Écrit le par dans la catégorie Interviews, Les forçats de la route.

Au terme de la saison 2019, l’équipe de Jean-René Bernaudeau, Total-Direct Énergie, a terminé première du classement Continental Pro. Ce qui lui permettra de pouvoir courir, si elle le souhaite, toutes les courses World Tour du calendrier en 2020. Mais en a-t-elle les capacités ? Entre les départs de tauliers, le peu d’arrivées, un sponsor Total qui semble peu impliqué, l’équipe inquiète. A tort ou à raison ? 

« Alaphilippe ? il y a bien eu des contacts  » 

 

Aviez-vous axé votre saison, dès le départ, sur la course aux points ? 

Oui. La règle était fixée au mois de septembre de l’année dernière mais elle a malheureusement évolué au mois de février. Ce devait être les 18 meilleurs World Tour et les deux meilleures Conti pro assurées de courir en World Tour. Et au mois de février, il y a eu un avenant mentionnant que si une une World Tour actuelle sortait des 18, elle serait repêchée. Ce serait donc la première place qui compterait et non les deux premières. Ça n’a pas été une nouvelle facile à digérer. 

Parler de points, une nouveauté, chez Total Direct-Energie, non ? 

Oui, chez nous, c’était interdit de parler de points ou de “top 10” avant. Et aujourd’hui on a fait tout le contraire. Culturellement, c’était compliqué, mais on a été obligés de ne parler que de ça toute l’année. Ce n’était pas renier ce qu’on était mais c’était s’adapter.  

A l’instar des clubs de foot qui se battent pour l’Europe mais qui négligent cette compétition une fois le précieux sésame obtenu, on a le sentiment que TDE n’est pas armée pour le calendrier qui approche.  

C’est le 22 octobre que la ligne d’arrivée a été franchie. Mais le 22 octobre, le marché est fini ! C’est une ligne d’arrivée qui n’est pas tracée où il faut, mais c’est comme ça. Le marché des transferts est ouvert très tôt, en août et il y a là un paradoxe qui n’est pas évident à gérer. J’ai fait comme j’ai pu mais une chose est sûre, c’est que c’est très compliqué. 

Julian Alaphilippe fut évoqué à un moment. Rumeur infondée ? 

Non, il y a bien eu des contacts. Je l’ai rencontré.  

Mais aviez-vous seulement l’argent nécessaire pour le faire venir ? 

Aujourd’hui, mon job c’est d’essayer d’avoir des profils qui me plaisent. Ensuite il faut que ça plaise aux sponsors. Et si la discussion avance bien avec le coureur, je propose et le sponsor dispose. C’est comme ça, une négociation, on ne me dit pas : “tiens, tu as tant, va faire tes courses”. Je ne fonctionne pas comme ça, je n’ai pas de budget. Je propose ce qui m’intéresse et je donne des garanties. Mais concernant Alaphilippe, je n’ai pas eu l’occasion d’aller plus loin. 

Pourquoi les discussions n’ont-elles pas abouti ?  

Je pense qu’il était dans un développement de carrière qui ne passait pas par nous, pour le moment. Il avait une structure solide autour de lui et il a privilégié la garantie de se faire un palmarès plutôt que d’aider une équipe à grandir. Ça peut évoluer, car le Julian Alaphilippe d’aujourd’hui, ce n’est pas celui d’il y a 2 ou 3 ans.  

Dan Martin a lui aussi été cité parmi les potentielles recrues. A tort ou à raison ?

Dan Martin, ça s’est arrêté tout de suite. On ne voyait pas dans quelle case le mettre… C’est compliqué chez nous, on ne voulait pas dénaturer l’équipe, on n’a pas été très loin dans les discussions. Le coureur correspond à l’équipe, mais avec l’homme ça n’a pas accroché, je n’étais pas très emballé. C’est un très bon coureur mais je ne voyais pas, par rapport à Niki Terpstra, ce qu’il allait nous apporter.  

Et quel a été l’apport de Terpstra cette année ?  

Niki, quand je l’ai recruté, ça s’est fait sur une phrase que m’avait dite Philippe Gilbert : “si tu l’as contre toi, c’est la pire espèce. Mais si tu l’as avec toi, c’est le meilleur !”. Aujourd’hui, on est hyper contents concernant Terpstra, sur tout ce qu’il apporte à l’équipe : un mélange de culture, de professionnalisme, de ses capacités d’ingénieur du matériel… Moi, quand je recrute, ce n’est pas un nom mais un homme qui, derrière, peut nous apporter quelque chose. C’est compliqué de rentrer chez nous. Et je préférerais les « fabriquer » plutôt que de les « acheter ». 

Quelles sont vos relations avec le Groupe Total ? 

Total a racheté Direct Énergie, mais je n’ai pas été chercher Total. J’ai des relations avec Total, j’ai rencontré Patrick Pouyanné (ndlr : président-directeur général du Groupe Total), Monsieur Sauquet (ndlr : directeur général filière gaz) et Jacques-Emmanuel Saulnier (ndlr : directeur de la communication). Mais mon principal interlocuteur chez Total-Direct Energie c’est Sébastien Loux (ndlr : directeur général délégué de Total-Direct Energie) qui a pris la succession de mes deux amis (ndlr : Fabien Choné et Xavier Caïtucoli, co-fondateurs de Direct-Energie) qui sont partis au mois de septembre.   

Quelle est leur vision du cyclisme et de l’équipe ?  

Ils ont racheté Direct Énergie et ils se retrouvent sur notre maillot. Ils ne sont pas indifférents mais ils veulent voir un peu ce qu’est le vélo. J’ai eu l’honneur d’avoir Patrick Pouyanné dans ma voiture, le 21 juillet, sur le Tour de France. Ça lui a permis d’observer ce milieu de l’intérieur.  

On a le sentiment qu’ils ne s’impliquent pas énormément dans l’équipe.  

C’est tellement gros comme sponsor que je prends le temps de les connaître. Je ne suis pas pressé. On a un contrat, on en discutera au moment venu. Après tout, le vélo, c’est récent pour eux. Ils ne sont arrivés qu’au mois de mai. Il faut du temps pour qu’on se connaisse vraiment. Aujourd’hui mon équipe a une identité ; je ne vais pas changer l’esprit de l’équipe parce qu’on a Total qui s’ajoute à Direct Energie. Le groupe Total c’est autre chose. C’est une autre division, ils n’ont pas racheté l’équipe, ils ont racheté l’entreprise. Aujourd’hui il faut bien avoir en tête que mon interlocuteur c’est Total-Direct Énergie et non le groupe Total. 

« Pour moi le World Tour, ce n’est pas un rêve » 

Comment voyez-vous le futur de votre équipe, dans les années qui approchent ? 

Ce n’est pas moi qui vais changer, mais le vélo va évoluer, ça c’est sûr. Il va y avoir un fossé qui va se creuser à la 23eme place, dans les deux, trois ans qui viennent. C’est un vélo qui ne donne pas beaucoup d’espoir à des structures qui veulent émerger. J’aurais préféré que le World Tour finisse à 16, comme ça avait été évoqué à une époque. Là, on s’oriente sur des structures qui vont être gérées par des financiers. Pour moi, ce n’est pas bon. Le vélo est fragile, l’Italie par exemple, aujourd’hui, le paie cher.   

En parlant d’Italie, Mauro Vegni a récemment déclaré ne pas souhaiter votre participation au Giro. Comment l’avez-vous pris ?   

Mauro Vegni a annoncé la couleur sans m’en parler. Il ne le fait pas contre moi mais pour le cyclisme italien. Il faudrait lui poser la question : à qui se destine cette place de plus ? Mais si c’est pour une équipe nationale, je trouve que c’est une belle réaction. Maintenant, j’attends toujours son coup de fil.  

Et s’il vous appelait, accepteriez-vous de ne pas participer au Giro ?  

Je lui dirais que pour l’instant, je n’ai pas fait mon programme. On va avancer et en décembre je lui donnerai une réponse.  

Cela étant, cela pose une question de fond : avec un effectif de 23 coureurs, ferez-vous toutes les courses WT ?  

Non. On aura un petit luxe, et on ne va pas se gêner, de pouvoir bâtir un programme bien adapté sans dépendre des invitations. Il y aura un deal avec les coureurs et ensuite on aura les périodes de récupération à gérer. C’est un vrai confort pour nous, comparé au deuxième qui n’a rien d’assuré. 

Pouvez-vous courir les trois Grands Tours ? 

On n’a pas encore eu les réunions pour en parler. On en a une lundi et mardi prochain, pour commencer à défricher un peu. Autour du 19 novembre, on va avancer avec les leaders et on s’est promis de parler aux coureurs de leur programme au mois de décembre. Après ça, on annoncera la couleur aux organisateurs. 

Ne craignez-vous pas la concurrence à venir, celle entre autres d’Arkea-Samsic, dans la course au World Tour ?  

On a un fond de jeu qui est assez fort. J’évalue aussi les forces en face et il n’est pas impossible qu’on soit aussi fort en 2020 qu’en 2019. Et qu’on se retrouve en World Tour en 2023, par l’addition des trois ans. Je pense notamment à Dimension Data ou la nouvelle équipe Israël Cycling Academy – Katusha, qui n’ont pas forcément une structure aussi solide que la nôtre. Ça ne me perturbe pas plus que ça. Pour moi le World Tour, ce n’est pas un rêve, juste une conséquence. 

Après avoir été évincé du World Tour en 2014, ce n’est donc pas un souhait fort de votre part, d’y retourner ? 

Je suis la seule équipe, depuis que ça existe, qui ait été sortie du World Tour. En 2014 j’avais un effectif World Tour, mais on m’a renvoyé parce que j’avais perdu un partenaire financier. J’étais en train de chercher à le remplacer, mais on m’a sorti sans explication. Une équipe comme Dimension Data a certainement d’autres compétences que je n’ai pas… 

C’est-à-dire ?

Le sport semble être moins important que l’argent dans ce système. Cette année, Dimension Data ne fait pas partie des 18 meilleures équipes, mais elle reste World Tour. Moi, je faisais partie des 18 meilleures équipes mais on m’a sorti parce que j’avais un budget déséquilibré à cause d’un sponsor en moins, Somfy qui représentait un manque de 600 000 €. 

Vous en voulez encore à l’UCI ? 

J’aimerais surtout que le système soit clair. En 2014 on sort du World Tour une équipe qui a 28 coureurs, parce qu’on ne m’a pas laissé le temps d’aller chercher les 5% du budget manquants. A l’inverse, une équipe qui ne remplit pas les critères sportifs est conservée parce qu’il y a un avenant au règlement en 2019, pour les sauver. Ça prouve simplement que l’argent a plus de valeur que le sport.  

Est-ce une fatalité ? 

J’ai dans ma tête le développement du vélo. Si le Rwanda a les championnats du monde, ce sera un accélérateur fort de la bonne mondialisation. Pas celle où il y a de l’argent et qui ne ressemble à rien. Ce n’est pas normal, par exemple, qu’on aille à des endroits où il n’y a pas un seul spectateur.   

Si ce n’est sur les transferts, quels sont vos axes d’amélioration en vue de cette saison fortement marquée par le World Tour ?  

On a pas mal de choses à régler, le staff à développer. Et on a notre docteur en biomécanique, Maxime Robin qui est en train de nous apporter quelques innovations sur les gains marginaux. C’est très intéressant.  

Là aussi, les “gains marginaux”, c’est une évolution très typée “World Tour” non ?  

Ces informations sont nouvelles pour nous, aujourd’hui. Mais on est obligés d’y aller. Cela dit, ça m’intéresse. Derrière tout ça, il y a de la technologie, on devient un laboratoire. Par exemple on travaille sur des pneumatiques adaptés aux descentes de col mouillées. Ça c’est passionnant.  

 « Il faut avoir une vie à côté du vélo » 

Qu’attendre de la prochaine saison, sur le plan sportif ? 

Il nous faudra un petit peu de réussite, que Terpstra n’ait pas d’accident grave, que Lilian Calmejane retrouve le rendement qui était le sien auparavant. Pour le groupe flandrien, j’ai beaucoup d’espoir en Adrien Petit, Damien Gaudin, Romain Cardis et Anthony Turgis. Et aussi en Bonifazio sur les deux ou trois World Tour qui lui conviennent.  

Êtes-vous satisfait de ce coureur ? 

Oui, même si à Milan-San Remo, il a fait le show où il ne fallait pas. Mais faire le show, nous on aime bien. Je lui demanderais juste de ne pas le faire une deuxième année consécutive (rires). Mais c’est vraiment une super recrue, c’est un artiste. Moi, j’aime bien les gens qui ont des aspérités. Je n’aime pas les gens qui rentrent dans le moule. 

Quelles sont ses aspérités ? 

Un petit exemple, je lui ai envoyé un petit message hier (vendredi) et il m’a répondu avec sa femme, tout déguisé en tenue d’Halloween. C’est génial. J’aime bien les gens comme ça qui ont une vie à côté du vélo. Il faut avoir une vie à côté du vélo ! Je leur dis, à mes coureurs, de cultiver leurs aspérités. Tout le temps ! On les aimera pour ce qu’ils sont et non pour l’image qu’ils veulent donner. 

Un coureur à surveiller particulièrement cette année ? 

Celui qui a un mental de champion, c’est Mathieu Burgaudeau. Oui, je pense qu’il va faire une belle saison l’an prochain.  

Cette fin d’année, il y a eu six départs en retraite chez Total Direct-Energie, vous attendiez-vous à une telle vague ? 

Chez nous, l’homme est prioritaire sur le reste. Alexandre Pichot, Yoann Gène et Pierrig Quemeneur sont trois exemples de types de grande valeur, qui ont fait leur temps. Parce que, cycliste, ce n’est pas un métier. Notre sport a un statut professionnel, mais c’est avant tout du sport ! Un sport qui devient, aujourd’hui, de plus en plus exigeant. C’est une véritable évolution depuis dix ans. Il faut savoir débrancher le cerveau au bon moment. C’est un peu ce qui est arrivé à Angelo Tulik. Il est jeune, il est papa, il a du talent, mais il ne se voyait pas continuer dans un sport, où, c’est vrai, tu joues ta peau à chaque virage.

Un sport plus exigeant sur quels critères ? 

Aujourd’hui, avec la télé, les diffusions non-stop, les retombées médiatiques qui sont en augmentation continuelle, il y a une évolution. C’est devenu une vraie violence au niveau concentration, il n’y a plus de répit. Personne ne parle trop de cette évolution globale. Des jeunes comme Evenepoel ou des coureurs de 40 ans restent des exceptions. 

Justement, en commençant leurs carrières de plus en plus jeunes, voyez-vous ces coureurs, la génération des Pogacar, Bernal ou Evenepoel, durer longtemps ? 

Les salaires ont évolué, les bons coureurs peuvent se permettre de faire des plans de carrière plus tôt qu’avant. Aujourd’hui, ils peuvent espérer, dès 22 ans, gagner suffisamment pour être à l’aise pour le reste de leur carrière. A mon époque quand on commençait une carrière, on savait qu’on devrait travailler toute notre vie. Aujourd’hui l’inverse n’est pas forcément vrai, mais on peut le croire. L’argent circule mais je tiens à faire de mes coureurs des hommes avant tout. Yohann Gène, Pichot ou Quemeneur, je ne suis pas inquiet pour leur après-carrière. 

Propos recueillis par Bertrand Guyot (@bguyot1982pour Le Gruppetto

 Crédit Photo: https://teamtotaldirectenergie.com/galerie/
Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Venez lire les derniers articles des rédacteurs du Gruppetto et profitez-en pour donner votre avis sur les sujets évoqués dans ces articles.

Modérateur: Animateurs cyclisme pro

Re: Jean-René Bernaudeau : « Le sport semble moins important

Messagepar Wings » 04 Nov 2019, 18:53

Super ITW ! JRB qui démonte la DiData, ca va pas faire des heureux ca :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Wings
Directeur sportif
 
Messages: 32431
Enregistré le: 24 Nov 2014, 17:48
Localisation: Au Nord du Mur (d'Hadrien)

Re: Jean-René Bernaudeau : « Le sport semble moins important

Messagepar LibertySeguros » 04 Nov 2019, 18:56

Super article Mania !

Marrant les réponses qu'il peut donner parfois. Un Taaramäe a sa place chez lui mais pas un Dan Martin.
J'ai trouvé le point sur les transferts/ masse salariale en fonction de la renommée du coureur très intéressant. Ça donne presque l'impression que s'il arrive à négocier Sagan, Bernal et Roglic, et s'ils plaisent tous au sponsor, il aura de la disponibilité suffisante en masse salariale :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
LibertySeguros
Contrôleur UCI
 
Messages: 14958
Enregistré le: 18 Avr 2016, 10:27

Re: Jean-René Bernaudeau : « Le sport semble moins important

Messagepar Kornrat » 04 Nov 2019, 19:20

LibertySeguros a écrit:J'ai trouvé le point sur les transferts/ masse salariale en fonction de la renommée du coureur très intéressant. Ça donne presque l'impression que s'il arrive à négocier Sagan, Bernal et Roglic, et s'ils plaisent tous au sponsor, il aura de la disponibilité suffisante en masse salariale :mrgreen:

Même ressenti, il n'y a pas de problème d'argent, le sponsor est prêt à s'aligner s'il arrive à choper un gros coureur. Mais ça ne donne pas forcément beaucoup de visibilité pour bâtir un gros projet. Ce qui est un peu dommage.

Sinon super interview Bertrand, clairement le genre d'itw que j'aime quand c'est bien dans l'actualité avec des petites news :ok:
Avatar de l’utilisateur
Kornrat
Directeur sportif
 
Messages: 8507
Enregistré le: 18 Mar 2016, 19:29

Re: Jean-René Bernaudeau : « Le sport semble moins important

Messagepar Beobachter » 04 Nov 2019, 19:57

Très intéressante cette interview :ok:

Les réponses sont assez franches et c'est agréable d'avoir accès à sa perspective sans trop de filtres :ok:
Bon, il y a quand même deux-trois trucs qui m'amusent dans ses réponses:
- "Je pense notamment à Dimension Data ou la nouvelle équipe Israël Cycling Academy – Katusha, qui n’ont pas forcément une structure aussi solide que la nôtre." ou bien "En 2014 j’avais un effectif World Tour" m'incitent quand même sacrément à penser qu'il a une légère tendance à voir son effectif un tout petit peu plus beau qu'il n'est vraiment :lol:
- "Si le Rwanda a les championnats du monde, ce sera un accélérateur fort de la bonne mondialisation. Pas celle où il y a de l’argent et qui ne ressemble à rien. " Magnifique. Je ne sais pas si c'est de la pure naïveté ou de la simple ignorance de sa part mais applaudir sans réserve ce type de supposée "bonne mondialisation" me gêne sacrément. Derrière le véritable intérêt populaire (qui lui est à saluer), il y a aussi et surtout une volonté propagandiste d'un Etat qui n'est pas franchement recommandable.
Avatar de l’utilisateur
Beobachter
Maillot jaune
 
Messages: 11310
Enregistré le: 28 Avr 2015, 02:30

Re: Jean-René Bernaudeau : « Le sport semble moins important

Messagepar France » 04 Nov 2019, 20:30

Super interview. :ok:
Je trouve qu’il parle assez franchement, il n’épargne pas certaines équipes comme l’a pointé Wings.
Avatar de l’utilisateur
France
Coureur pro
 
Messages: 1684
Enregistré le: 12 Juin 2019, 14:11

Re: Jean-René Bernaudeau : « Le sport semble moins important

Messagepar Carrefour de l'Arbre » 04 Nov 2019, 21:09

Top. :ok: :ok:
Avatar de l’utilisateur
Carrefour de l'Arbre
Manager
 
Messages: 27394
Enregistré le: 22 Oct 2014, 17:21
Localisation: Gosso est mon héros

Re: Jean-René Bernaudeau : « Le sport semble moins important

Messagepar Max1304 » 04 Nov 2019, 22:25

Sans vouloir répéter super interview, ça change un peu de celles de coureurs et c'est assez sympa de voir qu'il répond à certaines questions sans faire du blabla notamment celles sur Alaph et son mercato :ok:
Avatar de l’utilisateur
Max1304
Maillot blanc
 
Messages: 2545
Enregistré le: 09 Aoû 2018, 07:17
Localisation: Ici

Re: Jean-René Bernaudeau : « Le sport semble moins important

Messagepar Kornrat » 04 Nov 2019, 23:15

Beobachter a écrit::- "Si le Rwanda a les championnats du monde, ce sera un accélérateur fort de la bonne mondialisation. Pas celle où il y a de l’argent et qui ne ressemble à rien. " Magnifique. Je ne sais pas si c'est de la pure naïveté ou de la simple ignorance de sa part mais applaudir sans réserve ce type de supposée "bonne mondialisation" me gêne sacrément. Derrière le véritable intérêt populaire (qui lui est à saluer), il y a aussi et surtout une volonté propagandiste d'un Etat qui n'est pas franchement recommandable.

Je pense surtout que quand il parle de mondialisation c'est dans le sens de la population, pour à l'avenir avoir des coureurs de ces pays délaissés par le sport de haut niveau. Donc autant le faire dans des pays où l'intérêt populaire est important, ça peut justement aider la population à se développer et à s'émanciper. Qu'à l'inverse, le faire dans d'autres pays peu recommandable comme le Qatar où l'intérêt de la population est inexistant. C'est au moins ça de gagner.
Avatar de l’utilisateur
Kornrat
Directeur sportif
 
Messages: 8507
Enregistré le: 18 Mar 2016, 19:29

Re: Jean-René Bernaudeau : « Le sport semble moins important

Messagepar Sanlioc » 05 Nov 2019, 08:24

l’Interview est très intéressante, et il y a des propos qui me plaisent et d'autres moins.

Il essaie de garder le côté humain dans son équipe, et ça c'est vraiment une excellente chose. Par contre, on sent toutefois qu'il a du mal à accepter l'évolution du sport et de notre époque et c'est assez dommageable je trouve. Sans compter cette rancœur qu'il garde sur la saison 2014... Et autant NTT/Dimension Data n'a pas franchement l'allure d'une World Tour, je suis pas aussi catégorique pour lui concernant Israël Cycling Academy qui a été bien présente au long de la saison.

Je le rejoins sur le côté de la mondialisation, autant organiser des événements dans des pays cyclistes émergents, comme l’Érythrée, le Rwanda ou encore l'Extrême Orient, car malheureusement si au Moyen orient il y a les sponsors, le public et les coureur ne sont pas encore au rendez-vous.
Avatar de l’utilisateur
Sanlioc
Cyclo du dimanche
 
Messages: 50
Enregistré le: 30 Oct 2019, 13:25

Re: Jean-René Bernaudeau : « Le sport semble moins important

Messagepar Tyler » 05 Nov 2019, 09:42

Top boulot !
Avatar de l’utilisateur
Tyler
Légende du Gruppetto
 
Messages: 36039
Enregistré le: 02 Juil 2013, 13:24
Localisation: Lyon

Re: Jean-René Bernaudeau : « Le sport semble moins important

Messagepar Beobachter » 05 Nov 2019, 23:16

Kornrat a écrit:
Beobachter a écrit::- "Si le Rwanda a les championnats du monde, ce sera un accélérateur fort de la bonne mondialisation. Pas celle où il y a de l’argent et qui ne ressemble à rien. " Magnifique. Je ne sais pas si c'est de la pure naïveté ou de la simple ignorance de sa part mais applaudir sans réserve ce type de supposée "bonne mondialisation" me gêne sacrément. Derrière le véritable intérêt populaire (qui lui est à saluer), il y a aussi et surtout une volonté propagandiste d'un Etat qui n'est pas franchement recommandable.

Je pense surtout que quand il parle de mondialisation c'est dans le sens de la population, pour à l'avenir avoir des coureurs de ces pays délaissés par le sport de haut niveau. Donc autant le faire dans des pays où l'intérêt populaire est important, ça peut justement aider la population à se développer et à s'émanciper. Qu'à l'inverse, le faire dans d'autres pays peu recommandable comme le Qatar où l'intérêt de la population est inexistant. C'est au moins ça de gagner.


Oui, le fait que la population soit non seulement répondante et même demandeuse est un vrai aspect positif. Ce qui me gêne dans le propos de Bernaudeau, c'est qu'il n'y a pas la moindre réserve. Il applaudit et érige le Rwanda comme étant le bon exemple à suivre. Qu'il préfère ça aux Etats du Moyen-Orient ou à la Chine, ok, de là à en faire quelque chose de bon sans aucune nuance, ça me gêne.
(au-delà du Rwanda, c'est vrai aussi pour la Turquie ou la Tropicale. Et ça le serait encore plus si demain l'Erythrée voulait accueillir un championnat du monde. L'adhésion populaire est sympathique, on peut l'encourager mais il ne faut pas oublier derrière quelles sont les motivations réelles).
Avatar de l’utilisateur
Beobachter
Maillot jaune
 
Messages: 11310
Enregistré le: 28 Avr 2015, 02:30

Re: Jean-René Bernaudeau : « Le sport semble moins important

Messagepar Sanlioc » 06 Nov 2019, 08:25

Beobachter a écrit:
Kornrat a écrit:
Beobachter a écrit::- "Si le Rwanda a les championnats du monde, ce sera un accélérateur fort de la bonne mondialisation. Pas celle où il y a de l’argent et qui ne ressemble à rien. " Magnifique. Je ne sais pas si c'est de la pure naïveté ou de la simple ignorance de sa part mais applaudir sans réserve ce type de supposée "bonne mondialisation" me gêne sacrément. Derrière le véritable intérêt populaire (qui lui est à saluer), il y a aussi et surtout une volonté propagandiste d'un Etat qui n'est pas franchement recommandable.

Je pense surtout que quand il parle de mondialisation c'est dans le sens de la population, pour à l'avenir avoir des coureurs de ces pays délaissés par le sport de haut niveau. Donc autant le faire dans des pays où l'intérêt populaire est important, ça peut justement aider la population à se développer et à s'émanciper. Qu'à l'inverse, le faire dans d'autres pays peu recommandable comme le Qatar où l'intérêt de la population est inexistant. C'est au moins ça de gagner.


Oui, le fait que la population soit non seulement répondante et même demandeuse est un vrai aspect positif. Ce qui me gêne dans le propos de Bernaudeau, c'est qu'il n'y a pas la moindre réserve. Il applaudit et érige le Rwanda comme étant le bon exemple à suivre. Qu'il préfère ça aux Etats du Moyen-Orient ou à la Chine, ok, de là à en faire quelque chose de bon sans aucune nuance, ça me gêne.
(au-delà du Rwanda, c'est vrai aussi pour la Turquie ou la Tropicale. Et ça le serait encore plus si demain l'Erythrée voulait accueillir un championnat du monde. L'adhésion populaire est sympathique, on peut l'encourager mais il ne faut pas oublier derrière quelles sont les motivations réelles).


Bah il me semblait que la Chine ça commençait à faire émerger quelques pousses prometteuses non?
Avatar de l’utilisateur
Sanlioc
Cyclo du dimanche
 
Messages: 50
Enregistré le: 30 Oct 2019, 13:25

Re: Jean-René Bernaudeau : « Le sport semble moins important

Messagepar Beobachter » 06 Nov 2019, 17:52

Sanlioc a écrit:
Beobachter a écrit:
Kornrat a écrit:
Beobachter a écrit::- "Si le Rwanda a les championnats du monde, ce sera un accélérateur fort de la bonne mondialisation. Pas celle où il y a de l’argent et qui ne ressemble à rien. " Magnifique. Je ne sais pas si c'est de la pure naïveté ou de la simple ignorance de sa part mais applaudir sans réserve ce type de supposée "bonne mondialisation" me gêne sacrément. Derrière le véritable intérêt populaire (qui lui est à saluer), il y a aussi et surtout une volonté propagandiste d'un Etat qui n'est pas franchement recommandable.

Je pense surtout que quand il parle de mondialisation c'est dans le sens de la population, pour à l'avenir avoir des coureurs de ces pays délaissés par le sport de haut niveau. Donc autant le faire dans des pays où l'intérêt populaire est important, ça peut justement aider la population à se développer et à s'émanciper. Qu'à l'inverse, le faire dans d'autres pays peu recommandable comme le Qatar où l'intérêt de la population est inexistant. C'est au moins ça de gagner.


Oui, le fait que la population soit non seulement répondante et même demandeuse est un vrai aspect positif. Ce qui me gêne dans le propos de Bernaudeau, c'est qu'il n'y a pas la moindre réserve. Il applaudit et érige le Rwanda comme étant le bon exemple à suivre. Qu'il préfère ça aux Etats du Moyen-Orient ou à la Chine, ok, de là à en faire quelque chose de bon sans aucune nuance, ça me gêne.
(au-delà du Rwanda, c'est vrai aussi pour la Turquie ou la Tropicale. Et ça le serait encore plus si demain l'Erythrée voulait accueillir un championnat du monde. L'adhésion populaire est sympathique, on peut l'encourager mais il ne faut pas oublier derrière quelles sont les motivations réelles).


Bah il me semblait que la Chine ça commençait à faire émerger quelques pousses prometteuses non?


Tu as raison, "Chine" était un raccourci. En réalité la situation est plus contrastée. Par "Chine", je voulais surtout dire "Guangxi" ou l'autre épreuve WT en Chine quelques années plus tôt. Ce sont des épreuves purement "intéressées", il n'y a rien qui associe le public chinois ou le circuit chinois à ça. Il n'y a pas un Chinois au départ et le public est un public de policiers (les images sont assez particulières d'ailleurs). Aucune différence avec les courses au Moyen-Orient.
Par contre et là où tu as raison de le rappeler, c'est que la Chine ne se limite pas non plus à ça. En réalité, il y a tout un circuit secondaire (en UCI ou pas) qui a un véritable intérêt, d'une part car il associe le cyclisme chinois à ça et d'autre part car l'ambiance est moins rigide. On n'en est pas encore à avoir une équipe chinoise vraiment compétitive ou même un coureur vraiment prometteur mais la situation n'est pas inintéressante pour autant :ok:
Avatar de l’utilisateur
Beobachter
Maillot jaune
 
Messages: 11310
Enregistré le: 28 Avr 2015, 02:30