Écrit le par dans la catégorie Interviews, Les forçats de la route.

Après une première partie de saison compliquée face aux intempéries, Jeremy Maison (Fortuneo Samsic) a été l’auteur d’un très bon mois de juin qui l’a vu terminer à la 3eme marche du podium du Tour de Savoie Mont-Blanc. L’occasion de dresser un premier bilan.

« J’ai pu reprendre confiance en moi »

 

Comment se sont déroulés tes derniers mois de courses ?

Les conditions climatiques n’étaient pas très bonnes en début de saison, ce qui ne m’a pas aidé, mais j’ai progressé là-dessus comme dans beaucoup de domaines. D’un point de vue sportif, je me suis un peu retrouvé, en progressant en montagne et en revoyant la tête de la course. J’arrive à être là dans les moments décisifs et plus les mois passent, plus j’arrive à faire ce que je veux et ça c’est une bonne chose. Maintenant il va falloir conclure par une victoire.

Tes premiers mois ont semblé assez laborieux, comment l’expliques-tu ?

Mon début a été assez “light” et jusqu’au Tour de Bretagne, j’ai très peu couru. Au vu des conditions climatiques et de cette période de l’année, je m’attendais un peu à ce type de résultat. Puis j’avais aussi écouté Warren et quelques coureurs qui m’avaient conseillé d’alléger mon programme pour être au mieux cet été.

Ton premier gros objectif, c’était le Tour de Catalogne. Comme s’est-il déroulé ?

Plutôt bien. J’ai eu une journée un peu compliquée avec les conditions climatiques là encore. Je suis arrivé en Catalogne trois semaines après ma dernière course et je suis monté en puissance jusqu’à la dernière étape. J’ai vraiment aimé être auprès de Warren sur l’ensemble de la semaine. De plus j’ai pu être offensif sur les trois dernière étapes, sans grande réussite, mais quand je vois ce que j’ai pu faire cette année et que je compare avec cette même épreuve un an plus tôt je me dis que j’ai franchi un bon palier.

Comment sont repartis les rôles chez Fortuneo ?

On est assez libre. Hormis Warren il n’y a pas vraiment de leader et je n’ai jamais eu à travailler en tête de peloton sur des étapes plates. J’ai pu essayer d’accompagner les meilleurs le plus loin possible et de faire la course, la ressentir, une sensation que j’avais perdu. J’ai pu reprendre confiance en moi et c’était l’une des raisons pour lesquelles j’étais venu dans cette équipe.

Tu t’es fait remarquer en terminant 3eme du dernier Tour de Savoie Mont-Blanc. Tu t’attendais à ce résultat ?

J’avais dit à l’équipe que dès que les conditions météorologiques s’amélioraient, ça irait mieux. En plus, le mois de mai, c’était toujours la partie de l’année, quand j’étais étudiant, où c’était un peu plus light. Je pense que la mémoire du corps se rappelle de ça, ce qui fait qu’à ce moment-là de la saison, je suis plus frais.

Le Tour de Savoie Mont Blanc est une classe 2. Comment en es-tu arrivé à la viser particulièrement ?

J’apprécie énormément la chaleur et le tour de Savoie Mont-Blanc, ça a beau n’être qu’une classe 2, pour un grimpeur c’est peut-être la plus belle course qui puisse exister à ce niveau. J’étais motivé et je savais que j’allais tomber sur des parcours très difficiles. C’est une très belle course très bien organisée et avec un beau plateau, il n’y a qu’à regarder les noms des vainqueurs des différentes éditions. J’ai réappris à jouer la gagne dans une belle course où tout était réuni pour que les choses se passent bien. Quand je suis dans les Alpes je me sens un peu comme à la maison.

Tu passes tout près de ta première victoire sur le contre-la-montre d’Orelle. Là aussi c’était une agréable surprise pour toi, non ?

Non pas vraiment. Ce contre-la-montre, je voulais le gagner car au fond de moi, je savais que j’avais les jambes pour jouer la victoire. C’était un effort qui me convenait bien et vu l’étape du matin et la façon dont elle s’était déroulée, mes sensations, je m’étais dit que c’était peut-être la bonne. Ça a failli le faire, il n’a pas manqué grand-chose.

Quelle est la suite de ton programme ?

J’irai au tour de Burgos, c’est une course où je peux m’exprimer, ça devrait être dans mes cordes. Je vais y aller motivé après cinq semaines de coupure. Puis, je prendrai chaque course l’une après l’autre à partir du mois d’août. J’ai repris pas mal confiance en moi dernièrement et quand on a confiance en soi on tape plus à l’entraînement, on essaie de faire de plus en plus attention. Je suis de plus en plus professionnel dans mon approche du métier et des courses. J’espère que tout ça va me permettre de faire des belles performances prochainement.

Troisième du classement général du Tour de Savoie Mont-Blanc, Jérémy Maison a été dans le coup en juin également sur les Championnats de France.

« Ce que je veux plus tard, c’est être un super équipier »

 

Comment envisages-tu ta marge de progression ?

Je pense que jusqu’à 30 ans je progresserai. Après tout, ce n’est seulement que ma troisième année de vélo chez les pros et cette année, je sens un vrai changement au niveau de la force et de la puissance lors des fins de courses. Si je fais encore du vélo jusqu’à 30 ans et que je me sens bien, je continuerai à progresser dans tous les domaines. Je ne me fixe pas de plafond et je ferai tout pour progresser un maximum.

Et quel rôle te vois-tu occuper dans le futur ?

J’ai appris quelque chose, ces trois dernières années, c’est que je ne suis pas un leader dans l’âme. Ce que je veux plus tard, c’est être un super équipier. Je dois apprendre un maximum mon métier, voir comment se passe la course aux avant-postes et si je peux apporter mon potentiel physique au service d’un collectif ce sera génial. Ce sera finalement un peu dans la continuité de mon métier de kiné car j’aime aider les autres. J’en avais déjà pris conscience avant quand je m’étais mis au service d’Arnaud Demare lors du championnat de France l’année dernière avec l’émotion énorme que ça avait pu me procurer alors que, finalement, cette victoire n’est marquée nul part sur mon palmarès. J’avais trouvé ça fabuleux et si ça peut se reproduire dans d’autres conditions, j’en serais vraiment heureux.

Tu n’as pas été sélectionné pour le Tour. Vas-tu tout de même le regarder ? (Entretien réalisé avant le début du Tour, ndlr)

Je regarderai les étapes où je pense qu’il peut se passer des choses, en fonction de mon entrainement. Et j’espère voir les copains performer.

Quels sont tes favoris ?

Je verrai bien Pierre Latour créer la surprise et faire un Top 5. Pour la victoire finale, ça ne m’étonnerait pas que ce ne soit pas un favori qui l’emporte. Un coureur qui serait passé au travers des mailles du filet de la première semaine. Sur les pavés, c’est sûr qu’il y aura des favoris qui perdront la course.

Que t’évoque la décision de l’AMA de blanchir Froome ?

Il faut respecter la décision. Elle a été prise, voilà. Ce n’est pas une affaire simple à gérer, que ce soit d’un côté sportif politique ou éthique. Son dépassement de seuil, je voudrais savoir si ça l’a vraiment aidé ou pas. Quand je vois comment travaille l’équipe Sky, qui va aux limites de la performance, c’est sûr qu’en enchaînant le Tour de France et la Vuelta, il devait être fatigué. Moi je peux me regarder dans un miroir tous les jours comme le dit Warren Barguil (rires) mais c’est sûr que cette équipe flirte avec la limite du corps humain.

Pour conclure, toi, le grand amateur de café, tu ne postes plus d’image sur ce thème. Aurais-tu succombé au charme du thé ?

(Rires) Non je n’arrête pas. Je suis en panne de machine à café depuis quelques temps, là elle est partie au service client. Mais pas d’inquiétude, j’ai d’autres solutions. J’ai investi dans une autre machine ce qui me permet d’avoir une autre sensation en bouche. Ça va faire 2 ans et demi que je bois presque un café différent par semaine. Pour les photos, j’en mets moins, parce que ma copine me dis qu’à force les gens vont croire que je ne poste que des trucs sur ça. Après, je lui réponds que ce n’est pas ma faute si on en boit tous les jours (rires).

Propos recueillis par Bertrand Guyot (@bguyot1982) pour Le Gruppetto

Crédit Photo : Clémence Ducrot 
Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Venez lire les derniers articles des rédacteurs du Gruppetto et profitez-en pour donner votre avis sur les sujets évoqués dans ces articles.

Modérateur: Animateurs cyclisme pro

Re: Le fil rouge Jérémy Maison : « ce n'est que ma troisièm

Messagepar huliop » 23 Juil 2018, 21:26

Top comme article !
C'est intéressant d'avoir son point de vue sur l'affaire Froome. On sent qu'il est plutôt sur la retenue mais il est aussi lucide par rapport à leurs "méthodes" d'entraînement
Avatar de l’utilisateur
huliop
Coureur pro
 
Messages: 1707
Enregistré le: 25 Jan 2015, 13:25
Localisation: Grenoble

Re: Le fil rouge Jérémy Maison : « ce n'est que ma troisièm

Messagepar TeamCanada » 23 Juil 2018, 22:13

huliop a écrit:Top comme article !
C'est intéressant d'avoir son point de vue sur l'affaire Froome. On sent qu'il est plutôt sur la retenue mais il est aussi lucide par rapport à leurs "méthodes" d'entraînement


Tout a fait normal, il ne veut pas se griller dans le peloton.
TeamCanada
Cyclo du dimanche
 
Messages: 90
Enregistré le: 29 Avr 2018, 23:09

Re: Le fil rouge Jérémy Maison : « ce n'est que ma troisièm

Messagepar gosso » 24 Juil 2018, 13:55

Nouvelle interview agréable ;)
Avatar de l’utilisateur
gosso
Jersey rojo
 
Messages: 7989
Enregistré le: 05 Juil 2013, 00:01
Localisation: La finesse à l'état pur