Écrit le par dans la catégorie Féminines, Hors-catégorie.

A l’entame de la saison, Le Gruppetto vous présente 5 coureuses qui devraient faire l’actualité en 2020. 5 cyclistes venues de tous les horizons et pour certaines au parcours très atypique.

Julie Van de Velde (Belgique, 26 ans)

La Belgique tient-elle enfin une grimpeuse d’envergure internationale ? Issue de la course à pied (3e du championnat national de cross en 2016), Julie Van de Velde n’a que trois années au compteur dans le peloton professionnel mais a déjà montré de très belles dispositions pour le cyclisme. Dès 2017 elle montait sur le podium du championnat belge du contre la montre, avant de s’affirmer un peu plus en 2018 en terminant 9e et 6e des deux dernières étapes du Tour de l’Ardèche. Mais c’est surtout en 2019 qu’elle a commencé à enchaîner les bons résultats.

Déjà 7e en février de la Semaine Cycliste de Valence grâce à une bonne place sur l’arrivée au sommet à Xorret de Catí, elle a aussi été la seule à pouvoir suivre Marta Bastianelli lors de la 3e étape de Gracia-Orlova (2e au général). A plus haut niveau, elle a terminé 17e du Giro 2019 en montrant de bonnes capacités de récupération en étant régulière tout au long de la course et terminant dans le top 15 de toutes les étapes de montagne. En 2020, elle devrait s’imposer comme une des grimpeuses de référence.

Mais sa palette ne s’arrête pas aux courses par étapes. Sa saison des classiques est également de haute volée : 14e de la Flèche Wallonne, 15e de Liège-Bastogne-Liège, 19e du Grand Prix de Plouay… Sa pointe de vitesse limitée et un léger manque de caisse pour ces courses de longue durée l’ont sans doute privé en 2019 de beaux tops 10 dans ces grandes classiques du cyclisme féminin, mais il est à parier que dès l’an prochain Julie Van de Velde reviendra encore plus forte, pour pourquoi pas enrichir son palmarès ouvert cette année par sa victoire sur la Flanders Ladies Classic.

Teniel Campbell (Trinité-et-Tobago, 22 ans)

« Je veux que l’on se souvienne de moi comme d’une légende de ce sport. » Le moins qu’on puisse dire, c’est que Teniel Campbell ne manque pas d’ambition. Et l’on peut de tout cœur l’espérer pour venir enrichir un peu plus le cyclisme mondial, et pourquoi pas donner l’exemple à d’autres jeunes cyclistes de son pays. Il faut dire que l’on connaît Trinité-et-Tobago davantage pour des performances en athlétisme, ou pour le cyclisme sur piste, avec notamment l’actuel détenteur du record du monde du 200 mètres lancé, Nicholas Paul.

Après une première année assez discrète au sein du Centre Mondial du Cyclisme, c’est en 2019 que Teniel Campbell a commencé à se montrer. 15e du Samyn, 5e de Nokere Koerse, 5e de la Flanders Ladies Classic, c’est surtout en Bretagne, sur le Kreiz Breizh Elites, qu’elle a marqué les esprits en remportant les deux étapes et le classement général ! Décollant tout le monde de sa roue sur l’arrivée difficile de Belle-Isle-en-Terre, elle a réédité la performance le lendemain en remportant le sprint du peloton. Et si le sprint reste son arme principale, elle a aussi montré de bonnes capacités sur le contre-la-montre (2e des Jeux panaméricains, 6e du chrono champenois), de quoi espérer un registre non restreint aux seules arrivées massives.

Nikola Nosková (République Tchèque, 22 ans)

Ancienne spécialiste du cyclocross (2ème des mondiaux espoirs en 2016), Nikola Nosková a délaissé la discipline depuis maintenant deux ans pour se concentrer sur la route, et avec un certain succès. Dès sa première saison pro au sein de l’équipe Bepink en 2017 elle impressionnait en rivalisant avec le gratin mondial sur l’Emakumeen Bira, 6e du général et 2ème derrière Annemiek Van Vleuten sur l’arrivée à l’Alto de San Miguel de Aralar ! Une performance confirmée tout au long de cette année 2017 où en plus de finir 18ème du Giro et 6ème du Tour de l’Ardèche, elle remportait ses premières victoires professionnelles avec le Tour du Trentin (course d’un jour) et un doublé sur son championnat national !

2018 a été une année plus difficile. Perturbée par des blessures, elle a enchaîné les abandons avant de se remobiliser pour remporter le championnat d’Europe espoirs à Zlin, chez elle en République Tchèque. Mais c’est aussi l’année où le grand public a pu la découvrir sur La Course by Le Tour lorsqu’elle a fait exploser le peloton dans le Col de Romme pour sa leader Erica Magnaldi (elle terminera 12e). 2019 a donc été une année de remise en route. Nikola Nosková a pu enfin enchaîner les courses, mais ses performances ont été épisodiques. On a ainsi pu la voir à l’attaque sur le Grand Prix de Plouay et apprécier sa dernière étape du Tour de l’Ardèche où elle a été la seule à pouvoir suivre Marianne Vos sur la route de Privas. Et pour finir l’année sur une bonne note, un podium sur le Tour d’Emilie.

De ce qu’on a pu voir ces dernières saisons, Nikola Nosková a tout pour devenir l’une des meilleures grimpeuses du monde. Avec Clara Koppenburg, l’équipe Bigla a un duo qui peut venir mettre le feu dans toutes les courses difficiles, et ce sera certainement l’une des associations à suivre dans le peloton en 2020.

Marlen Reusser (Suisse, 28 ans)

Nosková et Koppenburg ne sont pas les seules pépites que l’on va pouvoir trouver chez Bigla en 2020. Il faudra aussi surveiller de près Marlen Reusser. La Suissesse est un cas classique de passage tardif chez les pros dans le cyclisme féminin. Ancienne athlète reconvertie au vélo après une blessure à la cheville, elle prend conscience de ses capacités dans le cyclisme grâce à sa victoire surprise lors du championnat de Suisse du contre la montre en 2017, et ce alors que sa pratique est encore assez limitée, étant prise par ses études. Enfin diplômée en médecine et travaillant à mi-temps dans un hôpital en 2018, elle réédite une grande performance en terminant 17e du chrono au championnat du monde d’Innsbruck. De quoi la motiver pour tenter l’aventure cycliste à 100%, ce qu’elle a fait en 2019 au sein du Centre Mondial du Cyclisme.

Et quelle année ! Commençant timidement en avril par un top 5 sur le Tour de Thaïlande, c’est à partir de juin que sa saison a pris un autre tournant quand elle a remporté coup sur coup le chrono de Ljubljana devant Olga Zabelinskaya et le CLM des Jeux Européens où elle a repoussé Chantal Blaak à 1’15 » ! Le début de l’envol:  doublé sur son championnat national. 3e du BeNe Ladies Tour seulement battue par Lisa Klein sur le chrono du troisième jour, 3e du Chrono Champenois. Et surtout 6e du contre la montre au championnat du monde, après avoir perdu une médaille sur le relais mixte sur chute ! Et comme si ses chronos n’étaient pas assez impressionnants, on l’a aussi vu terminer dans le peloton victorieux à Plouay, comme pour confirmer qu’il ne faudra pas la limiter à l’unique exercice chronométré. Peut-être la grande sensation du peloton féminin en 2020.

Demi Vollering (Pays-Bas, 23 ans)

Impossible de faire un article sur le cyclisme féminin sans parler d’une Néerlandaise. Et celle qui s’est révélée en 2019 et qui risque de venir bouleverser la hiérarchie en 2020, c’est bien Demi Vollering. On pouvait détecter en elle une bonne coureuse en devenir avec de belles places sur le Tour d’Uppsala ou le Tour de l’Ardèche en 2018, mais rien ne permettait de prédire qu’elle serait aussi irrésistible en 2019. Le grand choc s’est produit en avril lorsqu’elle a créé la sensation en réalisant une incroyable série sur les classiques ardennaises : 7e de l’Amstel Gold Race, 5e de la Flèche Wallonne et 3e de Liège-Bastogne-Liège !

Mais sa saison des classiques ne s’est pas arrêtée là puisqu’on a pu la revoir en fin d’année : 5e du Grand Prix de Plouay et vainqueure du Tour d’Emilie ! Pas sa première victoire professionnelle, l’honneur revenant au prologue du Festival Elsy Jacobs, mais la confirmation aussi de très bonnes capacités de récupération que l’on a pu observer tout au long de l’année, comme sur le Giro où elle est allée chercher une 13e place au général en terminant dans le top 10 de 3 des 4 dernières étapes (l’autre étape concernée étant revenue à une échappée) ! Difficile de dire quelles sont les limites de Demi Vollering et ce qu’elle fera en 2020. De quoi compliquer encore un peu plus la tâche du sélectionneur néerlandais pour sa liste prévue pour les Jeux Olympiques de Tokyo !

Par Bullomaniak.

Crédit Photo: Florian Frison / Granada (CC/Wikimédia Commons) / UCI World Cycling Centre
Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Venez lire les derniers articles des rédacteurs du Gruppetto et profitez-en pour donner votre avis sur les sujets évoqués dans ces articles.

Modérateur: Animateurs cyclisme pro