Écrit le par dans la catégorie Analyses, Coup de bordure.

Présente depuis 2017 sur les routes du Tour de France, la formation Circus – Wanty Gobert n’a pas été invitée pour l’édition 2020. Une déception sportive pour les Belges, deuxièmes de l’Europe Tour l’an passé, échouant à 64 points de la première place occupée par Total Direct – Energie et par conséquent de l’invitation automatique sur toutes les courses World Tour. Sans son leader Guillaume Martin parti à l’intersaison, l’équipe s’est réunie début janvier dans la région de Valence en Espagne pour un stage d’avant-saison. Où le manager Jean François Bourlart et ses hommes clament leurs ambitions élevées avec un seul mot d’ordre: gagner l’Europe Tour pour revenir dès 2021 sur la Grande Boucle.

En ce début d’année, la préparation a un petit goût amer pour l’équipe désormais nommée Circus – Wanty Gobert. Deuxième de l’Europe Tour derrière Total Direct-Energie en 2019, la formation belge ne participera pas au prochain Tour de France. La nouvelle est tombée le 7 janvier dernier, quelques heures avant le départ pour le traditionnel stage d’avant-saison du côté de Benidorm en Espagne. ASO, l’organisateur de la Grande Boucle, a complété sa sélection pour la course de juillet avec 3 écuries françaises, laissant sur le carreau Circus – Wanty Gobert qui a vu son leader Guillaume Martin filer en direction de la Cofidis à l’intersaison. 

En préambule de la présentation de l’effectif dans la région de Valence, le manager Jean François Bourlart, aime d’ailleurs rappeler que son équipe a raté le bon wagon « pour seulement 64 points ». A son poste depuis 2009 dans une structure alors nommée Veranda’s Willems, Boulart connaît la marche à suivre pour revenir sur le Tour de France. « Notre objectif principal de la saison est donc de terminer en première place de cette deuxième division et pour cela on doit gagner des courses, faire des podiums, être régulier tout au long de la saison, précise celui qui officie aussi en tant que directeur sportif depuis 2015. Un stage comme celui-ci est très important pour poser les bases de la saison ». 

Pour autant, l’équipe qui restait jusqu’ici sur 3 participations de suite à la plus grande course du monde ne semble pas abattue, à l’image de l’expérimenté Yoann Offredo. « Malgré la mauvaise nouvelle de ne pas être invité sur le Tour de France, j’ai appris avec ma chute de l’an passé que l’on peut toujours se relever et aller de l’avant », positive le Francilien, qui a animé le Tour à sa manière lors de ses trois participations avec un goût certain pour l’offensive.

Le classement Europe Tour comme fil conducteur

Après 2 journées de mise en route avec tout de même 140 et 150 kilomètres au programme, l’ensemble de l’équipe est parti au troisième jour pour une sortie de 200 kilomètres dont 50 en chrono, exercice dans lequel peu de coureurs excellent mais important afin d’obtenir de bons résultats sur les tours d’une semaine. Avec comme fil conducteur, toujours, l’idée de ramener des gros points dans l’optique du classement Europe Tour.

Les routes autour de Calpe sont idéales pour préparer la nouvelle saison :  du soleil, des températures agréables, peu de vent et surtout un grand respect pour les cyclistes de la part des automobilistes. Un terrain de jeu favorable pour s’entraîner, où tout le peloton ou presque se donne rendez-vous l’hiver, à quelques semaines de la reprise. Des coureurs du World Tour comme Remco Evenepoel, Philippe Gilbert, Oliver Naesen ou Stefan Küng ont même joué les prolongations en ce début janvier pour s’entraîner dans la région à leur propre initiative, sans leurs coéquipiers. 

Quelques contretemps sont venus tout de même perturber la préparation de Circus – Wanty comme une chute sans gravité pour Bakelants. Ou une autre pour Lammertink, obligé de porter un plâtre sur l’avant-bras gauche ou encore une intervention chirurgicale pour Odd Christian Eiking, qui en a même raté la présentation officielle. 

Bakelants veut vivre la saison de la « renaissance »

Le stage a aussi été l’occasion de découvrir les nouvelles recrues qui sont particulièrement nombreuses cette saison. Pas facile de devoir remplacer Guillaume Martin mais l’équipe mise beaucoup sur Maurits Lammertink et Simone Petilli. L’italien aura essentiellement un programme World Tour, lui qui était barré chez UAE Emirates et qui se dit « très heureux d’avoir rejoint cette équipe ». De son côté, Danny Van Poppel arrive avec Boy, son frère, afin de cueillir quelques bouquets.

Expérimenté du World Tour et arrivé sur le tard, Jan Bakelants, lui, n’arrive pas en leader mais souhaite tout simplement « prendre ses marques » et voir ensuite s’il est « capable d’obtenir de bons résultats ». Ancien de la maison AG2R La Mondiale entre 2015 et 2018, le Belge a connu une grave chute sur le Tour de Lombardie 2017 et tente depuis de retrouver son meilleur niveau. « Je suis très motivé pour cette saison et j’espère que celle-ci sera une renaissance pour moi », confie l’ancien porteur du maillot jaune le temps d’une journée en 2013.

A 33 ans, Bakelants fera désormais équipe avec Yoann Offredo, qui vise secrètement un top 10 sur le Tour des Flandres. Le Français disputera probablement sa dernière saison dans les pelotons, lui qui a été très marqué par sa chute l’an dernier à Denain. « Cette chute c’est le tournant de ma vie, revient le baroudeur qui a frôlé la tétraplégie. C’est une chance de pouvoir encore pédaler et participer aux plus grandes classiques ». Si Guillaume Martin est parti, Offredo a vu l’arrivée de l’un de ses compatriotes cet hiver avec Jérémy Bellicaud. Transfuge du CC Etupes, ce transfert marque le lien pour la formation Franc-Comtoise avec Circus-Wanty, dont un partenariat existe depuis décembre 2018 et qui a depuis été renouvelé. 

Une filière cyclo-cross

Mais la grande nouveauté, outre l’arrivée de Circus qui a signé pour une saison avec une option de deux années supplémentaires en cas de participation au Tour de France en 2021, c’est l’entrée de la structure dans le monde du cyclo-cross par l’intermédiaire de Tormans, nouveau sponsor de l’équipe. Le prometteur Quinten Hermans, que Lotto Soudal voulait au dernier mercato pour en faire le poisson pilote de Caleb Ewan, arrive en ce sens en compagnie du Néerlandais Corne Van Kessel. 

Jean François Bourlart souhaite même développer davantage la partie cyclo-cross à l’avenir avec l’arrivée de femmes et de jeunes espoirs  à l’instar d’Alpecin-Fenix de Mathieu Van Der Poel, l’un de ses principaux concurrents cette saison dans la course aux points. Avec un budget annuel avoisinant les 8 millions d’euros, Circus Wanty – Gobert devra rapidement digérer la déception de louper le Tour de France pour réaliser la grande saison attendue. L’objectif numéro 1, clair et affiché en ce début d’année, est de remporter au terme de la saison 2020 le classement de l’Europe Tour, qui garantirait de facto pour la structure belge un retour dès 2021 sur les routes ensoleillées de la Grande Boucle.

Par Quentin JeanJacquot

Photos: Quentin Jeanjacquot
Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Venez lire les derniers articles des rédacteurs du Gruppetto et profitez-en pour donner votre avis sur les sujets évoqués dans ces articles.

Modérateur: Animateurs cyclisme pro

Re: Circus - Wanty veut gagner l'Europe Tour

Messagepar Carrefour de l'Arbre » 27 Jan 2020, 22:37

Bon papier. :ok:

Arkéa, Circus, Fenix, Total = que le meilleur gagne !
Avatar de l’utilisateur
Carrefour de l'Arbre
Manager
 
Messages: 28254
Enregistré le: 22 Oct 2014, 17:21