[Création] Autres courses à étapes

Échafaudez ici de grandes théories sur les parcours de courses cyclistes ou proposez les votre, courses réelles ou fictives

Modérateur: Animateurs labo à parcours

Re: Autres courses à étapes

Messagepar darth-minardi » 22 Jan 2019, 19:52

Grand Tour du Benelux

Image

Grand Départ dans la Province du Gelderland (ou de la Gueldre en Français) et arrivée finale dans la ville de Luxembourg.
Entre temps, la part belle aux différentes zones de chacun des 3 pays du Benelux, qu'on visite à différents stades de la course.
La partie initiale est volontairement plus "plate", même si de gros écarts pourront quand même y être fait.
Le contre-la-montre est mis en avant, avec une épreuve par équipes, une individuelle plate et une individuelle accidentée.
Il faudra être complet entre des aptitudes de rouleur et de puncheur. Il faudra faire face au vent assez souvent et la part collective sera importante.
Des capacités de flandrien sont inévitables pour savoir frotter dans beaucoup d'étapes, même sans pavé. Des capacités de sprinteurs seront importantes pour les bonifications.



Image
1ère étape : Arnhem - Apeldoorn, 180 km
Les sprinteurs sont à l'honneur pour la première étape. Même si le Gelderland est très plat, une petite bosse a été trouvée en début d'étape. La quête d'un maillot pour (au moins) deux jours pourrait motiver des baroudeurs.
Ensuite, ce sera simplement une procession dans les paysages très verts de cette province du coeur des Pays-Bas, même si cela pourrait s'animer dans les 20 dernières minutes, avant même la préparation du sprint final.
Le dernier sprint, puis surtout les bonifications à 11 kilomètres du but pourraient tenter quelques coureurs. Quant au final en lui-même, le tracé urbain devrait étirer le peloton, avant un ultime virage à angle droit menant à une ligne droite finale de 2 km.
Image
2ème étape : Arnhem - Nijmegen, 21 km (CLM par équipes)
Compromis trouvé pour la distance : pas trop long pour ne pas trop peser sur le général, mais suffisament long pour tout de même avoir déjà son rôle.
Le tracé est assez linéaire. La seule spécificité est le petite bosse prise en relance dans le final, à l'approche du centre-ville de Nijmegen.
Image
3ème étape : Doetinchem - Groningen, 210 km
Cette étape est une des quatre de plus de 200 kilomètres, mais elle est de loin la plus facile. Sur la partie la plus orientale des Pays-Bas, direction le nord, sur un terrain très plat.
Sur le passage, une côte a été mise. L'échappée y sera formée depuis bien longtemps. Contrairement au premier jour, rien de posé dans la dernière heure, afin d'assurer à 100 % un sprint massif.
Le final urbain amène de nombreux virages dans les 5 derniers kilomètres, qui se suffisent à eux-mêmes en terme de nervosité, avant une ligne droite finale de 900 mètres.
Image
4ème étape : Leeuwarden - Almere, 185 km
On peut difficilement affirmer à l'avance la présence de bordures. Mais cette étapes, tracée majoritairement sur des routes qui étaient la Mer du Nord il y a 2 siècles devraient connaître une animation de ce style.
Entre polders et digues, on est exposé en permanance et les routes sont de simples lignes droites, avec des changements de direction pour aller d'une à l'autre. De plus, les deux premières digues sont situées entre deux lacs, restes de la mer.
Seule la dernière n'a un plan d'eau sur que un de ses deux côtés, mais cela continuera à être une course très rapide avec une immense importance pour le vent. Les bonifications seront à 7 kilomètres de l'arrivée, puis dans le final, deux virages à angle droit sont présent à 1400 et 800 mètres de la ligne.
Image
5ème étape : Amersfoort - Alkmaar, 179 km
Retour au calme avec une nouvelle étape pour sprinteurs. On retrouve aussi une côte, juste pour la forme, en tout début d'étape. Les bonifications restent assez loin de l'arrivée. À voir si certaines équipes vont jouer le regroupement aussi tôt ou pas.
Dans le final, une très longue ligne droite amène à un virage à angle droit à 2.5 km de l'arrivée, avant de prendre un large rond-point pour un grand virage à 180° menant à la ligne droite finale de 1 300 mètres. Il faudra bien se placer en amont pour les sprinteurs.
Image
6ème étape : Amsterdam - Amsterdam, 16 km (CLM)
Dans la capitale Néerlandaise, ce contre-la-montre est dans les vieilles rues, longeant les canaux. Tout au long du tracé, il y a des allers retour dans des avenues, de part et d'autres de canaux, le tout sur de l'excellent pavé urbain.
Il y aura donc des relances permanentes, avant d'envoyer les watts. La distance totale est assez courte, mais cet effort particulier aura un impact. Le départ est situé sur la Nieuwmarkt et l'arrivée sur la Dam, vieille place de la ville, juste devant le Palais Royal.
Image
7ème étape : Den Haag - Middelburg, 139 km
Aucune côte dans cette étape très très plate, menant les coureurs de l'Hollande vers la Zélande, via un tracé de Rotterdam à Neelte Jans reprenant presque à l'identique celui de la première étape en ligne du Tour de France 2015, qui avait été marquée par des bordures.
L'étape est très courte et les bonifications sur l'île artificielle pourraient participer à animer encore un peu plus le final, qui pourrait être marqué par le vent. Le final fait le contour de Middelburg avec plusieurs ronds-points. Après un virage à angle droit, la ligne droite finale est longue de 1 100 mètres.
Image
8ème étape : Antwerpen - Ieper, 181 km
L'entrée en Belgique se fait avec un avant-goût de flandriennes, via plusieurs grandes villes ayant accueilli le départ du Ronde, puis quelques petits monts, dans cette première étape ayant plus qu'une côte répertoriée (et même plus que tous les jours précédents). Mais c'est surtout dans le final que les choses se corsent.
Après un premier kilomètre en or en côte et 200 mètres de gros pavé dans la ville de Kemmel, le mont éponyme sera le juge de paix de cette étape. Il est monté par son versant le plus long, n'ayant donc pas de pente affolante, même si on va jusque 15 %, mais surtout par du bien plus mauvaix pavé que l'autre.
Ensuite, un dernier petit coup de cul avec le Scherpenberg en direction d'Ieper, avec une arrivée sur du pavé urbain bien plus facile et une ligne droite de seulement 600 mètres, mais Kemmel aura fait son oeuvre et le peloton ne devrait pas être trop massif.
Image
9ème étape : Poperinge - Waregem, 157 km
Dernier avant-goût des flandriennes avant l'étape de repos, via une course plus courte passant par le littoral et longeant la Mer du Nord sur plusieurs dizaines de kilomètres dans la première partie de l'étape.
La seconde moitié est plus calme, jusqu'aux 15 derniers kilomètres avec le kilomètre en or à Kruishoutem et des dernières bonifications à prendre sur une pente de 4 %, puis quelques pavés, même s'ils sont bon, en direction de Nokere, pour une petite côte qui perturbera l'ammorce du sprint.
Ensuite, direction Waregem pour les 5 derniers kilomères de l'étape, pour un virage serré à angle droit à 750 mètres de l'arrivée, suivi par des courbes plus simples, ne nécessitant pas de virer, pour une ligne droite finale de seulement 220 mètres.

Journée de repos : Oudenaarde / Oost-Vlaanderen
Image
10ème étape : Oudenaarde - Tournai, 180 km
Après le repos, on entre en plein dedans. Des monts et des pavés à ne plus savoir quoi en faire : des pavés assez plats en amont du Molenberg, emprunté par un virage serré sur la gauche, puis une combinaison de pavés à Mater, le duo Haaghoek-Leberg, les monts de Brakel, puis des petits raidars avec des passages à plus de 13 %, avant de revenir vers Ronse.
Et on n'en est alors même pas à la moitié. Suit le long Kanarieberg, avant les pavés piégeux en descente de Donderij, puis le Taaienberg/Boonenberg, avant un kilomètre en or très tôt, les premières bonifications en haut du facile Stationsberg, les deuxièmes au bas de la courte descente du Steenbeekdries et les dernières à plat dans la Mariaborestraat.
On arrive ensuite vite à l'Eikenberg, avant d'aborder le Koppenberg, premier juge de paix de l'étape. On suit avec des détours pour récupérer la pente du Kortekeer, puis les plus simples Waaierberg et Hoogberg pour traverser Ronse et ne monter que les pavés du Kruisberg, avant de redescendre pour aller chercher le monstrueux, mais bien trop rare, Fiertelmeers.
Il y en aura alors de partout et cela s'amplifiera avec Trieu, puis l'enchaînement de Kwaremont et du Paterberg. La dernière heure est plus calme, avec du plat à gérer, même si on a la double côte de Mont-de-l'Enclus et de Mont-Saint-Aubert, deux localités dont la toponymie font bien remarquer les pentes.
Image
11ème étape : Tournai - Dour, 172 km
Dans la Province de Hainaut et surtout dans le Borinage, on a un terrain bien plus plat, mais à travers 17 secteurs différents, on va cumuler plus de 22 kilomètres pavés, allant de l'abordable au très endommagé. C'est ainsi un petit Paris-Roubaix Hennuyer qui est proposé aux coureurs.
Mais en plus de ça, on a quelques uns qui sont en bosse. Un autre, sera marqué par le kilomètre en or, avec le dernier sprint sur les pavés de la Grand'Place de Mons. On aura aussi la Tienne du Dragon, avec une belle pente, dans le final, histoire d'en avoir pour tous les goûts.
La fin de course ressemble un peu à ce qui est proposé au Samyn, avec le difficile pavé d'Elouges, puis des faux-plats montants jusqu'à la ligne d'arrivée.
Image
12ème étape : Lessines - Ninove, 31 km (CLM)
Un contre-la-montre assez difficile est ensuite proposé aux coureurs. Deux fois plus long que le précédent, il a un dénivelé bien différent du précédent, puisqu'il voit le retour dans les Ardennes flamandes.
Au tiers de l'épreuve, les coureurs entrent dans Geraardsbergen, pour aller gravir le Kapelmuur, avec sa pente et ses pavés. Puis un détour par l'Onkerzeleberg amènera à d'autres pavés, ceux du Bosberg.
Si ce ne sont pas les plus compliqués, cela sera important dans la préparation du matériel pour cet effort solitaire qui sera très singulier.
Image
13ème étape : Aalst - s'Hertogenbosch, 153 km
Après plusieurs journées qui promettent d'être agitées, ou au moins d'aller puiser dans les réserves des coureurs, on devrait retrouver une situation plus calme. Le dénivelé est en tout cas absent et on n'a pas une seule côte (dernière fois que cela se produit).
Rien à remarquer en début d'épreuve, si ce n'est le passage par Herentals. Dans le final, marquant un premier retour aux Pays-Bas, le kilomètre en or a volontairement été placé proche de l'arrivée et la quête aux bonifications pourra perturber la préparation du sprint.
Ensuite, alors qu'on avait de très longues lignes droites depuis Tilburg, on aura un virage à angle droit à 1 800 mètres de la ligne, puis 500 mètres tortueux avec plusieurs petites courbes. Il restera donc ensuite 1 300 mètres de ligne droite.
Image
14ème étape : Eindhoven - Namur, 203 km
Retour en Belgique via le Limbourg, puis en Wallonie avec plusieurs côtes de la vallée de la Meuse, avec de très forts pourcentages et tout d'abord le Thier Pirka, dans les rues d'Amay.
Ensuite, direction Huy avec quelques boucles permettant d'aller monter le célèbre Mur, puis le moins connu, mais tout aussi difficile Thier de Huy. On est alors si un terrain qu'on exploite pour la première fois en près de deux semaines.
Ce changement radical, avec de la forte pente sur plus d'un kilomètre pourra commencer à amener un changement dans la hiérarchie qui s'était établie jusqu'ici. Ensuite, final accidenté, mais moins de pente, jusqu'à un final en haut de la Citadelle de Namur, via la montée de la Route Merveilleuse.
Image
15ème étape : Charleroi - Walcourt, 161 km
Dans le sud-ouest de la Belgique, on sera toute la journée sur un terrain très mal plat, avec une accumulation de petites côtes de façon constante. Il y aura des relances en permanence autour des Lacs de l'Eau d'Heure et souvent, des petites routes ont été choisies volontairement, afin d'user les organismes.
Les bonifications sont assez tôt, autour de la courte, mais raide montée du "Petit Poggio". Le final est a priori plus tranquille, mais aura quelques pourcentages. Il sera difficile d'y gagner du temps, mais des équipiers devraient avoir déjà perdu pied depuis un moment et on aura déjà tapé dans les réserves.
Quant au final, il semble plat autour de la flamme rouge, bien que tortueux, avant une bosse de 500 mètres qui mériterait d'être plus exploitée dans le cyclisme, pour un final sur des pentes jusqu'à 14 % : un terrain idéal pour qu'un puncheur puisse aller s'imposer.

Journée de repos : Dinant / Province de Namur
Image
16ème étape : Dinant - Virton, 141 km
Après la dernière journée de repos, on reprend en douceur si on regarde dans l'ensemble, avec des côtes restant assez roulantes. Mais on devrait rouler vite, vu la courte distance proposée. De plus, les candidats à l'échappée pourront profiter de deux côtes arrivant très tôt et les premiers tours de roues pourraient surprendre quelques coureurs.
Il restera néanmoins tout le temps nécessaire pour se reprendre en main. Les côtes autour de Bouillon seront un bon test pour cela. Quand au final, la côte puis les faux-plats vers les bonifications ne devraient pas faire de grosses cassures, même s'il y a de quoi attaquer.
Quant au final, on a une côte de 800 mètres à 5 % s'entament par un virage à angle droit (donc en relance), puis au sommet, on sera déjà dans la ligne droite finale, avec 500 mètres restants. Pas suffisant pour un pur puncheur et trop difficile pour un pur sprinteur, mais les coureurs complets et très rapides seront tous là pour se jouer l'étape.
Image
17ème étape : Arlon - Houffalize, 171 km
On continue de prendre les côtes dans le massif de l'Ardenne, avec le premier passage au Luxembourg et déjà les premiers murs autour de la Sûre (on y reviendra), dont la difficile côte d'Esch en milieu d'étape. Ce n'est pas là que se jouera la course, mais cela contribuera à fatiguer les coureurs en cette troisième semaine.
Après un kilomètre en or avec deux bonifications sur une pente à 6/7 % et celle du milieu sur le plat, dans une côte irrégulière, puis une dernière petite bosse, les côtes d'Houffalize raviront les puncheurs. D'abord la montée du Panorama, puis surtout le "Mur" de Saint-Roch, avec une pente allant jusqu'à 15 %. Le peloton s'y morcellera et un coureur très costaud gagnera en haut.
Image
18ème étape : Bastogne - Valkenburg, 220 km
L'étape la plus longue de la semaine arrive ensuite, avec une partie du tracé proche de ce que propose Liège-Bastogne-Liège, même si on se limite à une autre côte de La Roche-en-Ardenne, puis à La Redoute et à La Roche aux Faucons dans les côtes de la doyenne.
Une fois dans la cité ardente, on se dirigera vers quelques pavés, puis vers la montée de Sainte-Walburge, pour une des côtes les plus raides de toute l'épreuve. Cela cassera forcéemnt le peloton et il faudra voir comment on se réorganise petit à petit dans la petite heure de transition (via une nouvelle côte) vers les Pays-Bas.
On a alors un final proche de ce que peux proposer l'Amstel Gold Race. Le Gulperberg sert pour le kilomètre en or, avant les pentes du Kruisberg, de l'Eyserbosweg et du Keutenberg, amenant vite au Cauberg, pour une arrivée située un peu après son sommet. Bref, les puncheurs pourront continuer de reprendre du temps aux flandriens et aux rouleurs.
Image
19ème étape : Heerlen - Malmédy, 154 km
Retour en Belgique et on monte d'un nouveau cran en faveur des "puncheurs-grimpeurs", avec toujours des montées pentues, mais de plus en plus longues, dans une course pouvant ressembler à ce que fait Liège-Bastogne-Liège en contre-sens.
Le Mont Theux et le Rosier, notamment, vont user, avant la forte pente du Thier de Coo, puis de la montée de Bergeval vers Dairomont, avant le célèbre enchaînement de Wanne et de Stockeu. Des équipes volontaires et des coureurs audacieux pourront déjà avoir commencé à en mettre de partout.
Ensuite, direction Malmédy, pour la pente de la côte de Pont, puis le kilomètre en or dans la plus simple côte de Bellevaux, avant un véritable mur vers Floriheid, qui sera décisif pour l'étape et le général, avant une autre côte très raide, celle de la Ferme Libert, empruntée ces toutes dernières années dans la doyenne, mais bien trop loin de l'arrivée. Là, la pente pourra s'exprimer.
Image
20ème étape : Sankt Vith - Ettelbrück, 103 km
Le dernier weekend s'ouvre par une étape "sprint", la plus courte de toute l'épreuve (si on se limite aux étapes en ligne), mais on enchainera montées et descente dès qu'on aura rejoint la partie ouest du Luxembourg, avec des lacets en permanence, tout proche de la frontière Allemande.
On revient à l'intérieur du Grand Duché pour le final de l'étape, mais on garde toujours des côtes et on évite toujours autant les lignes droites. Une dernière côte sera le théâtre d'un kilomètre en or s'achevant à seulement 4 kilomètres de l'arrivée et commencera directement par une pente à 14 %.
Sur un tel terrain, les puncheurs seront à leur aise, mais il faudra oser attaquer de loin pour espérer creuser des écarts, dans cette avant-dernière étape.
Image
21ème étape : Ettelbrück - Luxembourg, 213 km
La dernière étape est la deuxième plus longue et celle cumulant le plus de dénivelé positif (bien au-delà des 3 000 mètres). Pas de défilé prévu et la course au classement général continuera de se jouer jusqu'au bout.
Tout au long de l'étape, on alternera les passages mal plats, les petits murs avec de rares moments de "vallée" plats, favorables à la récupération. L'usure de l'étape, de la semaine difficle et des trois semaines de course sera importante et la gestion de la fatigue, tant sur un plan individuel que collectif, sera un détail clé pour arriver à la victoire.
Dans la section finale, on retrouve quelques passages très pentus, avec 14 % au pied de la côte de Trintage, jusque 16 % dans celle de Symen, puis encore une première bonification dans du 12 % à Itzig pour le kilomètre en or, qui pourrait être décisif en cas d'écart très faible entre les tous premiers.
Une fois revenu autour de la ville de Luxembourg, on a deux dernières côtes, vers le Fort Dumoulin, puis vers la Vieille Ville. Le sommet de cette dernière est juste après la flamme rouge. Les lacets laissent alors place à des boulevards pour un faux-plat légèrement descendant, avant une ultime ligne droite toute plate de 400 mètres.



Total de 3170 km
171 km par jour en moyenne.
152 km par étape en ligne en moyenne.

C'est faible pour un GT, mais cela devrait jouer pour une vitesse moyenne très élevée sur 3 semaines, ce qui est assez inhabituel à gérer.


Dénivelé positif total d'environ 24 000 mètres (soit plus de 1 000 par jour, malgré des étapes toutes plates).
Plus de la moitié (plus de 13 000 mètres) est concentré dans les 5 dernières étapes, ce qui pourra amener un chamboulement de la hiérarchie pré-établie.















Barèmes :

Bonifications :
-10", -6", -4" aux 3 premiers de chaque étape en ligne
-3", -2", -1" aux 3 premiers des 3 sprints du kilomètre en or (espacés de 500 mètres) de chaque étape en ligne
Soit 19" à prendre dans chaque étape en ligne et une importance forte entre les tous premiers et un suspense qui devrait durer 3 assez longtemps, en l'absence de montagne pour voir le plus fort tout écraser très tôt.

Classement par points :
15, 12, 10, 8, 6, 5, 4, 3, 2, 1 aux 10 premiers de chaque étape en ligne ou contre-la-montre individuel
5, 3, 2, 1 aux 4 premiers des 3 sprints de chaque étape en ligne (soit 30 points par étape en ligne)
Cela donnerait ainsi un maillot à la régularité, sauf si un sprinteur décider d'aller se glisser dans quelques échappées en dernière semaine pour défendre son maillot.

Classement des grimpeurs / Prix des Monts :
4, 2, 1 aux 3 premiers de chacune des côtes
Nombre par jour (X = TT) : 1-X-1-0-1-X-0-3-1 / 15-1-X-0-4-7 / 7-13-11-11-5-13 (94 en tout, volontairement pas de points pour les arrivées)
Soit un maillot a priori pour baroudeurs et avec une montée crescendo dans la gestion des échappées, pour savoir quand y aller ou pas.

Classement des points chauds (autre classement annexe usuel dans les courses du Benelux et du Nord, 4e maillot plutôt que meilleur jeune) :
5, 3, 2, 1 aux 4 premiers des 3 sprints de chaque étape (jusqu'à 270 points à cumuler)
4, 2, 1 aux 3 premiers de chacune des côtes (jusqu'à 376 points points à cumuler)
3, 2, 1 aux 3 premiers de chacun des sprints du kilomètre en or (jusqu'à 162 points à cumuler)
Soit un classement mélange entre un classement de la combativité et du combiné. Il ne fait pas doublon avec celui des grimpeurs, car on y verra un mélange de baroudeurs et le plat et la pointe de vitesse auront un rôle plus important ici.

Avatar de l’utilisateur
darth-minardi
Légende du Gruppetto
 
Messages: 25324
Localisation: WikiPavé

Re: Autres courses à étapes

Messagepar TRH » 22 Jan 2019, 20:07

Ces profils :love: !
J'aime bien le parcours même si je le trouve un peu coupé en deux avec un début plat et une fin de tour avec que des étapes + ou - accidentés.

Avatar de l’utilisateur
TRH
Coureur pro
 
Messages: 1698
Localisation: Double vainqueur moral du Dauphiné

Re: Autres courses à étapes

Messagepar Klira » 22 Jan 2019, 20:17

C'est sympa. En effet sur 15j ça aurait sa place, même si un peu fantaisiste/osé ainsi mais c'est pas pour déplaire !

Avatar de l’utilisateur
Klira
Directeur sportif
 
Messages: 15018
Localisation: Proserpina’s gardens

Re: Autres courses à étapes

Messagepar Igbur » 22 Jan 2019, 20:34

Il y a des étapes vraiment cool 8)

Mais effectivement, 3 semaine c’est un peu longuet. 2 semaines ca proposerait un nouveau format sympa? Ou alors partir de plus loin et en traversant les Vosges et l’Allemagne comme propose par je ne sais plus qui? Ou le Nord de la France? Ou l’Angleterre?

Avatar de l’utilisateur
Igbur
Champion national
 
Messages: 5253
Localisation: Trop au Nord, trop à l'Est

Re: Autres courses à étapes

Messagepar Tilo » 22 Jan 2019, 20:39

pas mal, j'aurais juste pas fait l'arrivée en haut de la citadelle mais apres une courte descente pour le centre de Namur.

Avatar de l’utilisateur
Tilo
Légende du Gruppetto
 
Messages: 29443
Localisation: la "légende" du forum

Re: Autres courses à étapes

Messagepar Mats » 22 Jan 2019, 20:45

A première vue, plein de choses intéressantes sur ce parcours. Il manque peut-être une vraie étape pour sprinteurs en troisième semaine pour casser le rythme. ;)

Avatar de l’utilisateur
Mats
Directeur sportif
 
Messages: 6836

Re: Autres courses à étapes

Messagepar darth-minardi » 23 Jan 2019, 15:16

Clairement, 2 semaines seraient largement suffisantes, mais le but était de créer une vraie épreuve de 3 semaines.

Sur la possibilité de passer en France, en Allemagne, en Angleterre, ce serait logistiquement sans problème et on aurait des terrains légèrement différents, mais pas tant que ça dans l'ensemble. On a 3 pays qui ont de très belles choses à proposer, même en plus de ce qu'on a déjà.
Et puis même si je repasse près de certaines routes parfois, on n'en a aucune qu'on utilise à deux reprises dans la même étapes ou dans des étapes différentes. Et malgré çà, j'ai laissé de côté plusieurs zones et des côtes bien connues.

Le découpage plat / accidenté est voulu, pour avoir une arrivée crescendo des difficultés et du dénivelé. C'est quelque chose qu'on n'a pas vraiment sur les GT avec la montagne (clairement, on a avant et après la première étape de montagne). Là, j'ai voulu amener quelque chose de progressif.
Et c'est aussi dans cet optique que j'ai voulu une dernière semaine sans relâche (même si on reprend quand même par un morceau pas trop compliqué après le repos).

Quant à Namur, le cadre est beau et j'avais envie de le mettre en avant. Mais surtout, vu les morceaux qu'on a à Huy avant, je ne craignais pas du tout l'éventualité d'un simple sprint en côte.

Avatar de l’utilisateur
darth-minardi
Légende du Gruppetto
 
Messages: 25324
Localisation: WikiPavé

Re: Autres courses à étapes

Messagepar Bad_Neos » 25 Jan 2019, 20:44




Santos Tour Down Under v2




Parcours que j'ai réalisé pour ma présentation du STDU, agrémenté d'une étape finale modifiée et repensée pour le CG.


Image

Ahhhh, la Willunga Hill. Intéressante mais également isolée dans le contexte de la course. On part cette fois de la pointe Sud de la baie afin de chercher quelques routes vallonnées, et surtout des alternatives parallèles à la Willunga Hill pour offrir un triptyque final dense et intéressant (NB : Les montées sont en grande majorité goudronnées ou en bonne état de revêtement non goudronné, la partie en pointillée correspondant à une partie non goudronnée (sur les photos les plus récentes datant de 2014) mais en bon état. (NB2 : Pointillés également après la deuxième côte)).


Image

Un sprint, classique, malgré une approche pouvant faire mal.


Image

Une autre étape sprint, malgré un final un peu corsé.


Image

Deuxième étape pour le général, une course ouverte empruntant la plupart des montées connues du coin vues sur la course et un final plutôt dynamique. Ca fait mal aux pattes dès le départ et ça ne s'arrête pas.


Image

Allez, encore un sprint ! Finish en bord de mer


Image

Ni trop dure, ni trop facile pour terminer, on enchaine ici une courte montée explosive avec une plus longue montée plus roulante, afin de tester ce format sur le TDU. Grosses cuisses pour finir tout de même, il faudra passer tôt à l'attaque !
Modifié en dernier par Bad_Neos le 26 Jan 2019, 10:28, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Bad_Neos
Directeur sportif
 
Messages: 11467
Localisation: En train de penser au Giro et sa dernière semaine ultra-montagneuse

Re: Autres courses à étapes

Messagepar Bad_Neos » 25 Jan 2019, 20:47




Blue Moutains Tour Down Under





Laissez-moi vous proposer une nouvelle variante inédite du STDU ! Enfin, variante, est-ce vrai le mot pour décrire cette épreuve ? On à surtout vu l'Australie par les yeux des environs d'Adelaïde, de la chaîne du Mont-Lofty ou de certaines étapes de l'Herald Sun Tour parcourues dans les Alpes Australiennes. Alors, laissez moi vous emporter plus au Nord, direction Sydney et la côte Pacifique. Courtes montées du Tour Down Under...montée roulante de Falls Creek...montée en deux temps de Lake Mountain. Et si nous mélangions tout ça ? Je vous propose un nouveau modèle de course par étapes basée dans la chaîne des Montagnes Bleues. Comme quoi, l'Australie, c'est aussi montagneux 8) . Si l'épreuve ne se veut pas forcément réaliste en terme de distances (début de saison oblige…), tout les types de coureurs pourront s'y exprimer. (A noter que j'en ferais sûrement une également pour l'Herald Sun Tour, on peut largement exploiter le massif autour de Falls Creek après tout).


Pour commencer idéalement, une petite carte de localisation !


Image


Entrons maintenant dans le vif du sujet ! Une première étape dévolue aux sprinteurs, mais tout de même complexe dans son ordonnancement. On ouvre par une montée assez complexe et un faux-plat interminable avant de redescendre très vite de "l'autre côté" pour offrir un final nerveux et haletant.


Image


Image


Ne vous y trompez pas sur le profil Openrunner, l'étape sera toute plate -ou presque- et sera intégralement disputée en bord de mer, de quoi faire exploser les inconscients du littoral.


Image


Image


Certes, le transfert sera assez long et n'est pas vraiment réaliste (on peut néanmoins changer avec la ville de Gloucester, qui amoindrit la distance de l'étape et à Nelson Bay. L'intérêt premier est cependant d'offrir un minimum une bagarre pour le général si les leaders le veulent, ou tout du moins un intérêt bien corsé en milieu d'étape, sans dénigrer la part belle aux échappés qui auront là un terrain propice pour tout emballer. Qui dit distance dit également jambes lourdes...


Image


Image


Petite erreur puisqu'il s'agit de Port Macquairie. Pas de réel Gpm dans cette étape, bien que certains pourraient être placés sans trop de difficultés, mais l'intérêt n'est pas vraiment là car c'est la dernière étape promise aux sprinteurs


Image


Image


Une étape plutôt tranquille avant un final assez explosif. Dit comme ça, la montée de Dorrigo ne parait pas si dure, mais les pourcentages à son pied sont explosifs, et son final irrégulier, de quoi offrir une belle bagarre entre leaders, mais pas forcément de force brute : l'intérêt, c'est aussi de ne pas bloquer l'étape 3.


Image


Image


A première vue, certains trouveraient risibles cette étape aux pourcentages roulants. Et pourtant. Courte, Irrégulière et Vache, cette étape à tout du dernier boss. 50 kilomètres sans aucun temps de repos ou presque, à cravacher en train de grimper ou de descendre sur des pentes ingrates qui se paveront de chemins terreux pendant une vingtaine de kilomètres (SV de 2008) qui laissent une étape ultra ouverte pour terminer en beauté.


Image


Image

Avatar de l’utilisateur
Bad_Neos
Directeur sportif
 
Messages: 11467
Localisation: En train de penser au Giro et sa dernière semaine ultra-montagneuse

Re: Autres courses à étapes

Messagepar Col de l'Iseran » 26 Jan 2019, 16:17

Tour de Romandie : by Col de l'Iseran

Image
Bienvenu à la présentation d'un Tour de Romandie, qui à pour but de varier au maximum les types d'étapes, afin d'avoir une étape à la convenance de chacun. En plus de cette contrainte, l'objectif majeur reste, bien entendu, de mettre au maximum en avant la Suisse Romande. De ce fait, les 6 cantons de la romandie seront visité dans ce Tour fictif.

La Carte du Tour de Romandie :
Image


Comme tous les ans ou presque, c'est par un prologue que sera donné le coup d'envoi du Tour de Romandie. Cette année, c'est Neuchâtel qui aura l'honneur du Grand départ, avec une arrivée au stade de la Maladière, où le tour s'était arrêter en 2014. Ensuite, les coureurs partiront en direction du Jura, pour une étape qui s'annonce nerveuse en direction de Porrentruy. C'est le canton de Neuchâtel et le Nord Vaudois qui seront à la fête pour la deuxième étape en ligne, dévouée plutôt aux sprinteurs. C'est ensuite au tour de Fribourg d'avoir son étape, avec départ et arrivée à son chef-lieu du même nom, avec une arrivée "à la tour des Flandres". La quatrième étape fera honneur au Valais, avec un total de 4'700 mètres de dénivelé positif et 6 ascensions répertoriées, avec le final Col de la Croix de Coeur - Col des Planches, qui pourrait très bien être utilisé pour les championnats du monde 2020, à Martigny, qui sera la ville arrivée. La dernière étape partira d'Aible, et comblera les derniers lieux non vus de la Suisse Romande : Le Parc Naturel Gruyère Pays d'Enhaut (Vaud / Fribourd), le bassin lémanique, puis l'arrivée classique du Tour de Romandie, à Genève, au bord du Léman.

Prologue : Neuchâtel – Quai Louis-Perrier > Neuchâtel – Stade de la Maladière

Profil La Flamme Rouge :
Image
Carte OpenRunner :
Image


Le prologue sera très court, comme c'est la tradition ces dernières années sur le Tour de Romandie. Les coureurs partiront les uns après les autres du Quai Louis-Perrier, au bord du lac de Neuchâtel. Ils iront sur les hauts de Neuchâtel, pour redescendre vers le stade de la Maladière.

Favoris : Rouleurs.

1ère étape : Neuchâtel > Porrentruy

Profil La Flamme Rouge :
Image
Carte OpenRunner :
Image


Ce sera une grosse entrée en matière pour les coureurs, avec beaucoup de montée répértoriée. Le Chasseral sera l'ascension la plus difficile, mais ce sera le détonateur de cette étape. Ils graviront ensuite le Mont Crosin, puis le Col du Fuet, pour rejoindre Delemont, chef-lieux du Canton Jurassien. Après le sprint intermédiaire, les montées, parfois raides, vont s'enchaîner, jusqu'au col de la Croix, où son sommet est situé à 10km de l'arrivée. Qui des échappées, des leaders ou du maillot jaune va le mieux s'en sortir ? En tout cas, c'est l'étape « Moyenne Montagne » de ce Tour de Romandie. Il ne faudra pas être en retard sur son état de forme pour éviter de tout perdre au classement général.

Favoris : Grimpeurs / Baroudeurs.

2ème étape : La Chaux-de-Fonds > Payerne

Profil La Flamme Rouge :
Image
Carte OpenRunner :
Image


L’étape de « Sprint » de ce Tour de Romandie. Mais comme tous les ans, même les sprinteurs devront savoir grimper un minimum pour avoir leur chance. C’est à la Chaux-de-Fonds, dans les hauts de Neuchâtel, que l’étape va démarrer, pour prendre la direction du Val de Travers, puis Môtiers, où se situe le musée de l’absinthe. Ensuite, ils graviront le classique col des Etroits, pour redescendre sur Yverdon-les-Bains, où Thomas de Gendt avait réussi une démonstration en 2018. Mais l’arrivée sera jugée bien plus loin, à Payerne, après avoir longé le lac de Neuchâtel, puis une boucle de 23km.

Favoris : Sprinteurs.

3ème étape : Fribourg > Fribourg

Profil La Flamme Rouge :
Image
Carte OpenRunner :
Image


C’est l’étape pour « Puncheurs » aujourd’hui, et bien que ça ne soit pas de la haute montagne, ce sera l’unique arrivée au sommet de ce Tour de Romandie. C’est le canton Fribourgeois qui sera à l’honneur en cette 3e étape en ligne, avec départ et arrivée à son chef-lieu. D’abord, c’est la partie alémanique qui sera visitée par les coureurs, en longeant le canton Bernois, puis ils retrouveront le côté romand, par la roche, puis Romont. Le final sera une vraie torture : Beau Chemin est une route très raide et assez étroite, en pavé, tel le mur de Grammont sur le Tour des Flandres, puis la montée finale est reprise du prologue de 2018, en passant par le pont de Berne, puis la remontée au centre de Fribourg. Bien qu’il n’y aie que quelques kilomètres piégeurs, un favori peut creuser un écart.

Favoris : Puncheurs.

4ème étape : Sion > Martigny

Profil La Flamme Rouge :
Image
Carte OpenRunner :
Image


4'700 mètres de dénivelé positif, 3 montées 1C et une montée HC, un parcours faisant référence au « Tour des Stations », c’est l’étape de « Haute Montagne » du Tour de Romandie, et pas des moindres ! L’étape 100% Valaisanne démarrera de son chef-lieu, Sion, et partira en direction de la station de Crans-Montana, puis immédiatement de sa station concurrente : Anzère. La route va se rétrécir à la montée et la descente de Beuson, puis viendra un enchaînement que l’on pourrait retrouver aux Championnats du monde 2020 : Le col de la Croix-de-Cœur, 21,2km à près de 8% de pente moyenne, puis le col des Planches, plus court mais plus pentu, sera l’enchaînement final de ce Tour de Romandie, qui promet un maximum de spectacle, avant l’arrivée à Martigny, où auront donc lieux les mondiaux en 2020.

Favoris : Grimpeurs.

5ème étape : Aigle > Genève

Profil La Flamme Rouge :
Image
Carte OpenRunner :
Image


Cette dernière étape est typée pour les « Baroudeurs », même si certains sprinteurs pourraient être de la partie. Cette étape sera visitée par les dernières régions de la Suisse romande non visitée durant les 5 premiers jours : les coureurs partiront d’Aigle, où siège l’union internationale du cyclisme (UCI), et graviront les quelques 18km du col des Mosses, bien connu des motards. Ils traverseront ensuite le Pays-d’Enhaut (Vaud), puis la Gruyère (Fribourg), avant de rejoindre tranquillement mais surement le bord du lac Léman, par Vevey. Ensuite, ils longeront le bassin lémanique, jusqu’au dernier canton romand à visiter, Genève, où se termine régulièrement le Tour de Romandie. Est-ce que ce sera un sprinteur qui va s’imposer, comme Pascal Ackermann en 2018, où alors un échappé réussira à l’emporter, comme Michael Albasini en 2016 ?

Favoris : Baroudeurs / Sprinteurs.

Avatar de l’utilisateur
Col de l'Iseran
Espoir
 
Messages: 808
Localisation: #TeamMarcHirschi

Re: Autres courses à étapes

Messagepar Bad_Neos » 26 Jan 2019, 16:31

C'est pas mal, mais j'ai quelques reproches :P

- Les deux étapes pour sprinteurs, la 2 et la 5, se ressemblent beaucoup avec la/les difficultés au début avant rien.

- J'aurais mis le Col de la Croix plus loin, où en tout cas mis une montée de moins avant. C'est un peu gâcher la je trouve.

- Le gros point noir : déjà que je voyais pas trop l'intérêt de tourner autour de Fribourg pour aller chercher aussi plat, je ne conseillerais pas du tout aux coureurs de venir faire le final de cette étape, tout simplement car il faut passer sous une porte médiévale qui resserre légèrement la route (et vu que c'est en bord de rivière, aucune place des deux côtés de la route)...en descente, puis sur un pont étroit et couvert ^^'

Avatar de l’utilisateur
Bad_Neos
Directeur sportif
 
Messages: 11467
Localisation: En train de penser au Giro et sa dernière semaine ultra-montagneuse

Re: Autres courses à étapes

Messagepar Paul-henri » 26 Jan 2019, 18:18

Bad_Neos a écrit:- Le gros point noir : déjà que je voyais pas trop l'intérêt de tourner autour de Fribourg pour aller chercher aussi plat, je ne conseillerais pas du tout aux coureurs de venir faire le final de cette étape, tout simplement car il faut passer sous une porte médiévale qui resserre légèrement la route (et vu que c'est en bord de rivière, aucune place des deux côtés de la route)...en descente, puis sur un pont étroit et couvert ^^'[/justify]

Clairement, c'est le point gênant. Un prologue, ça passe mais je vois pas un peloton lancé par cette route. C'est étroit par endroit et parsemé de plots en pierre. La montée du chemin de Lorette (déjà vu en course) est très bien mais c'est plus sûr d'arriver directement en haut de la vielle ville par le pont de Zähringen, quitte à reprendre la route des Alpes (donc juste la fin de la côte du prologue) pour un dernier coup de cul avant l'arrivée. En plus, ça rapproche le chemin de Lorette de l'arrivée et vu que c'est la seule difficulté dans le finale, ça dérange pas.

edit : j'oubliais qu'en l'état, tu passes deux fois, une fois dans chaque sens, rue de la Neuveville et sur pont St Jean en quelques kilomètres. Ça parait assez limite.

Avatar de l’utilisateur
Paul-henri
Junior
 
Messages: 1222
Localisation: Derrière son comptoir

Re: Autres courses à étapes

Messagepar Col de l'Iseran » 26 Jan 2019, 19:11

Bad_Neos a écrit:
C'est pas mal, mais j'ai quelques reproches :P

- Les deux étapes pour sprinteurs, la 2 et la 5, se ressemblent beaucoup avec la/les difficultés au début avant rien.

- J'aurais mis le Col de la Croix plus loin, où en tout cas mis une montée de moins avant. C'est un peu gâcher la je trouve.

- Le gros point noir : déjà que je voyais pas trop l'intérêt de tourner autour de Fribourg pour aller chercher aussi plat, je ne conseillerais pas du tout aux coureurs de venir faire le final de cette étape, tout simplement car il faut passer sous une porte médiévale qui resserre légèrement la route (et vu que c'est en bord de rivière, aucune place des deux côtés de la route)...en descente, puis sur un pont étroit et couvert ^^'


Paul-henri a écrit:Clairement, c'est le point gênant. Un prologue, ça passe mais je vois pas un peloton lancé par cette route. C'est étroit par endroit et parsemé de plots en pierre. La montée du chemin de Lorette (déjà vu en course) est très bien mais c'est plus sûr d'arriver directement en haut de la vielle ville par le pont de Zähringen, quitte à reprendre la route des Alpes (donc juste la fin de la côte du prologue) pour un dernier coup de cul avant l'arrivée. En plus, ça rapproche le chemin de Lorette de l'arrivée et vu que c'est la seule difficulté dans le finale, ça dérange pas.

edit : j'oubliais qu'en l'état, tu passes deux fois, une fois dans chaque sens, rue de la Neuveville et sur pont St Jean en quelques kilomètres. Ça parait assez limite.


Bonjour Bad_Neos, bonjour Paul-henri,

Merci pour vos réponse. Pour la porte médiévale, je n'ai vu que celle-ci, sur la montée du beau chemin :
Image
Pour le circuit, afin de ne pas avoir de mal-entendu avec la vue éloignée de la photo du tracé, j'en ai refait une avec les derniers kilomètres, dans Fribourg :
Image
Je comprends tout à fait que vous soyez septique par rapport à un peloton dans des rues parfois étroites. J'ai pris un petit risque par rapport à ça.

Pour les deux étapes pour sprinteurs que tu me reproches, le col des Étroits peut faire craquer quelques sprinteurs et, par conséquent, d'autres équipes où les sprinteurs auront tenu dans la bosse rouleront à fond pour avoir leur chance (style Romans-sur-Isère sur le Tour de France en 2017). Et le col des Mosses, c'est quand même 18 kilomètres avec des pourcentages très irréguliers, donc là aussi pas sûr que tout les sprinteurs soient présent, surtout que le deuxième tiers de l'étape est majoritairement en faux plat descendant.

Pour les étapes 2 et 5 qui se ressemblent, dans le type de profil peut être, mais l'étape 2 c'est majoritairement des cols et côtes courtes et parfois pentue, tandis que l'étape 5 c'est de la pure haute montagne. Aussi, Crans Montana et Anzère me paraissent pas mal pour fatiguer le peloton et les équipiers des leaders, avant une attaque dans la Croix de Coeur.

Et pour Fribourg, au delà de la porte médiévale, chaque année le Tour de Romandie met en avant une ville avec un départ et une arrivée : Sion en 2018, Romont en 2019. C'est pour ça que j'ai voulu faire cette boucle autour de Fribourg.

Par rapport à ton Blue Moutains Tour Down Under, l'idée est pas mal. Il manque juste une étape de haute montagne pour que tout les types de courreurs puissent s'exprimer. Ce serait intéressant de voir l'étape entre Taree et Walcha avec une grosse difficulté au milieu.

Avatar de l’utilisateur
Col de l'Iseran
Espoir
 
Messages: 808
Localisation: #TeamMarcHirschi

Re: Autres courses à étapes

Messagepar Bad_Neos » 26 Jan 2019, 19:26

Pour la porte médiévale, il s'agit de la Route des Neigles, soit entre tes deux difficultés et abordée après la descente :

Image


Col de l'Iseran a écrit:
Par rapport à ton Blue Moutains Tour Down Under, l'idée est pas mal. Il manque juste une étape de haute montagne pour que tout les types de courreurs puissent s'exprimer. Ce serait intéressant de voir l'étape entre Taree et Walcha avec une grosse difficulté au milieu.

En l'état, ça se veut déjà plus ou moins comme de la "grosse montagne" au niveau d'un début de saison avec une belle difficulté de 6kms à 10,5% entre Taree et Walcha (Tout comme la montée de Dorrigo). Il faudrait que je regarde un peu plus dans le détail, mais je pense que c'est impossible de trouver de la "haute montagne" (aka enchainement(s) dur et long plus que de l'altitude) sur la côte Pacifique de la chaîne (par contre c'est +- possible d'avoir des enchainements vers Falls Creek). Plusieurs points :

- Chaîne littorale, un peu comme les chaînes espagnoles, c.-à-d. qu'on à un "bon" versant pas mal, qui mène ensuite à un plateau intérieur.

- ça mène vers le plateau donc, et vers l'outback, on à donc pas un réseau routier énorme, soit une bonne grosse vingtaine de routes empruntables je dirais à tout casser, qui vont traverser la chaine, ce qui limite les possibilités ( et pas énormément de grosses villes). Je ne suis même pas sûr qu'on pourrait loger tout le barnum à Walcha. Edit : par exemple, les deux seules possibilités pour aller à Walcha c'est par Gloucester (E3) ou via Port Macquairie (E4).

- La hauteur maximale c'est 1600m...donc on passe déjà de +- 100 à 1000m sur le bord du plateau qui se situe plus vers les 1200/1300 avant de redescendre beaucoup plus légèrement vers l'Ouest. Réseau routier peu développé donc "tout droit", pas de traversée Nord/sud de la chaîne, pas vraiment de possibilité d'enchainement, et cette altitude "max" conduit soit à des montées courtes mais pentues (comme celle que j'ai utilisée pour l'E3) soit à des montées plus longues mais beaucoup plus roulantes (comme dans l'E4 prise à l'envers, ou comme dans l'E6).

En soi, en course de pré-saison, ça se suffit à soi-même sans être terrible.

Avatar de l’utilisateur
Bad_Neos
Directeur sportif
 
Messages: 11467
Localisation: En train de penser au Giro et sa dernière semaine ultra-montagneuse

Re: Autres courses à étapes

Messagepar TRH » 27 Jan 2019, 08:45

Tour d'Allemagne


Une variante du Tour d'Allemagne sur 8 étapes, qui pourrait se placer avant la Vuelta ou le Giro.

Image

ETAPE 1 :

Image

Première étape en ligne très longue sûrement destinée aux sprinters. Le final sera tout de même agrémenté de deux bosses qui permettront peut-être aux puncheurs de faire la différence.

ETAPE 2 :

Image

Deuxième étape plus vallonnée avec 5 côtes répertoriées, dont la dernière à 13 km de l'arrivée. Après cette dernière bosse, il restera quelques raidillons pour tenter de faire la différence avant de rallier Siegen.

ETAPE 3 :

Image

Première étape importante pour le CG avec la raide montée du Plättleshöhe ( ou Konigstuhl ) dans les 15 derniers kilomètres avant de rallier Neckargemünd.

ETAPE 4 :

Image

Seule arrivée au sommet de ce tour, la montée de Belchen permettra aux grimpeurs de faire la différence. Cette difficultés sera précédée du Notschreipass, qui permettra à certains coureurs d'anticiper.

ETAPE 5 :

Image

Très accidentée dans sa première partie, la 5ème étape sera assez indécise entre baroudeurs et sprinters, qui tenteront de revenir sur les échappées dans les 65 derniers kilomètres, tous plats.

ETAPE 6 :

Image

Etape la plus plate et donc la plus destinée aux sprinters pour rallier Munich.

ETAPE 7 :

Image

Dernière étape de montagne dans ce tour d'Allemagne avec la terrible montée du Hahntennjoch et ses pentes à plus de 10%. De quoi bouleverser le CG.

ETAPE 8 :

Image

Un CLM accidenté pour terminer ce tour avec plusieurs passages à près de 10% voir plus.

Avatar de l’utilisateur
TRH
Coureur pro
 
Messages: 1698
Localisation: Double vainqueur moral du Dauphiné

Re: Autres courses à étapes

Messagepar Paul-henri » 27 Jan 2019, 11:08

Col de l'Iseran a écrit:Pour le circuit, afin de ne pas avoir de mal-entendu avec la vue éloignée de la photo du tracé, j'en ai refait une avec les derniers kilomètres, dans Fribourg
[...]
Je comprends tout à fait que vous soyez septique par rapport à un peloton dans des rues parfois étroites. J'ai pris un petit risque par rapport à ça.

Il y a effectivement un malentendu puisque tu ne reprends pas la côte du prologue de 2018. :mrgreen: En 2018, on enchaînait pont de Berne, pont du Milieu et pont St Jean et on montait par la rue la Grande Fontaine et la route des Alpes. Toi tu passes par la rue de la Samaritaine et la Grande Rue. Reste que ta côte me paraît super étroite pour faire passer un peloton, certes amaigri. Sans parler des problèmes en amont pointés par Bad_Neos. ;)

Avatar de l’utilisateur
Paul-henri
Junior
 
Messages: 1222
Localisation: Derrière son comptoir

Re: Autres courses à étapes

Messagepar Bad_Neos » 28 Jan 2019, 10:50




Herald Sun Tour





J’ai ici cherché à donner plus de dimension aux Alpes Australiennes qu’au-delà d’une simple course de côte roulante qu'on à pu voir ces deux dernières années sur l'HST. Si l’on ne peut pas parler d’enchainement, on retrouve cependant une longue montée roulante et deux plus courtes et plus pentues, ainsi qu’un plateau sur la deuxième étape et une longue distance en guise d’étape-reine ouverte. L’étape suivante sera presque un repos avant une étape promise à un beau duel entre baroudeurs et sprinteurs (les côtes sont trop loin pour tenter mais elles devraient faire du dégât). Final dans les environs de Melbourne avec là aussi un enchainement de côtes assez dynamiques (techniquement, trois versants de la même colline).


Image


Image

Image

Image

Image

Image

Avatar de l’utilisateur
Bad_Neos
Directeur sportif
 
Messages: 11467
Localisation: En train de penser au Giro et sa dernière semaine ultra-montagneuse

Re: Autres courses à étapes

Messagepar Igbur » 29 Jan 2019, 17:22

Je crois qu'il n'y a pas de topic Grand Départs du coup je met ça là, j'avais fais ça y'a déjà un certain temps :o

Le principe, mettre en oeuvre le schéma etape de montagne puis TTT, pour que les équipiers se reposent et donc moins de monde pour controler les favoris. sur l'étape de montagne. Ainsi on a une course potentiellement plus ouverte.

En fait je l'avais peut-etre deja proposé, dites moi si c'est le cas :moqueur: :moqueur:

E1: Barcelone - Barcelone

Image
Première étape en boucle auour de la capitale Catalane, départ un peu vallonée mais surtout une grosse montée suivie d'un chemin qui pourrait donner des envies à certains coureurs. Pas mal de scénarios possible, de la victoire de Sagan au sprint à celle de Pinot solo ou encore Calmejane en échappée :noel:
Une lutte asssez ouvert pour le premier maillot de leader de la course
La gueule du chemin:
Image


E2: Barcelone - Gérone
Image
Deuxième étape pour sprinteurs bien plus calme, on longe néanmoins la mer.


E3: Perpignan - Formiguères
Image
Image
Une étape de montagne assez sympa où un leader qui veut bouger a le terrain pour, avec notamment Pailhères


E4: Ille-sur-Tete - Ille-sur-Tete OU Puigcerda - Ax-les-Thermes
Image
Image

Deux TTT autour de 50 bornes, assez vallonnés. LA montée du deuxième c'est 16km à 4% avec des pourcentages max à 6,7. De quoi faire peur aux équipiers la veille, qui vont avoir a tâche de rouler comme des boeufs. Et en plus TTT valloné = plus marrant à regarder, car équipes désorganisées :noel:

Avatar de l’utilisateur
Igbur
Champion national
 
Messages: 5253
Localisation: Trop au Nord, trop à l'Est

Re: Autres courses à étapes

Messagepar ab63 » 29 Jan 2019, 18:05

Sympa ! :ok: Même si du coup tu as une étape toute plate le dimanche :?
La première étape est super belle et tu as une belle entrée en montagne. Je préfère le premier TTT où il y a plus de plat.

Avatar de l’utilisateur
ab63
Directeur sportif
 
Messages: 9290

Re: Autres courses à étapes

Messagepar Warren Barguil » 29 Jan 2019, 18:19

Pas forcément fan. Ça va peu bouger lors de la première étape et pas du tout lors de la 3ème puisqu'il y a un chrono derrière je pense :o

Avatar de l’utilisateur
Warren Barguil
Maillot arc-en-ciel
 
Messages: 14584


419 messages
Retourner vers Le laboratoire à parcours

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Alexandre7894, darth-minardi, Horogary, Loiloi29 et 25 invités