Écrit le par dans la catégorie Analyses, Coup de bordure.

La saison 2014 est en train de s’ouvrir avec les championnats d’Australie, mais déjà, certaines équipes continentales ont en tête la course la plus prestigieuse de l’année : le Tour de France. Comme chaque année, des invitations seront distribuées aux équipes de 2ème division. Si l’an dernier il n’y en eut que 3 (suite à l’inclusion de dernière minute de Katusha en World Tour), cette saison on repasse à 4. Qui plus est, avec la disparition des formations Vacansoleil, Euskaltel et Sojasun, ce sont trois nouvelles équipes qui auront leur chance sur les routes du Tour. Pour vous, Le Gruppetto analyse les chances des uns et des autres …

Cofidis : probabilité d’être au départ : 99%

L’équipe française est l’un des piliers du peloton français depuis près d’une quinzaine de saisons. Difficile pour les organisateurs de se passer de l’équipe nordiste, malgré des résultats en berne depuis quelques saisons. Néanmoins sur le papier l’effectif reste attrayant, avec des coureurs de bons niveaux tels que Jérôme Coppel, Daniel Navarro ou Rein Taaramaë. Ils seront donc, comme tous les ans, au départ du Tour.

Cofidis, au coeur du peloton depuis 1997

Cofidis, au coeur du peloton depuis 1997

IAM : probabilité d’être au départ : 90%

Ce sera très certainement le premier Tour de France pour l’équipe suisse, et ce sera amplement mérité. Elle possède, à n’en pas douter, le meilleur effectif de la 2ème division. Alignant des jeunes qui montent (comme Sébastien Reichenbach et Reto Hollenstein), des coureurs confirmés (Heinrich Haussler, Martin Elmiger, Gustav Larsson, Thomas Löfkvist, Johann Tschopp), des français (Sébastien Hinault et Jérôme Pineau) et surtout Sylvain Chavanel, LA recrue de l’intersaison pour IAM, on voit mal comment ils peuvent ne pas être invités au départ du Tour.

Bretagne : probabilité d’être au départ : 75%

2014 sera la 10ème saison de Bretagne au niveau UCI. Une participation au Tour de France serait la plus belle des récompenses pour cette équipe restée dans l’ombre des grandes formations françaises. Passée de la 3ème à la 2ème division en 2011, avec le soutien de Schuller puis Séché Environnement, Bretagne a doucement mais sûrement construit son projet. La disparition de Sojasun leur ouvre grand la porte pour accéder au Tour, dans le rôle du petit poucet français, vaillant et toujours à l’attaque. Son point faible est très certainement son effectif, car même s’ils possèdent des coureurs offensifs, capables de coups d’éclats, ils n’ont pas de grands noms du peloton qui pèseront sur la course. Néanmoins le recrutement des frères Feillu, et tout particulier celui de Romain, sprinteur reconnu, apporte un vrai plus à cette formation.

NetApp probabilité d’être au départ : 50%

L’équipe allemande poursuit son bonhomme de chemin. Après avoir participé avec succès au Giro en 2012 et à la Vuelta en 2013 (1 victoire d’étape et un top 10), l’équipe ambitionne de participer au Tour cette saison. Il y a quelques jours, Ralph Denk, le manager de l’équipe, a déclaré renoncer au Giro pour se concentrer sur l’obtention de la Wild Card au Tour. Le retour d’une formation allemande sur les routes françaises ne serait certainement pas pour déplaire à ASO, dans le but de reconquérir le coeur de leurs médias, même s’il n’y a que 4 coureurs allemands au sein de l’équipe. Sportivement parlant, l’élément clé est Leopold König. 9ème de la dernière Vuelta, le leader tchèque monte en puissance, et pourrait être un très bon second couteau. Entouré de coureurs d’expérience  tels que Jan Barta, Iker Camaño, Bartosz Huzarski, Tiago Machado, ou avec le jeune sprinteur irlandais Sam Bennett, on a du mal à imaginer ce qui pourrait les empêcher d’être au départ.

Andreas Schillinger et Jan Barta

Après le Dauphiné, le Tour pour NetApp ?

Colombia : probabilité d’être au départ : 15%

ASO tentera-t-il le pari sud-américain ? Jamais en manque d’idée quant à développer l’image du Tour à l’international, le retour d’une équipe colombienne sur le Tour serait assurément un beau coup marketing. Mais avec  le départ d’Atapuma, l’équipe a perdu son leader. Certes elle a recruté Miguel Angel Rubiano (en provenance d’Androni) mais celui-ci n’est pas un coureur de tours. Fabio Duarte peinant à décoller, on sent l’effectif colombien dans le dur après une saison 2013 clairement décevante. Il va falloir réagir rapidement en début de saison pour espérer être au départ du Tour. L’attribution d’une éventuelle Wild Card pour le Giro pourrait aussi mettre un terme à leurs espoirs.

Colombia est dans le brouillard ces derniers temps ...

Colombia a du mal à être dans la lumière ces derniers temps …

MTN – Qhubeka :  probabilité d’être au départ : 10%

Plus encore que Colombia, MTN serait une excellente publicité pour le Tour. L’équipe professionnelle sud-africaine, comportant 18 coureurs africains (10 sud-africains, 5 érythréens, 1 éthiopien, 1 rwandais et 1 algérien), marquerait une réelle avancée dans le monde du cyclisme. Après l’Amérique et l’Océanie, l’Afrique … mais qu’on se le dise, ça n’arrivera probablement pas cette année. Ca n’est pas la faute à l’effectif, dont la présence ne serait absolument pas négative pour le Tour (avec des têtes d’affiche que sont Ciolek, Pardilla, Gerdemann, Teklehaimanot, ou encore le jeune italien Sbaragli), mais plutôt le fait que l’équipe veut faire les choses progressivement. Et le premier objectif est le Giro. Leur participation au Giro ne faisant que peu de doutes, rendez-vous probablement en 2015 pour le Tour de France !

Wanty  probabilité d’être au départ : 10%

Et si Wanty créait la surprise ? L’ex-équipe Accent Jobs a réalisé un recrutement très offensif cet hiver, profitant de la disparition de Vacansoleil (4 coureurs recrutés), mais piochant aussi dans diverses équipes World Tour. Au final, l’équipe aligne un nouvel effectif remanié (seuls 8 coureurs conservés), avec beaucoup de coureurs expérimentés, dont Kevin Seeldrayers, Frédérique Robert, Nico Sijmens, Mirko Selvaggi ou leur nouveau leader Björn Leukemans. Ajoutez à cela le jeune Jempy Drucker qui avait très bien marché l’an passé, des espoirs belges tels que Jérôme Baugnies ou Laurens de Vreese, mais aussi les frères Kreder, et vous avez une équipe solide, capable de s’aligner sans rougir sur le Tour. Leur principal défaut sera le manque d’un grand leader ou d’un grand sprinteur. Leur objectif est d’être au départ d’un Grand Tour cette saison. L’équipe est d’ailleurs en négociation avec Samuel Sanchez … sera-t-il l’atout qu’il leur manque ?

Et les autres …

Bardiani et Androni concentrés sur le Giro, Caja Rural sur la Vuelta, on ne les voit pas être invités sur le Tour. D’autant que leur effectif ne leur permet pas d’enchaîner deux grands tours d’affilée.

Du côté de CCC PolsatDrapac, Rusvelo, UnitedHealthCare et Novo Nordisk, c’est tout simplement le niveau qui n’est pas là.

Topsport présente un effectif de jeunes pousses belges intéressant, mais là encore le Tour ne sera pas au programme.

Enfin on est bien obligé de parler de Neri Sottoli pour être complet, dont la politique antidopage fait perdre toute crédibilité à cette équipe, à tel point qu’elle ne fut même pas nominée dans un premier temps pour les Wild Cards du Giro.

Rendez-vous pour l’attribution officielle des Wild Cards le 27 avril prochain ! Le temps pour Samuel Sanchez de trouver une équipe, et éventuellement redistribuer les cartes ?

Concernant le Giro, Androni a décroché la Wild Card revenant à la meilleure équipe continentale professionnelle sur la coupe d’Italie. 8 noms ont été annoncés pour les trois places suivantes : Bardiani, Caja Rural, MTN, Colombia, IAM, UnitedHealthCare, NetApp et Novo Nordisk. Les deux derniers ont finalement renoncé, laissant place en dernière minute à Neri Sottoli et Wanty. 

Par Vino_93

Crédit photos :

Laurent Brun

Vincent Lefèvre

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •