a été chaude, je prends une bonne bière dans le centre de Soissons avant d'aller à mon hôtel qui est dans une zone commerciale.


6e jour : Soissons - Reims (125 km)

Départ compliqué à cause d'une trace GPS mal préparée. Je me retrouve sur de jolies petites routes sans aucune voiture. C'est sympa même si ça me coûte 5 km. Je vais chercher un coup de tampon à Fère-en-Tardenois pour le BCN (https://ffvelo.fr/randonner-a-velo/ou-q ... ZU3-3dZPt0). Je fonce ensuite vers le Chemin des Dames avec le vent dans le dos, un vrai bonheur.

Le matin c'était cyclo, l'après midi c'est tourisme. Je commence le Chemin des Dames par le fort de Malmaison où il n'y a rien à voir. Après une nécropole française un peu plus jolie que la norme à Cerny-en-Laonnois, je m'arrête à la Caverne du Dragon pour une visite guidée très sympathique. Comme la veille, je trouve sympa d'avoir le temps de faire une vraie visite. Le Chemin des Dames est assez agréable à vélo (à noter qu'une bande bleue sur les côtés accompagne toute la route). C'est assez bien indiqué, tout comme le Center Parcs local, ce qui, à mon avis, en dit long sur la culture de la mémoire française.


Les 30 derniers kilomètres sont par contre très très pénibles sur une grande route en ligne droite avec le vent de trois quart face. Un passage en montagne russe est un vrai supplice. L'arrivée dans Reims est aussi très chiante.


7e étape : Reims - Ste-Ménéhould (125 km)

La météo annonçait de la pluie mais au réveil le ciel est clair. Je pars donc comme les autres jours en me disant qu'on verra bien en route. Je ne prendrait que quelques gouttes en fin de matinée.

Je commence par un petit tour dans la montagne de Reims au milieu des vignes. Des bornes indiquent les grandes maisons de Champagne (je n'ai pris en photo que celle en rapport avec le vélo).


Après quelques nécropoles françaises je m'arrête à un cimetière russe puis un cimetière franco-germano-polonnais . Suit ensuite l'ossuaire de Navarin . Au mémorial américain de Blanc-Mont, je monte au sommet de la tour . Je prends ensuite des petites routes très bucoliques pour aller à la Main de Messiges où une association aménage un site en recréant notamment les tranchées . C'est assez impressionnant.

Une belle journée au final. Pas de grosse visite mais j'ai pu passer du temps sur chacun des sites.

A Ste-Ménéhould, je me fais plaisir avec la spécialité locale : les pieds de cochon.


8e jour : Ste-Ménéhould - Verdun (120 km)

La journée la plus dure depuis le début de mon voyage. Je parle beaucoup du vent depuis le premier jour, mais aujourd'hui c'était vraiment terrible pendant 40 km au milieu du parcours. Les sacoches offrent une grosse prise au vent, j'étais scotché. Déjà sans sacoche, j'ai l'impression d'avoir vraiment du mal à avoir de la puissance sur le plat, mais là c'est vraiment compliqué. 55 kg c'est super en montagne, mais sur le plat ça coince.

Avant ça, j'ai pris mon temps le matin. La traversée du massif de l'Argonne par la route de la Haute Chevauchée se fait par une route forestière très tranquille. On y trouve des abris, une nécropole, un monument, des zones aménagées...

Après le mémorial américain de Varennes-sur-Argonne, la bute de Vauquois mérite le détour. C'est bien aménagé et les cratères de mines sont impressionnants.


Si j'ai pris du vent de face, c'est pour aller sue la Voie Sacrée. Rien de bien extraordinaire, ça reste une route avec beaucoup de circulation, mais il fallait y passer pour le symbole.



9e jour : Verdun

Journée de repos avec visite de Verdun. C'est une petite ville plus sympa que dans mon souvenir (j'y étais venu en 2005) mais il n'y a pas grand chose à y faire ou à voir. J'en profite pour faire une lessive. Globalement, les journées de repos, j'ai eu l'impression de ne pas faire grand chose et de tourner en rond.


10e jour : Verdun - St-Mihiel (140 km)

Ce qu'il y a de bien en vélo, c'est qu'on a le temps de penser à plein de choses en pédalant. L'alerte vent fort annoncée pour vendredi après midi m'inquiète un peu vu le profil de mon étape. Après quelques kilomètres, je me dis que ce serait une bonne idée de s'avancer de 40 km jusqu'à St-Mihiel. Je raccourcis mon parcours initial et le temps de trouver un endroit où le réseau passe, je recherche et réserve un hôtel.

En dehors de ça la journée a été dense autour de Verdun : le Mort Homme , la côte 304 , le Bois des Caures , Douaumont , Vaux ... Il y a des choses à voir quasiment tous les 500 m. Je passe un peu de temps au Mémorial de Verdun, un musée assez moderne et plutôt bien fait, dommage que je n'ai pas plus de temps.

Je récupère mes sacoches pour finir l'étape. La fin est assez dure, j'ai l'impression de découvrir des muscles. Le vélo avec sacoches, c'est vraiment une autre façon de rouler.

St-Mihiel, c'est pas terrible, mais ça m'avance bien pour le lendemain.


11e étape : St-Mihiel - Nancy (90 km)

Avant de partir, il faut que je tamponne pour mon BCN. A l'hôtel, il n'y a pas le nom de la ville sur le tampon. A la boulangerie, ils n'ont pas de tampon. La troisième tentative est la bonne dans un bar.

Départ directement dans le pentu. Même dans la pente je sens le vent, ça s'annonce bien. Dans la plaine, étonnamment, c'est moins violent... Je monte à la butte de Montsec par une route entièrement refaite, un vrai billard, encore meilleur qu'une arrivée du Tour de France. Beaucoup de sites se trouvent au sommet de bosses, ce qui s'explique militairement, mais qui entraîne un effort supplémentaire à vélo.

Je vais ensuite au cimetière américain de Thiaucourt. La classe à l'américaine ! Pelouse impeccable, tombes en marbre, du monde pour vous accueillir et répondre à vos questions... et même un tampon pour ma carte de route. Il y a du monde qui est en train d'entretenir le site, dont un qui enlève la mousse des arbres. A Montsec il y avait déjà quelqu'un qui enlevait les petites feuilles au souffleur. D'après les différents types de cimetières que j'ai pu voir, les nécropoles françaises font souvent un peu de la peine (je le dis sans gêne car je l'ai vu écrit sur un panneau explicatif en chemin).


Avant de redescendre sur Pont-à-Mousson, je m'arrête à une nécropole française un peu plus jolie que les autres avec quelques arbres.

L'arrivée sur Nancy est un peu pénible. Si je refais un voyage, j'éviterai les trop grosses villes.

Sinon, cet après-midi ça souffle fort à Nancy ! Je m'en suis bien tiré.


12e jour : Nancy - St-Dié-des-Vosges (115 km)

Sequence émotion aujourd'hui avec le passage par la nécropole de Reillon où mon arrière grand père est enterré. C'est une petite nécropole franco-allemande avec des soldats allemands des deux guerres mondiales.

Avant ça le départ de Nancy se fait avec toujours un fort vent. Il est de trois quarts dos, heureusement, mais je ne suis pas très rassuré avec les rafales. La route que j'emprunte a une large bande d'arrêt et je suis plutôt en sécurité. Je passe par un monument et une nécropole avant Lunéville.

L'après midi me rappelle que je commence à fatiguer un peu, il est temps que ça se termine. Étonnamment, je me sens plus à l'aise dans les cols, les premiers du voyage. Je finis par la très jolie nécropole de La Fontenelle en grès des Vosges.

Depuis Lunéville, je roule "à domicile", sur des routes globalement connues.

St-Dié-des-Vosges, c'est assez sympa. C'est le genre de petite ville qui me plait bien pour m'arrêter.


13e jour : St-Dié-des-Vosges - Mulhouse (115 km)

J'ai décidé d'annuler la dernière étape. Il est annoncé un temps terrible pour le dernier jour et je trouve un peu con de faire cette dernière étape sous la pluie à 50 km de chez moi.

Pour la première fois depuis le départ j'ai un peu de stress au début de la journée car j'ai un train à prendre. Je vise celui de 16h, car le suivant est à 18h. Normalement ça passe tranquille, mais avec le dénivelé, la fatigue et les arrêts, ça peut être juste.

Jusqu'à maintenant je prenais mon temps le matin, mais aujourd'hui je me presse un peu. Le petit déjeuner ouvre à 7h30 et je réussis à partir à 8h. Je dois prendre à manger car je ne trouverai probablement rien en Alsace aujourd'hui.

Je n'ai pas pris le temps de vérifier attentivement mes traces GPS et je me retrouve à naviguer dans des lotissements pour éviter la "grande" route. Je me trompe plusieurs fois et au moment où je me décide à la prendre, je trouve une sympathique voie verte.

Le premier col est assez long mais avec un pente raisonnable. Je trouve un bon rythme et j'ai de bien meilleures sensations que ces derniers jours. Ca me confirme dans mon idée que je suis maintenant beaucoup plus grimpeur que rouleur. Il faut aussi dire que je commence à bien connaître les routes des Vosges.
Je redescends pour remonter au col du Wettstein où se trouve une nécropole française. Un peu plus loin je passe rapidement au mémorial du Linge que je n'ai pas le temps de visiter. Un dernier cimetière allemand (j'y suis passé plusieurs fois sans y prêter attention) et c'est la grande descente sur Munster.

Le col de Firstplan est un peu plus dur mais ça passe bien. Il est un peu plus de midi et il me reste 35 km, je suis largement dans les temps, je roule même plus vite que sur les étapes "plates". Je me sens même nettement mieux que les jours précédents.

Mon dernier site sera le cimetière des prisonniers roumains de Spultzmatt, ça fait un drôle d'effet de se dire que c'est le dernier.

Peu après, je me sens en mesure de rentrer directement à Belfort, mais je préfère assurer et éviter la pluie, le ciel se couvrant. Je pense aussi que je suis un peu euphorique et qu'une fois passé les 120 km, ça peut être plus dur. Je savoure donc les derniers kilomètres autant que je peux le faire en traversant des zones commerciales et le centre de Mulhouse, mais là je connais un peu et ça passe mieux. J'arrive à 14h30 à la gare, largement dans les temps.


Le bilan

Quelques chiffres :
- 13 jours dont 11 de vélo
- 1270 km
- 10 300 m de D+
- 61 h de selle
- Un peu plus de 100 sites visités
- Poids du vélo avec sacoches et bidons : 25 kg
- Budget : environ 110 euros par jour tout compris (hébergement, repas, visites, souvenirs...)

Je suis vraiment très satisfait de ce premier voyage en autonomie complète. J'ai fait ce que j'avais envie de faire en mixant vélo et tourisme historique. Je n'ai quasiment aucun regret sur des sites que j'aurai manqué. C'est conforme à mes attentes.
J'avais tout planifié avant le départ et c'est un vrai confort.
Au niveau des hébergements, pas de vraie mauvaise surprise. Pas de soucis avec les repas.
Niveau bagage, c'était parfait : ni trop, ni trop peu. J'avais pas mal réfléchis sur le sujet et je pense avoir trouvé le bon dosage.
Les points négatifs (hôtels moyens et arrêts dans les grandes villes) étaient connus à l'avance, donc pas de regret.
Pas de pluie, ça c'est un coup de bol. Mais j'ai l'impression d'avoir eu le vent dans la gueule 75% du temps.
Aucun problème mécanique, là aussi c'est bien.

Pour les améliorations éventuelles, si je recommence ce genre de voyage, j'essaierai de prendre du temps pour les visites l'après midi. Mon rythme idéal, c'était : départ à 8h30, repas acheté en boulangerie pour m'arrêter au bout de 60-70 km et prendre plus de temps l'après-midi avec une visite d'une heure pour arriver à destination vers 17h avec 120 km au compteur.

Niveau vélo, j'avoue que ça a été plus physique que je ne l'imaginais. J'avais fait déjà deux fois ce genre de voyage, mais jamais en autonomie. Le poids des bagages est un vrai "frein". J'ai l'impression d'avoir ressenti certaines sensations de fatigue que je n'avais pas ressenti depuis mes brevets de 1 000 km. J'avais l'intention de faire quelque chose d'un peu plus "sportif" l'an prochain, mais il faudra revoir la configuration.

Sinon, d'un point de vue touristique, je trouve assez honteux la façon dont la France gère son patrimoine mémoriel (à de rares exceptions).

Avatar de l’utilisateur
Cuvet
Espoir
 
Messages: 863

Re: Carnets de route

Messagepar nailouj » 10 Juin 2019, 20:47

Merci pour ton compte rendu !
C'est un beau périple !

Avatar de l’utilisateur
nailouj
Coureur pro
 
Messages: 1953


1625 messages
Retourner vers Pratique sportive

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités