Écrit le par dans la catégorie Analyses, Coup de bordure.

Alors que l’année 2020 touche à sa fin, Le Gruppetto vous propose de se remémorer les moments forts d’une saison cycliste pas comme les autres, au travers des chiffres qui l’ont marquée. Retour sur une cuvée où tout fut différent, et où la normalité fut qu’il n’y eut rien de normal.

Le COVID-19 chamboule tout

46%. Comme le pourcentage de courses professionnelles qui ont été annulées cette saison. Dans le détail, seulement 191 compétitions ont été disputées sur les 355 prévues initialement. Avec pour seule et unique cause la pandémie de COVID-19 qui a frappé la planète entière, et mis à mal les habitudes de la petite reine. C’est ainsi qu’une épreuve mythique comme Paris-Roubaix a été rayée du calendrier pour la première fois depuis 1942 et la Seconde Guerre Mondiale, que la Vuelta n’a comporté que 18 étapes, ou que le Tour des Flandres a eu lieu en Octobre.

61. C’est le nombre de coureurs qui sont allés au terme de Paris-Nice cette année. Un total rarissime, puisqu’il fallait remonter à l’édition 1986 de la Course au Soleil pour trouver si peu de participants à l’arrivée de l’épreuve (24). A ce moment, l’inquiétude autour du coronavirus grandissait rapidement. D’où les nombreux abandons en cours de route, les retraits d’équipes (Bahrain-McLaren), et même le refus de prendre le départ de la part de sept autres formations. Une parfaite illustration de cette saison arrêtée dans l’urgence au soir de l’avant-dernière étape de l’épreuve.

7 minutes et 45 secondes. Voici l’écart entre Wout van Aert et Diego Rosa, respectivement premier et dixième des Strade Bianche, la course World Tour faisant office de reprise après l’interruption de la saison cycliste en Mars. Un gouffre abyssal, qui s’explique principalement par les différents confinements rencontrés par les coureurs, ainsi que les possibilités d’entraînement complètement variables d’un pays à l’autre. A titre de comparaison, il faut remonter à l’édition 1995 de Liège-Bastogne-Liège pour trouver trace d’un tel écart entre les dix premiers d’une grande classique.

41. En secondes, l’écart moyen entre les deux premiers du classement général des trois Grands Tours disputés cette année (59 secondes entre Pogacar et Roglic sur le Tour, 39 entre Geoghegan Hart et Hindley sur le Giro, et 24 entre Roglic et Carapaz sur la Vuelta). C’est tout simplement la deuxième moyenne la plus faible de l’histoire, et la première fois que chacun des trois dauphins se trouve à moins d’une minute des vainqueurs respectifs. Simple coïncidence ou véritable conséquence du confinement, il est toutefois difficile d’en tirer des conclusions.

Entre exploits et dominations

21 ans et 365 jours. C’est l’âge auquel Tadej Pogacar a remporté cette année le Tour de France. Une précocité historique, illustrée par le fait qu’il est devenu le deuxième plus jeune vainqueur de l’histoire de la course, le plus jeune étant Henri Cornet victorieux en 1904 (à 19 ans, 11 mois et 20 jours) ! Mais plus que les statistiques, c’est surtout la manière que l’on retiendra : trois victoires d’étapes, et un Maillot Jaune arraché à la surprise générale à son compatriote slovène Primoz Roglic à la veille de l’arrivée à Paris. Assurément l’exploit de l’année.

Deuxième. Comme le pire résultat de la Jumbo-Visma sur un monument cette saison. C’était avec George Bennett sur le Tour de Lombardie, et Wout van Aert sur le Ronde. Le Belge a quant à lui remporté Milan-Sanremo, tandis que Primoz Roglic a épinglé Liège-Bastogne-Liège à son palmarès. Malgré ces résultats impressionnants, c’est bien sur les Grands Tours que la formation néerlandaise a été la plus dominatrice. Que ce soit dans les résultats (victoire sur le Tour d’Espagne, deuxième place sur la Grande Boucle), ou surtout dans l’impression laissée, avec ce train jaune et noir étouffant digne des plus belles heures de la Sky.

100%. Remco Evenepoel a participé à quatre courses à étapes en 2020 (Tour de San Juan, Tour d’Algarve, Tour de Burgos, Tour de Pologne), et les a toutes remportées. Soit un ratio de victoires de 100%. Toujours aussi impressionnant en contre-la-montre, épatant en montagne, et auteur de numéros en solitaire dont lui seul a le secret, il confirmait les immenses espoirs placés en lui quand une chute terrifiante sur le Tour de Lombardie a brutalement stoppé sa saison. Le prodige belge devrait néanmoins être de retour dès début 2021.

6. La série victorieuse de Richie Porte à Willunga s’est arrêtée à six succès consécutifs en Janvier dernier, lorsque le Britannique Matthew Holmes s’est imposé au sommet de l’emblématique montée du Tour Down Under. Mais cela n’a pas empêché l’Australien de remporter l’épreuve pour la deuxième fois de sa carrière, et encore moins de monter sur le podium du Tour de France quelques mois plus tard. A 35 ans, il a accompli son rêve ultime, sa consécration à lui, au moment où on l’attendait le moins.

Côté bleu

Julian Alaphilippe a mis fin à 23 ans de disette pour le clan tricolore en devenant champion du monde.

23. Il aura fallu attendre 23 ans pour que la France goûte à nouveau aux joies d’une victoire aux Championnats du Monde Élites Hommes. La délivrance est venue du fer de lance de la sélection tricolore Julian Alaphilippe, vainqueur en solitaire à Imola après une attaque dévastatrice dans la dernière difficulté du parcours. Impossible cependant de réduire ce sacre au seul talent de « Loulou », tant la tactique mise en place par le sélectionneur Thomas Voeckler, et la partition jouée par l’ensemble des Français – Guillaume Martin en tête – furent parfaites.

4. Comme le nombre de victoires d’Arnaud Démare sur le dernier Tour d’Italie. Une première pour un Français sur l’épreuve depuis Bernard Hinault en 1982. Le coureur de la Groupama-FDJ a régné sans partage sur les sprints massifs, se permettant par la même occasion de remporter le maillot cyclamen du classement par points. L’apothéose d’une saison qui l’aura vu aller chercher un troisième titre de champion de France, une victoire sur la classique Milan-Turin, et le titre honorifique de coureur le plus prolifique de 2020.

2013. Avant cette année, c’était la dernière fois qu’aucun Français n’était présent dans les dix premiers du classement général du Tour de France. Si Romain Bardet avait alors fini 15e, Guillaume Martin a lui échoué aux portes du top 10 lors de cette édition 2020 (11e). Un résultat d’ensemble qu’il faut relativiser, les deux têtes d’affiche françaises Pinot et Bardet ayant perdu toute chance de bien figurer sur chute. A contrario, la présence de deux tricolores sur le podium final du Dauphiné (Pinot deuxième, Martin troisième) est à relever, puisque c’est une première sur une épreuve de cette envergure depuis le Tour de France 2014.

Ils oublieront vite 2020

2. Marc Soler a décroché deux bouquets cette année, deux victoires qui sont aussi les seules de la Movistar lors de cet exercice. Un symptôme de la crise traversée par l’équipe espagnole en 2020, lorsque l’on sait que le Catalan passe la majorité de son temps à jouer les équipiers de luxe. Statistiquement parlant, c’est surtout le pire bilan comptable de l’équipe* depuis sa création en 1980, et seulement la quatrième fois que celle-ci totalise moins de dix victoires sur une saison. Comme un écho aux difficultés rencontrées par le vieillissant Alejandro Valverde.

74. C’est le nombre de jours de course consécutifs sans victoire de Peter Sagan, entre son succès sur la cinquième étape du Tour de France 2019, et la dixième du Giro 2020. Une disette historique pour le Slovaque, qui a aussi terminé la Grande Boucle sans le maillot vert, une première pour lui. Si sa saison 2019 avait été bien en-dessous de ses standards, cette année fut pire encore sur le plan comptable, puisqu’il n’a levé les bras qu’à une reprise. Des chiffres qui restent tout de même à nuancer, tant sa victoire sur les routes italiennes fut impressionnante et porteuse d’espoir pour 2021.

0. Elia Viviani n’a pas remporté la moindre victoire cette saison. Pire, il n’est monté que trois fois sur un podium, et jamais sur des courses de niveau World Tour. Et ce, alors qu’il a participé à la fois au Tour de France et au Tour d’Italie. Une saison catastrophique pour celui qui était le meilleur scoreur du peloton il y a encore deux saisons de cela. Son transfert depuis la Deceuninck – Quick-Step en direction de la Cofidis aura sans nul doute été bien plus compliqué à gérer que prévu.

 

*i.e. la structure espagnole qui a aujourd’hui pour dénomination Movistar, mais qui a connu les appellations suivantes dans le passé : Reynolds, Banesto, ou encore Caisse d’Épargne.

Par Quentin Douzery.

 

Crédit Photo : Flore Buquet 
Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Venez lire les derniers articles des rédacteurs du Gruppetto et profitez-en pour donner votre avis sur les sujets évoqués dans ces articles.

Modérateur: Animateurs cyclisme pro

Re: La saison 2020 en chiffres

Messagepar Mayoj » 31 Déc 2020, 12:17

Top cet article. Saison historique à tout point de vue !

Et merci de rappeler que Richie Porte a fini sur le podium du Tour. J'ai comme l'impression qu'il faudra le rappeler régulièrement, on aura tendance à facilement l'oublier. :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Mayoj
Manager
 
Messages: 66745
Enregistré le: 01 Juil 2013, 00:05
Localisation: Ho-Kun Pluvalu (Fidji)

Re: La saison 2020 en chiffres

Messagepar Allwatcher » 31 Déc 2020, 14:25

Mayoj a écrit:Top cet article. Saison historique à tout point de vue !

Merci !

L'occasion de remercier Bad_Neos qui a fait les recherches sur le nombre de courses disputées/prévues :ok: Pour ceux que ça intéresse, voici en spoiler le détail des statistiques qu'il m'a transmis.
World Tour (WT)
- 42% d'épreuves annulées (15/36)
- 39% d'épreuves reportées (14/36)
- 4 CPE dont le nombre d'étape a été réduit (sur les 7 disputées après la reprise)

Europe Tour (.Pro, .1, .2)
- 61% d'épreuves annulées (156/257)
- 63% des 1.1 annulées
- 40% des 2.1 annulées
- 70% des 1.2 annulées
- 62% des 2.2 annulées
- 48% des 1.Pro annulées
- 67% des 2.Pro annulées

Asia Tour
- 77% des épreuves annulées (23/30)
- Aucune course disputée en Chine, Indonésie, et au Japon
- Une seule épreuve maintenue après la reprise

Oceania Tour
- 0% d'épreuves annulées (0/4)
- 100% des épreuves australiennes prévues pour 2021 sont d'ores et déjà annulées

America Tour
- 65% d'épreuves annulées (11/17)
- Aucune course disputée aux USA

Statistiques par pays
86% d'annulations (12/14), 100% en World Tour
63% d'annulations (36/57), 20% en World Tour
61% d'annulations (28/46), 22% en World Tour
45% d'annulations (14/31), 0% en World Tour
37% d'annulations (7/19), 75% en World Tour
Avatar de l’utilisateur
Allwatcher
Directeur sportif
 
Messages: 1299
Enregistré le: 09 Avr 2019, 18:16
Localisation: Le Gruppetto En Course

Re: La saison 2020 en chiffres

Messagepar Marc Aurèle » 03 Jan 2021, 18:31

Super intéressant, la stat de la Jumbo sur les monuments est dingue malgré l'annulation de Roubaix
Avatar de l’utilisateur
Marc Aurèle
Marlou
 
Messages: 33
Enregistré le: 26 Aoû 2020, 18:54