Écrit le par dans la catégorie Interviews, Les forçats de la route.

Annoncé dans la pré-sélection de son équipe Bretagne-Séché pour le prochain Tour de France, Pierre-Luc Périchon espère faire partie des neuf coureurs qui prendront le départ du Tour à Utrecht. Celui qui s’est montré à son avantage en ce début de saison, en étant à l’avant sur le Paris-Roubaix ou en passant tout près de la victoire sur le Tro Bro Leon, s’est confié sur sa carrière et sur son avenir incertain dans le peloton professionnel.

 

Tout d’abord, comment te définis-tu en tant que coureur : plutôt un puncheur, un rouleur, un baroudeur ?

 

Je suis assez complet comme coureur, ça dépend des courses et du rôle que l’on me donne. Mais je passe assez bien les bosses, je me débrouille en contre-la-montre et je sais prendre les échappées ! Du coup au lieu d’exceller dans un domaine, je me définirais plus comme un « couteau suisse ».

 

Tu étais dans l’échappée lors de Paris-Roubaix, que retiens-tu de cette journée ? Ça restera un bon souvenir malgré tout ?

 

Être dans l’échappée m’a procuré pas mal de satisfactions. Paris-Roubaix, c’est une classique mythique… C’était ma troisième participation et je voulais prendre l’échappée depuis 2 ans, j’avais atteint un premier objectif ! Au début je me suis dit : « C’est cool je vais montrer le maillot ! » . Puis quand Sébastien Hinault (son directeur sportif, ndlr) est remonté, on a fait le point. Je lui ai dit qu’on allait faire un peu de télé et il m’a répondu : « Aujourd’hui, on peut faire plus que de la télévision ! » Ça m’a surmotivé !

 

Tu es passé en tête de la course dans la Trouée d’Arenberg, c’est mythique ou anecdotique pour toi ? 

 

Passer Arenberg en tête, c’est mythique. On sent la pression qui monte pendant le secteur d’Haveluy quand on approche de la Trouée. Et puis on voit le complexe minier et là on est jeté dans la foule… On se croirait dans une arène : les gens crient tellement fort que ça donne des frissons. Personnellement, j’étais littéralement porté par les encouragements. Par contre quand tu sors de la Tranchée, il y a toute la douleur que tu n’as pas sentie pendant le secteur pavé qui te tombe dessus.

 

Et pourtant tu es victime d’un coup du sort dans le secteur « Beuvry-la-Forêt à Orchies » (là où tu avais remporté une de tes premières courses : le GP Beuvry-la-Forêt). Tu crèves et tu es irrémédiablement distancé de l’échappée à 60 kilomètres de l’arrivée…

 

Ça ne s’est pas vraiment passé comme ça. En fait j’ai ma poignée de vitesses qui n’a pas résistée à la Tranchée d’Arenberg. Du coup à la sortie j’ai appelé ma voiture pour changer de vélo mais apparemment les commissaires n’ont pas fait remonter l’information à mon équipe. Sur le même secteur, mon coéquipier Yauheni Hutarovich casse son vélo, et son mulet s’est emmêlé dans un drapeau flandrien sur le toit de la voiture. Finalement le seul vélo qui lui convenait, c’était le mien et donc l’équipe a décidé de lui donner mon vélo.
Mais quelques instants plus tard, un assistant de l’équipe (qui avait été informé de mon problème) a appelé Sébastien Hinault au téléphone. Il a donc fallu attendre « Huta », récupérer mon vélo et me le remonter mais les commissaires n’ont pas autorisé ma voiture à doubler le peloton ! Dans le secteur pavé « Marc Madiot » quand je crève, ça faisait presque 30 kilomètres que je faisais du « pignon fixe ». J’ai voulu prendre un vélo de l’assistance neutre Mavic mais ça ne s’est pas vraiment déroulé comme je le souhaitais. Finalement c’est toute cette accumulation de péripéties qui m’a fait décrocher de l’échappée.

 

Tu avais encore des bonnes jambes à ce moment-là ?

 

Suite à ma discussion au début de la course avec mon directeur sportif je m’étais économisé au maximum. S’il y avait eu quelque chose à faire je ne voulais absolument pas passer à côté ! Donc oui à ce moment-là de la course, j’avais de bonnes jambes, peut-être pas celles pour la gagne mais je pense que j’aurai accompagné l’échappée jusqu’au bout pour faire une petite place pourquoi pas…

 

Pierre-Luc Périchon sur le mythique vélodrome de Roubaix, lui qui a été un animateur de l'Enfer du Nord 2015.

Pierre-Luc Périchon sur le mythique vélodrome de Roubaix, lui qui a été un animateur de l’Enfer du Nord 2015.

 

Comment gérer au mieux son effort d’ailleurs sur une course comme Paris-Roubaix ?

 

Pour gérer son effort, il faut surtout penser à bien s’alimenter, bien boire et surtout à ne pas en faire trop. Sur Paris-Roubaix cela signifie, dans les secteurs, de ne pas prendre le vent mais ne pas traîner derrière pour éviter d’être gêné par les crevaisons des autres.

 

Dans la foulée tu finis cinquième du Tro Bro Leon. Ça fait 3 ans que tu finis dans le Top 10 de cette épreuve. A quel point cette course est importante pour l’équipe Bretagne-Séché et pour toi ? 

 

C’est une course bretonne, elle nous tient donc forcément un peu plus à cœur mais l’équipe ne nous met pas plus la pression que ça. C’est une course de mouvements, et comme il y a beaucoup de baroudeurs dans l’équipe on est souvent à notre avantage ! Pour ma part, c’est une course qui me plait, de par sa particularité (avec les ribinoù) et son positionnement dans la saison : mi-avril est une période de forme naturelle chez moi. Du coup j’essaie de placer mes objectifs à cette période. Je ne suis jamais très loin mais jamais gagnant…

 

On compare souvent le Tro Bro Leon au Paris-Roubaix pour ses « ribinoù », sur le vélo c’est comparable aussi ? 

 

C’est un petit peu semblable lors de l’approche des premiers ribinoù, mais après en avoir passé cinq ou six la course est déjà décantée. Sur les chemins, ça n’est pas aussi traumatisant que sur les pavés, que ce soit pour l’homme ou pour la machine.

 

Ton plus grand succès c’est ta victoire sur le Paris-Camembert en 2012 alors que tu venais d’arriver chez La Pomme Marseille. Tu en gardes quel souvenir 3 ans après ?

 

Effectivement, c’est ma plus belle victoire ! Mais 3 ans après, l’euphorie est retombée… (rires) Plus sérieusement, c’est une très belle ligne à mon palmarès. Mais surtout c’est à cette victoire que je me raccroche dans les moments de doutes. Je suis passé professionnel tard (à 25 ans), avant ça j’ai essuyé quelques refus, qui avaient comme unique explication : « tu n’as pas le moteur pour passer pro ». Cette victoire, c’était ma réponse !

 

Tu considères cette victoire comme un tremplin dans ta carrière ?

 

Sans être un réel tremplin, elle m’a tout de même permis de rejoindre Bretagne-Séché Environnement. Mais elle m’a surtout permis d’avoir un peu plus confiance en moi.

 

Tu finis quatrième du Tour de Langkawi avec une seule place dans les dix sur le total des huit étapes, tu donnes plus d’importance au classement général ou aux étapes dans ce genre de tour ?

 

Dominique Garde (mon entraineur quand j’étais au pôle espoir de Saint-Etienne) me disait toujours : « sur les courses à étapes, il faut d’abord gagner une étape et après tu seras placé au général ! » Mais là, il y avait sept arrivées au sprint sur huit étapes ! Et avec Guardini, Ewan ou encore Petacchi je n’avais pas beaucoup de chance de bien figurer. Et puis on a essayé de placer au mieux Romain Feillu pour les sprints.

 

Bretagne-Séché a obtenu une nouvelle wild card pour le Tour de France et tu es annoncé dans la présélection. On imagine que tu y penses fortement ?

 

Le Tour, j’y pense forcément. Mais il n’y aura que neuf coureurs au départ du Tour de France, il faut gagner sa place, et ça passe par de belles performances ! L’an dernier j’étais dans le carré final pour les trois dernières places, finalement je n’ai pas été retenu, ça a été un coup dur. Cette année je ne veux pas revivre la même déception… Alors je prends les courses comme elles viennent, si je gagne ma place tant mieux, sinon tant pis.

 

A part le Tour, tu as d’autres objectifs précis pour la suite de cette saison 2015 ? 

 

Franchement j’aimerais bien en gagner une d’ici la fin de saison ! Mais mon principal objectif, c’est de retrouver un contrat pour le moment.

 

Quel est ton regard sur le cyclisme actuel, sur le recul du dopage et le niveau du cyclisme français en général avec l’émergence de très bons jeunes ?

 

Je pense que le cyclisme va mieux mais malheureusement les derniers événements n’ont pas aidé… Malgré quelques exceptions je pense et j’espère que la lutte anti-dopage porte ses fruits.
Pour le niveau du cyclisme français ça fait du bien de voir l’émergence de jeunes coureurs tels que Julian Alaphilippe, Thibaut Pinot et Romain Bardet, entre autres…

 

Comment sont les relations dans le peloton entre les équipes continentales comme Bretagne-Séché et les équipes World Tour ? 

 

C’est assez difficile de se faire une place. Même si l’équipe monte, on n’est pas encore intégré dans la hiérarchie du cyclisme mondial. Tant que l’on n’aura pas gagné une grosse course, ce sera difficile de se faire respecter dans le peloton.

 

Périchon finit troisième du Tour du Doubs en 2014 devant Pinot, Vuillermoz et Rebellin.

En 2014, Pierre-Luc Périchon finit troisième du Tour du Doubs au sprint devant Pinot, Vuillermoz et Rebellin.

 

Avec quels coureurs (autres que tes équipiers) t’entends-tu bien dans le peloton et avec qui t’entraînes-tu ?

 

Lorsque je courais au SCO Dijon, j’ai vécu 2 ans à Lille. Là-bas j’ai fait la connaissance de Romain Pillon (Roubaix-Lille Métropole) et depuis il est devenu un de mes meilleurs amis. Je m’entends aussi très bien avec les coureurs que je croise souvent sur la piste et ceux de ma région. A l’entrainement je roule quelques fois avec Fréderic Brun (son coéquipier chez Bretagne-Séché, ndlr), mais dans l’ensemble j’habite assez loin des autres coursiers alors je roule souvent seul.

 

Tu as un entraîneur particulier ou tu fais toi-même tes entraînements ?

 

J’ai longtemps travaillé avec David Han ! Mais depuis qu’il est allé dans l’équipe FDJ.fr c’est plus compliqué, je lui demande quelques conseils quand je suis « bloqué » sinon j’essaie de me débrouiller tout seul.

 

Tu as des contraintes alimentaires ou tu n’y accordes pas d’importance ?

 

Chez moi je fais attention à la qualité des aliments, mais je mange à ma faim. À l’hôtel c’est différent, la qualité n’est pas toujours au rendez-vous, alors j’essaie de rationner. Dans l’ensemble je fais en sorte de garder une notion de plaisir.

 

Tu as une carrière de pistard en parallèle, quelle influence a-t-elle eu sur ta carrière sur route ? Tu te fixes aussi des objectifs sur piste ?

 

La piste m’apporte certaines intensités qu’on ne travaille pas sur la route, ça me permet de compléter mes compétences. J’aimerais bien aller à Rio l’an prochain, mais ça risque d’être compliqué… C’est aussi une échappatoire à la routine de l’entrainement sur route, c’est plus ludique. Mais la piste ne m’aidera jamais à retrouver un contrat professionnel !

 

On va parler un peu de tes préférences : quelle est la course qui te fait rêver ?

 

Les Championnats du Monde !

 

Et ton idole quand tu étais jeune ?

 

C’était Miguel Indurain au début (et oui, ça fait longtemps que je suis sur le vélo…) puis Tom Boonen dans les années 2000.

 

Pour finir, tu envisages déjà une reconversion après ta carrière cycliste ? Si oui, toujours dans le milieu du cyclisme ?

 

Une carrière cycliste c’est assez éphémère, ça peut s’arrêter du jour au lendemain. Même si j’ai assuré mes arrières avec mes études, je réfléchis toujours à une possible reconversion. Je ne pense pas travailler dans le milieu du cyclisme à proprement parler, au mieux ce sera pour un équipementier. Mais je pense que je voudrais retrouver un rythme de vie « classique ».

 

Le Gruppetto tient à remercier Pierre-Luc Périchon pour sa disponibilité et lui souhaite de retrouver un contrat professionnel pour la saison 2016.

 

Crédits Photo : Mathilde l’Azou (@MathildeLAzou), Antoine_Blondin et Benoît Prieur (agamitsudo), CC-By-Sa.

 

Propos recueillis par Lucas Boutelier
Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Venez lire les derniers articles des rédacteurs du Gruppetto et profitez-en pour donner votre avis sur les sujets évoqués dans ces articles.

Modérateur: Animateurs cyclisme pro

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar Murungaru » 20 Mai 2015, 21:08

Interview très sympa intéressante :ok: notamment ses sensations et impressions sur PR.
Modifié en dernier par Murungaru le 20 Mai 2015, 21:21, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Murungaru
Champion national
 
Messages: 5917
Enregistré le: 15 Oct 2014, 12:17

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar Moozam » 20 Mai 2015, 21:14

Elle est géniale cette interview :ok:
Avatar de l’utilisateur
Moozam
Poisson-pilote
 
Messages: 3193
Enregistré le: 11 Avr 2015, 13:49

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar Akitsuki » 20 Mai 2015, 21:23

Enorme interview ! Pierre Luc Perichon a fait de superbes reponses bien formulees ! Une qualité qui sort pas mal des sentiers battus. J'adore. :love:

Et cette interview :love: Des questions qui sortent bien des formats traditionnels. Bref, superbe 8)

Je suis fan 8)
Avatar de l’utilisateur
Akitsuki
Champion confirmé
 
Messages: 15363
Enregistré le: 04 Juil 2013, 14:25
Localisation: En prépa mentale pour Paris Roubaix

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar thor_husvod » 20 Mai 2015, 21:24

Yep excellente interview bravo à toi (et a PLP) :love: :ok:
Avatar de l’utilisateur
thor_husvod
Directeur sportif
 
Messages: 45547
Enregistré le: 02 Juil 2013, 19:25
Localisation: Brest

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar jojodemarni » 20 Mai 2015, 23:42

Genial :love:
Avatar de l’utilisateur
jojodemarni
Maillot jaune
 
Messages: 11711
Enregistré le: 23 Fév 2015, 15:20

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar Mayoj » 21 Mai 2015, 06:57

Content que ça vous plaise :P
Avatar de l’utilisateur
Mayoj
Manager
 
Messages: 62218
Enregistré le: 01 Juil 2013, 00:05
Localisation: Martigny

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar bouri » 21 Mai 2015, 07:41

Bravo pour l'interview :ok:
Avatar de l’utilisateur
bouri
Maglia rosa
 
Messages: 8824
Enregistré le: 14 Juil 2013, 14:14
Localisation: De nouveau breton, c'est bon çà

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar gosso » 21 Mai 2015, 08:17

Félicitations pour le bon travail. Une interview cohérente, c'est pas toujours simple à monter et merci à PLP d'avoir eu la gentillesse et d'avoir pris le temps de répondre à cette interview...

Au passage, ça pourrait être malin de faire un petit index pour ne pas oublier d'article et pouvoir les ressortir via twitter quand un fait d'actualité colle avec le dit article comme le faisait vélochrono dans le temps ;)
Avatar de l’utilisateur
gosso
Maglia rosa
 
Messages: 9612
Enregistré le: 04 Juil 2013, 23:01
Localisation: A l'époque j'étais supporter de la Juventus

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar Vinzouille » 21 Mai 2015, 08:36

Très belle interview, j'adore !

Des questions pertinentes et intéressantes, des réponses bien formulées et complètes. Vraiment une interview de qualité, c'est super pour nous faire connaitre encore plus dans le peloton :D


Par contre, PLP sur le Tour de France...
J'imagine déjà les banderoles et les encouragements de folie lors de son passage devant nous à l'Alpe d'Huez Image
Avatar de l’utilisateur
Vinzouille
Maillot vert
 
Messages: 4750
Enregistré le: 01 Juil 2013, 07:19
Localisation: 26 - Drôme

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar Mayoj » 21 Mai 2015, 21:20

Ce serait énorme en effet Image
Avatar de l’utilisateur
Mayoj
Manager
 
Messages: 62218
Enregistré le: 01 Juil 2013, 00:05
Localisation: Martigny

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar Yaros » 23 Mai 2015, 10:40

Excellente interview :ok:
La transcription est remarquable, ça change des daubes qu'on trouve dans les médias sportifs généralistes 8)
Avatar de l’utilisateur
Yaros
Champion national
 
Messages: 5525
Enregistré le: 11 Juil 2013, 21:45
Localisation: Prades (66)

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar Native » 23 Mai 2015, 17:06

Super interview, les réponses sont super intéressantes, notamment sur le vécu de Paris-Roubaix ! Les questions étaient bonnes et il s'est impliqué, c'est vraiment bien. :ok:
Avatar de l’utilisateur
Native
Maillot blanc
 
Messages: 2685
Enregistré le: 02 Juil 2013, 16:59

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar AnquetilEtHinault » 23 Mai 2015, 17:53

Bel interview! :o
Avatar de l’utilisateur
AnquetilEtHinault
Champion national
 
Messages: 5561
Enregistré le: 28 Aoû 2014, 09:04
Localisation: On ne fait pas d'omelettes sans massacrer des orphelins

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar Serval » 23 Mai 2015, 22:40

Beau travail! Félicitations pour l'interview. 8)
Avatar de l’utilisateur
Serval
Champion en devenir
 
Messages: 12545
Enregistré le: 10 Juil 2013, 14:00
Localisation: Quelque part sur cym 3

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar jeanbonnot » 24 Mai 2015, 18:22

Bien joué :ok:
Avatar de l’utilisateur
jeanbonnot
Maillot blanc
 
Messages: 2763
Enregistré le: 12 Oct 2014, 16:34

Re: ITW Pierre-Luc Périchon « Le Tour, j’y pense forcément »

Messagepar simonzen » 26 Mai 2015, 19:45

Très sympa.

Merci pour le travail effectué.
Avatar de l’utilisateur
simonzen
Légende du Gruppetto
 
Messages: 22206
Enregistré le: 22 Aoû 2014, 10:18
Localisation: Vital