Écrit le par dans la catégorie Interviews, Les forçats de la route.

Cette année, Le Gruppetto va suivre l’actualité de Jérémy Maison (Fortuneo-Samsic), nouveau transfuge dans l’équipe de Warren Barguil. L’occasion pour nous d’échanger avec lui sur sa saison, mais pas que ! Coulisses, débats, envers du décor… vaste programme à venir, en somme.

Jeremy, comment se passe ton intégration chez Fortuneo-Samsic ?

Ça se passe très bien, j’ai changé d’équipe, de vélo et d’entraîneur, ce qui fait pas mal de changements pour un début de saison. Je trouve mes marques petit à petit.

C’est toi qui a voulu changer d’entraîneur ?

Oui, j’ai travaillé pendant 5 ans avec David Han qui est maintenant entraîneur salarié de la FDJ et j’ai préféré prendre celui de ma nouvelle équipe, Théo Ouvrard. C’est une bonne chose car ça me permet de changer de méthode d’entraînement et, quelque part, de m’émanciper un petit peu. J’avais le même entraîneur depuis mes débuts en élite amateur il y a 5 ans et je lui faisais énormément confiance. Mais parfois, j’appliquais les consignes à la lettre, sans me poser de question. Pour le moment, avec Théo, ça se passe très bien, je lui fais confiance. En seulement deux mois dans l’équipe je le trouve déjà très investi, il est toujours à l’écoute et c’est une chose très importante pour moi. Jusqu’à présent, et en 10 années de vélo, je n’ai changé d’entraîneur qu’à deux reprises, à chaque fois cela a marqué un tournant dans ma vie de cycliste.

Comment se sont déroulés les premiers contacts avec le reste de l’équipe?

D’abord, on a eu un premier stage très convivial, au mois de novembre. On se réunissait tous les soirs c’était très sympa. Il y a eu beaucoup de changements dans l’équipe avec l’arrivée de Warren. L’équipe veut grandir et elle s’en donne les moyens. C’est un beau projet qu’on m’a présenté et je découvre en plus une équipe familiale avec des partenaires très investis. Par exemple, Raphaël Jeune de la société Look vient régulièrement en stage pour voir comment ça se passe avec les différents vélos, pédales et roues. Cette année nous avons également eu l’opportunité de personnaliser nos maillots. Nous avons tous notre nom sur la manche gauche et la citation de notre choix à droite.

On imagine le choc culturel, un Bourguignon qui débarque chez des Bretons. Tu survis ?

J’ai toujours aimé la Bretagne, j’y suis d’ailleurs allé bon nombre de fois avec mes parents en vacances. C’est vrai que l’on est vraiment, avec l’équipe Fortuneo-Samsic, dans un environnement breton. La majorité du staff, des coureurs et des partenaires sont bretons. Je le vis bien, j’ai quand même la chance de rouler sur des supers vélos bourguignons (la société Look est à une heure de la maison).

D’ailleurs, la Bourgogne, pour un grimpeur, est-ce vraiment l’idéal ? Les montagnes de Bretagne ne seraient-elles pas plus appropriées à ton gabarit ?

J’aime ma région, même si l’on n’est pas vraiment gâté par la météo. Warren a beau me dire qu’il fait beau en Bretagne et qu’il n’y pleut presque jamais… non, vraiment je suis bien chez moi (rires). Et pour répondre à la question, j’ai fait beaucoup d’home-trainer ces dernières semaines et je suis parti un mois en Espagne où j’ai pu faire quelques montées plus longues, même si c’était pas super intensif. Et plus tard dans la saison, je prendrai ma voiture et je descendrai 300 km vers le sud dans la très belle région d‘Aix-les-Bains. C’est un peu mon QG d’été.

Comment te sens-tu actuellement ?

Mes objectifs n’étaient pas vraiment en début de saison, la forme arrive petit à petit. Cette année, je me suis préparé calmement parce que j’en faisais trop et je tombais souvent malade en début de saison. Et après j’avais du mal à me remettre en route et à trouver un bon pic de forme. Warren et Amaël (Moinard) m’ont bien canalisé cet hiver. Pour le moment, je ne suis pas tombé malade et ça à l’air de bien se passer, les jambes tournent de mieux en mieux. On fera un premier bilan fin avril.

Quel va être ton programme de course ?

Il faut que je monte en pression. J’aimerais bien voir où j’en suis, notamment lors du Tour de Provence (ndlr : il a terminé 17e de l’épreuve). Puis je vais faire l’Ardèche samedi et j’espère vraiment être performant au Tour de Catalogne au mois de mars. Il faut que je sois compétitif parce que j’ai envie d’aider Warren le plus loin possible. Après ça j‘enchaînerai jusqu’à Liège.

Et quel serait ton objectif personnel, cette saison ?

Gagner et me perfectionner dans mon rôle d’équipier. J’ai énormément de choses à apprendre.

Jérémy Maison, sous ses nouvelles couleurs de la Fortunéo – Samsic lors du prologue du Tour de Provence.

 

Cet hiver, as-tu participé à quelques compétitions de cyclo-cross ? Que penses-tu de cette discipline ?

J’en ai fait jusqu’en junior et ça me tenait à cœur parce qu’en général, je finissais bien la saison de route, fin septembre, et j’aimais bien prolonger un peu le plaisir avec le beau temps d’octobre. Mais malheureusement, je n’ai pas eu trop eu de temps pendant mes études, et juste après je me suis cassé la clavicule, donc je ne pouvais pas prendre de risques de ce côté là. J’y ai regoûté cette année, près de chez moi, début janvier pour remercier mon ancien entraîneur qui était l’organisateur d’une compétition de cyclo-cross locale. J’aime bien cette discipline et je pense que la plupart des routiers ont ce lien, plus ou moins proche avec cette discipline. On jette d’ailleurs toujours un petit coup d’œil aux résultats du duel entre Van der Poel et Van Aert.

Tu as regardé quelques manches ?

Si je peux, oui, j’en regarde à la télé. C’est quand même limite plus intéressant que la route, il y a des duels, il y a toujours des mouvements de course, les mecs sont à bloc toute l’épreuve. Il peut se passer énormément de choses. Tandis que sur les courses sur route, notamment en World Tour, on sait bien que pendant 3h c’est très rare qu’il se passe quelque chose. Au final, tout le monde est sur la défensive contrairement au cyclo-cross où chacun essaye de mettre l’autre à la faute.

Que faudrait-il selon toi pour décanter les courses ?

Quand j’étais en amateur, la course se décantait à 100 kilomètres de l’arrivée, ça attaquait de partout et le scénario était imprévisible. En pro, tu as souvent cinq, six équipes qui sont autour d’un gros leader, soit pour le sprint, soit pour le général. Du coup, ça cadenasse la course et les coureurs n’osent pas y aller. Peut-être qu’augmenter les bonifications, au lieu de mettre 6 secondes, mettre 15 secondes, ça pourrait aider. Si j’étais organisateur de course, je ferais des compétitions moins longues, avec des bonifications plus importantes en milieu de parcours, pour favoriser les mouvements de course.

Janvier et février sont les saisons “exotiques” du cyclisme. Quel regard portes-tu sur ce phénomène désormais ancré dans les moeurs du calendrier cycliste international ?

C’est une bonne chose parce que le vélo, ce n’est pas que franco-français ou juste européen. Cela se mondialise et forcément, il y a plus de sponsors, plus de personnes intéressées, plus d’entreprises qui investissent. Cela donne une vision plus internationale du vélo. On peut peut-être imaginer arriver à un modèle comme celui du foot avec des droits TV ? Côté coureur, ça nous permet de voir différentes topographies de course. De plus, en France, on est souvent très regardé mais à l’étranger, on n’a pas l’impression d’être autant surveillé.

Ne crains-tu pas que cette internationalisation ne se fasse au détriment des épreuves du vieux continent, plus fragiles, malgré leur histoire ?

Oui, il faut tout de même défendre son bout de pain comme Marc Madiot le fait si bien. Il y a plus de certitudes aujourd’hui concernant des courses nationales que sur des courses « construites sur le sable » dans un pays comme celui du Qatar où les organisateurs peuvent arrêter volontairement du jour au lendemain. En France il y a une histoire derrière la course, il y a des bénévoles, des passionnés qui se battent toute l’année pour que leur course ait lieu. Ce sont ces derniers qui font vivre le vélo et qui nous font vivre et il ne faut pas aller à l’étranger au détriment de ce système. Il faut que le calendrier permette à l’un de vivre non au détriment de l’autre.

Dernière question : que penses-tu de la décision de l’équipe Sky d’aligner Christopher Froome sur la Ruta del Sol ?

Je pense qu’il aurait dû attendre la fin de cette histoire. Il y a toujours un doute sur lui. En respect envers les supporters et nous les coureurs, il aurait dû s’abstenir.

 

Propos recueillis par Bertrand Guyot (@bguyot1982) pour Le Gruppetto

 

Crédit Photo : @JamesStartt (Agence Zoom)
Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Venez lire les derniers articles des rédacteurs du Gruppetto et profitez-en pour donner votre avis sur les sujets évoqués dans ces articles.

Modérateur: Animateurs cyclisme pro

Re: Le fil rouge Jérémy Maison : un Bourguignon chez les Bre

Messagepar Geraldinho » 19 Fév 2018, 19:08

Et allez mange ça Chris :o

A part ça, super interview ! Merci beaucoup à ceux qui ont recueilli les propos puis rédigé et relu l'article :ok: :ok: :ok:
Avatar de l’utilisateur
Geraldinho
Directeur sportif
 
Messages: 8716
Enregistré le: 07 Sep 2015, 21:47
Localisation: Près des volcans d'Auvergne...

Re: Le fil rouge Jérémy Maison : un Bourguignon chez les Bre

Messagepar Warren Barguil » 19 Fév 2018, 19:10

Bon article :ok:
Avatar de l’utilisateur
Warren Barguil
Maglia rosa
 
Messages: 9988
Enregistré le: 07 Jan 2016, 18:07
Localisation: Chez les supporters d'un vrai club tel l'EA GUINGAMP

Re: Le fil rouge Jérémy Maison : un Bourguignon chez les Bre

Messagepar Kornrat » 19 Fév 2018, 19:33

Je le rejoins sur ce qu'il faut pour rendre les courses plus "incontrôlable". Je pense que mettre suffisamment de bonif' durant l'étape pour permettre à un gars en échappée de prendre le maillot de leader sans forcement aller au bout serait intéressant.
Avatar de l’utilisateur
Kornrat
Directeur sportif
 
Messages: 6830
Enregistré le: 18 Mar 2016, 20:29

Re: Le fil rouge Jérémy Maison : un Bourguignon chez les Bre

Messagepar Viick Cyclisme » 19 Fév 2018, 20:09

Super article, j'espère qu'il va se dévoiler cette saison !
PS: La légende de la photo n'est pas bonne, c'est une photo de la 2 ème étape.
Avatar de l’utilisateur
Viick Cyclisme
Terreur de critérium
 
Messages: 620
Enregistré le: 12 Mai 2016, 12:20