Marco Baratoli se confie - 40 Chapitres à lire

Modérateur: Animateurs récits

Re: Marco Baratoli se confie - A6, C3: En avant vers le pass

Messagepar France » 10 Mai 2020, 18:48

Alessiocortez a écrit:T'aurais pu faire durer un peu le suspens sur les produits quand même , du fait de la présence de Galapagos

Oui, je sais, j'ai coupé une grosse partie pour faire moins lourd, alors justement ça peut sonner moins bien.

Avatar de l’utilisateur
France
Maillot vert
 
Messages: 4718

Re: Marco Baratoli se confie - A6, C3: En avant vers le pass

Messagepar LeSuisse » 10 Mai 2020, 20:33

Non Metoni je croyais en toi :diantre:

Bon à voir ce que sont les intérêts de Bara derrière toutes ses maneouvres

Avatar de l’utilisateur
LeSuisse
Espoir
 
Messages: 934
Localisation: Nederlands

Re: Marco Baratoli se confie - A6, C3: En avant vers le pass

Messagepar France » 11 Mai 2020, 15:29

LeSuisse a écrit:Non Metoni je croyais en toi :diantre:

Bon à voir ce que sont les intérêts de Bara derrière toutes ses maneouvres

Pour Baratoli, et pour ne pas trop à dévoiler, il cherche à retrouver une équipe.

Avatar de l’utilisateur
France
Maillot vert
 
Messages: 4718

Re: Marco Baratoli se confie - A6, C4: En avant vers le pass

Messagepar France » 12 Mai 2020, 18:35

Marco Baratoli se confiw

Acte 6, Chapitre 4, En avant vers le passé #2


Seaside, Florida le 12 Janvier 2048,
À propos du 3 Juillet 2042 à Avignon,


Nous roulions depuis quelques temps sur l'autoroute. L'atmosphère dans le pullman semblait lourde. Personne ne disait un mot, si ce n'est un seul. Puis Baratoli engagea la conversation, avec moi:

- On reprend nos discussions ?
- Si vous voulez, mais d'abord, j'ai une question.
- Allez-y.
- Vous y gagnez quoi à ce petit jeu ? Du pouvoir ? Vous souhaitez retrouver une équipe ? Retrouver de l'importance ?
- Un peu de tout ça, mais ce qui me manque le plus, c'est le peloton, le circuit, les courses, la fièvre et la joie que l'on ressent à chaque victoire, la déception à chaque course ratée. J'ai adoré être manager et je veux retrouver ce rôle et tout ce qui va avec.
- Merci, bon, vu que nous sommes à Avignon, parlez-moi du Tour 2026, au départ de cette même ville.
- Ah, je vois que vous me prenez par les sentiments. Alors, Grand Départ d'Avignon, on gagne la première étape au sprint avec ma coqueluche italienne, Paolo Angelo, un petit ange partit trop tôt. Deuxième étape, deux fois le Ventoux, le type d'étape où ASO en fait tout un plat alors qu'il ne se passera rien. Ça s'écrème, le peloton rattrape les échappées, ce traitre d'indépendantiste corse, Beruni, attaque peu avant le Chalet Reynard, Bernal déjà quadruple vainqueur du Tour, et bientôt quintuple, et Bardet, qui à 36 ans semble être en grande forme, il a gagné le Giro en 2025 et le Tour en 2024, le suivent. Un quatrième homme et cinquième homme se joignent à la bande, Castra, mon favori, jeune et plein de talent, ainsi qu'Evenopoel. Pinot, en queue de peloton, se démêle avec sa cuisse douloureuse et jongle avec sa bronchite. Il fait chaud, Beruni se déchaine, contre etaccélère. Au sommet, Castra en bon raton et profiteur, glane le succès et devance Beruni, Bernal, Evenopoel et Bardet, au terme d'un sprint au sommet.
- Ah oui, je m'en souviens comme si c'était hier. Du jamais vu ou presque.
- Du jambs vu, et dans ma voiture j'exulte, saute dans les bars et sors, courant sur le bitume, tel Froome en 2016. Le rêve, deuxième victoire en deux jours, plus un maillot jaune, maillot vert, à pois et meilleur jeune. On allait bientôt ne plus avoir de place dans le bus. Le lendemain, Angelo double son nombre de succès sur cette édition. Au contrôle, les médecins découvrent notre stratagème, et ce malgré le docteur ayant été soudoyé par l'Organisation.
- Quel stratagème ?
- Vous avez lu les journaux d'époque ?
- Oui.
- Alors vous savez. Au lieu du médecin corrompu, c'est le docteur du Tour qui réalise le contrôle parce ce qu'il suspectait quelque chose. Normalement, le médecin devait déverser dans les flacons de l'urine et du sang propre, l'urine grâce à une pomme, il y a eu la poire de Pollentier et la pomme d'Angelo, et le sang contaminé par du sang propre. Sauf que voilà, il n'a pas pu et Angelo a été testé positif. Je dévoilai, en homme juste et confus, l'annonce du contrôle positif e justifiai par celui-ci l'abandon au matin de la 10ème étape d'Angelo. ASO ne souhaitait pas divulguer l'information pendant le Tour mais juste après pour éviter que ça ne fasse tache.
- Ah oui ! Tout me revient, tous les journaux parlaient de ça, mémorable. Comme je vous connais, vous avez rejeté la faute sur Angelo et dit qu'il s'était dopé seul.
- Sauf que, vous savez, il a écrit un livre, quelques années plus tard, dévoilant tout ce qui tournait autour de la Menci.

Avatar de l’utilisateur
France
Maillot vert
 
Messages: 4718

Re: Marco Baratoli se confie - A6, C4: En avant vers le pass

Messagepar Bad_Neos » 13 Mai 2020, 21:44

Un vrai trafic :niais:

Avatar de l’utilisateur
Bad_Neos
Directeur sportif
 
Messages: 11368
Localisation: Derrière un écran...pour participer à des cours sur zoom.

Re: Marco Baratoli se confie - A6, C4: En avant vers le pass

Messagepar France » 14 Mai 2020, 09:01

Bad_Neos a écrit:Un vrai trafic :niais:

En effet.

Suite cet après-midi ou demain. :ok:

Avatar de l’utilisateur
France
Maillot vert
 
Messages: 4718

Re: Marco Baratoli se confie - A6, C5: Le père

Messagepar France » 14 Mai 2020, 15:57

Marco Baratoli se confie

Acte 6, Chapitre 5, Le père


Seaside, Florida le 12 Janvier 2048,
À propos du 3 Juillet 2042 à Avignon,


Milo Metoni entra en sueur dans le pullman. De grosses gouttes perlaient sur son front. Il enleva son casque et dévoila ses boucles brunes, emmêlées les une dans les autres. Il prit sa casquette et descendit pour rejoindre le podium. Pas un regard ne s'échangea entre Metoni et Baratoli pendant ce court laps de temps. L'atmosphère semblait aussi glaciale qu'à notre entrée, de là 6 heures plus tôt, on sentait cependant une envie entre les deux de s'expliquer, de discuter. Ils en avaient besoin. Les minutes s'égrenaient lentement, mais le bus se remplissait à vive allure: les coéquipiers, quelques familles et tout l'encadrement se mélangeaient. Chacun fait sa tâche à faire. Soudain, une agitation secoua le bus, Metoni rentrait du podium. C'était fou comment, sur ce Tour de France, la Team Allianz vivait au rythme du Maillot Jaune. Il fallait que tout soit prêt à son arrivée, que la routine soit respectée, que ses paroles soient écoutées. D'entrée, et d'un ton sec, il demanda à ce que tout le monde sorte du bus, excepté bien sûr, son médecin, Baratoli, le directeur d'équipe, lui et moi. Ceux qui se dopaient arrêtèrent leur activité. Pas une once de protestation n'ébranla dans le bus. Metoni s'assit et commença à parler:

- Dis donc, Marco, tu m'as ramené un journaliste ?
- Non, mon fils.
- Tu le sais aussi bien que moi, tu n'a et tu n'auras jamais de fils.
- "Ex-journaliste." tins-je à préciser.
- T'as toujours les réflexes du métier ?
- Un peu, ils ne partent pas du jour au lendemain, ne vous inquiétez pas je suis dans la confidence. J'arpente les routes avec Baratoli.
- Je préfère ça, mais tu n'es pas digne de confiance.
Seuls trois personnes discutaient, les deux autres, le médecin et le directeur s'affairaient à je ne sais trop quoi et se chuchotaient. Baratoli reprit en direction de Metoni:
- Je vois que mes gars sûrs sont toujours avec toi.
- Oui, Luca Zonnelli (le médecin) et Vico Strusa sont là depuis 2038, depuis que je t'ai quitté quoi.
- Je sais, vous m'avez trahi dès que les rumeurs se sont répandues aussi vites que la peste.
- Elles étaient fondées.
- Bien sûr. mais ce que je ne comprends pourquoi as-tu accepté que Luca te suive alors que c'était celui qui vous dopait, Et Vico par la même occasion.
- Ils sont partis à temps, et n'ont reçu que des réparations pécuniaires, pas de suspension.
- Moi non plus.
- Toi t'as eu, 18 mois de prison plus une amende, c'est pas pareil.
- Mais pas de suspension.
- Mais pas de suspension. Comme tu l'as remarqué, il n'y a pas de mafia ici, rien. Mon père ne l'aurait jamais accepté, lui qui a dévoué toute sa carrière à combattre ce fléau.
- Plus le dopage.
- Aussi, il s'est surtout intéressé à toi, parce que je faisais partie de l'équipe, il voulait me protéger.
- Je sais, je sais. J'ai ouï dire qu'il avait accepté que tu te dopes.
- Oui, il n'a rien contre ça, il a dent contre la mafia qui a enlevé la femme de sa vie, ma mère.
- Je sais, je sais. Mais pas parce qu'il était ruiné ?
- Qui te l'a dit ?
- Octavio me l'a dit.
- Octavio ?
- L'ex-journaliste.
- "C'est faux." protestai-je
- Non, mais vous avez le droit de le savoir. On n'est pas beaucoup dans la confidence. Son enquête l'a dépouillé, vidé. Il a perdu tous ses contacts, a dû se réfugier, il vit sous protection policière à Seaside, sous ma perfusion. C'est pour ça que je me dope, pour avoir plus de retombées économiques et pouvoir ainsi l'aider. Restez-ici, j'ai besoin de toi Marco, même si on s'est quittés dans de mauvais termes, t'es mon mentor. Même encore plus qu'un menteur, t'es comme un deuxième père.

Sur ce, il fondit en larmes, et plongea la tête dans l'épaule de Baratoli. Ces mots durent profondément toucher Baratoli, il sembla porter dans ses pensée toute cette soirée. Mais au-moins, l'histoire était de nouveau en marche.

Avatar de l’utilisateur
France
Maillot vert
 
Messages: 4718

Re: Marco Baratoli se confie - A6, C5: Le père

Messagepar LeSuisse » 14 Mai 2020, 16:47

Angelo ce traitre :louche:

Beau moment avec Barato :ok: mais sachant qu'Octavio finit à Seaside aussi, je me demande bien ce qui s'est passé

Avatar de l’utilisateur
LeSuisse
Espoir
 
Messages: 934
Localisation: Nederlands

Re: Marco Baratoli se confie - A6, C5: Le père

Messagepar France » 14 Mai 2020, 17:03

LeSuisse a écrit:Angelo ce traitre :louche:

Beau moment avec Barato :ok: mais sachant qu'Octavio finit à Seaside aussi, je me demande bien ce qui s'est passé


Pour Angelo, quand on rejoint la Menci, on signe un contrat de confidentialité sur le dopage, on n'a pas le doit de dévoiler ce qu'il s'y passe. Question d'honneur. ;)

Je ne dévoilerai pas la fin, mais si tu réfléchis bien, tu pourras la deviner. :ok:

Avatar de l’utilisateur
France
Maillot vert
 
Messages: 4718

Re: Marco Baratoli se confie - A6, C5: Le père

Messagepar Bad_Neos » 14 Mai 2020, 17:29

Récolter les dernières paroles du papa pour avoir tout le puzzle complété. Ou alors lui raconter que son fils à pas fait des choses jojo quand même : il s'est réconcilié avec Baratoli, un mec venu de la mafia :shock:

Avatar de l’utilisateur
Bad_Neos
Directeur sportif
 
Messages: 11368
Localisation: Derrière un écran...pour participer à des cours sur zoom.

Re: Marco Baratoli se confie - A6, C5: Le père

Messagepar France » 14 Mai 2020, 18:49

Bad_Neos a écrit:Récolter les dernières paroles du papa pour avoir tout le puzzle complété. Ou alors lui raconter que son fils à pas fait des choses jojo quand même : il s'est réconcilié avec Baratoli, un mec venu de la mafia :shock:

Qui a dit que Galapagos irait seul à Seaside. ;)

Avatar de l’utilisateur
France
Maillot vert
 
Messages: 4718

Re: Marco Baratoli se confie - A6, C6: Le chaos règne

Messagepar France » 15 Mai 2020, 15:14

Marco Baratoli se confie

Acte 6, Chapitre 6, Le chaos règne


Seaside, Florida le 16 Janvier 2048,
À propos du 4 Juillet 2042 à Orange,


Le soleil transperça les volets et me réveilla. J'ouvris machinalement les rideaux du Campanile dans lequel nous logions avec la Team Allianz. Baratoli dormait encore comme un bébé. Je réunis tous mes papiers, tous les comptes-rendus de la police. Je leur envoyais chaque matin un rapport sur les activités de Baratoli de la veille. Sauf que ce jour-là, j'omis de préciser l'objet de la discussion sur le sujet. J'avais signé un papier sur l'honneur et un Galapagos sait garder son honneur. Il se murmure dans ma famille, qu'un de mes ancêtres était un garde du pape. Un jour, ils furent menacés par les Florentins et ils enlevèrent certains gardes dont mon ancêtre. Il ne cracha pas un mot. Il ne dévoila rien, absolument rien, ils le tuèrent le jour même de la naissance de son fils, d'une union avec une épicière.

Nous sommes maintenant à midi, les coureurs s'élancent en direction de Valence. J'aborde le sujet de la fin du Tour 2026.

- Marco, lançons nous maintenant dans le délicat sujet de la fin du Tour 2026.
- Et ça recommence, vous voulez quoi, des aveux, j'en ai déjà faits.
- Non, un récit de votre point de vue.
- D'accord, ce récit sera plutôt court. Vous voyez ce verre, posé sur la table ?
- Oui.
- Qu'y a-t-il à l'intérieur ?
- Rien.
- C'était ma même chose pour les 18 dernières étapes de ce Tour 2026.
- Ça c'était en course, la face visible, mais que se passait-il dans la face cachée ?
- L'Organisation faisait pression, elle voulait que rien ne sorte. On savait dès ce soir-là, de la 4ème étape, que le contrôle serait positif et que l'affaire sortirait. J'ai demandé aux coureurs de ne plus rien gagner, de se faire petits. Ils obéirent au doigt et à l'oeil. Castra fit semblant de chuter, et perdit volontairement du temps afin d'éviter les contrôles à la fin d'une étape. L'UCI et ASO nous informèrent du contrôle positif pendant la première journée de repos. Ils me demandèrent, comme vous le savez de ne rien déballer à la presse, sauf que j'avais une conférence de presse juste après. Ils ne furent pas très malins sur ce coup-là. Ils ne connaissaient pas ma personnalité, et ils ne savaient pas que la mafia jouait un rôle capital dans le fonctionnement de la Menci. L'Organisation m'avait donc demandé de me désolidariser d'Angelo, ce que je fis. Le monologue du début fut légendaire, tout le monde fut ébahi. Je n'omis de préciser aucun détail sur la manière de traiter le sujet par ASO et l'UCI. J'annonçai l'exclusion d'Angelo, du Tour mais également de l'équipe. J'aurais dû savoir qu'il allait se venger mais je crois, que quelqu'un qui a baigné dans la sauce de l'Organisation toute sa vie, et qui le ferait en plus tard, ne dévoilerait toute l'histoire. ASO et l'UCI m'incendièrent et promirent des punitions terribles, notamment la non-reconduction de l'équipe au niveau WT. Menaces que je manquai pas de dévoiler. Matteo Verolo rejoignit également l'équipe jusqu'à la fin, en tant qu'expert de la communication. il était surtout la là pour panser les plaies et calmer le chaos qui régnait, de consoler les tristes, de démotiver les pessimistes et de rassurer les anxieux. Il fallait coûte que coûte que le trafic et les liens de l'équipe avec l'Organisation ne soient découverts, avant la fin du Tour au pire, et jamais au mieux. L'Organisation était sur une grosse opération pendant ce Tour, il ne fallait surtout pas la gâcher. Ils avaient récupérer le monopole de la contrebande et des trafics, de disséminer des produits à travers le territoire et même l'Europe ainsi que de régler des comptes. Ils ont failli tout rater à cause du contrôle, et le patron ne manqua pas de me remonter les bretelles

Avatar de l’utilisateur
France
Maillot vert
 
Messages: 4718

Re: Marco Baratoli se confie - A7, C1: Début de l'Acte II

Messagepar France » 17 Mai 2020, 16:05

Marco Baratoli se confie

Acte 7, Chapitre 1, Début de l'Acte II


Seaside, Florida le 16 Janvier 2048,
À propos du 4 Juillet 2042 à Orange,


- Il y a eu un avant et après ce Tour 2026, calamiteux. Il fallait que l'on réfléchisse à un nouveau moyen pour allier résultats-trafics et dopage sans se faire pincer. On a trouvé un autre moyen, plus ingénieux mais qui suffisait une logistique énorme. Je n'ai pas le droit de vous la livrer vu que je suis sous un contrat de confidence. Je reste un homme d'honneur.
- Allez ne faites pas ça !
- Non mais je peux vous donner des noms.
- Allez-y !
- Matteo Verolo, Lorenzo Calaforte, Gianni Mosconni, Frederico Prosecco, Claudio Margarita, Giorgio Panna Cota, Enzo Soccate, Pablo Van Dali, Leonardo da Sci et Geronimo Stilton.
- Merci. Quel a été les rôle dans l'affaire ?
- Organisateur et logisticien. Excusez-moi j'en ai oublié un: Silvano Metoni.
- Le père de Milo ?
- Non l'oncle. Il était de la police, il devait infiltrer l'organisation. Il a travaillé pour nous assez longtemps, il était loyal, ce qu'on ne savait pas, c'est que chaque mois, il rédigeait un compte-rendu à la destination de son frère. Ils n'étaient que trois sur cette affaire, Silvano Metoni, l'infiltré et oncle de Milo, et Luigi Metoni, commissaire de police, membre des services de renseignement et père de Milo et enfin, Garrio Casadelle, patron de Luigi aux renseignements et aussi le parrain de Milo.
- Une belle histoire de famille.
- Oui.
- Et le nouveau système de dopage a-t-il porté ses fruits ?
- Oui, on a tout raflé en début de saison, c'est à dire jusqu'à Milan-San Remo sans se faire pincer. Je me faisais bien voir par le parrain et je montais dans la hiérarchie de l'organisation. Bien sûr, certains ont essayé de me mettre des bâtons dans les roues, notamment Verolo. Il ne voyait pas d'un bon oeil mon ascension, il me menaçait physiquement, m'insultait et s'opposait à toutes mes décisions. Sauf que je n'avais aucune prétention dans l'Organisation, je souhaitais juste avoir mon équipe cycliste, et gagner de l'argent, afin d'aider ma famille. En 2027, j'essayais de me rapprocher de la Menci, l'entreprise.
- Pourquoi ?
- Psrce que je me sentais sur un siège éjectable. Même si je montais, Verolo avait toujours plus d'influence que moi et ça ne pourrait durer définitivement. Alors, je préparais mes arrières, à la recherche d'une bonne reconversion. J'avais des sous, mais j'étais encore trop jeune pour partir à al retraite et croupir sans rien faire.
- Vous vouliez devenir PDG de la Menci ?
- Non quand même pas, mais avoir un rôle de directeur marketing ou sportif peut-être, ou d'ambassadeur.
-Ambassadeur d'un fabricant de remorques ! Vous n'avez pas de diplômes, pourquoi prétendre à un tel poste.
- Au foot, les directeurs sportifs ont parfois d'anciens joueurs.
- Mais qui ont passé des diplômes à la fin de leur carrière.
- J'aurais pu faire la même chose.
- Vous savez à peine lire !
- Pas vrai.

Une atmosphère glaciale imprégna la pièce immédiatement. J'avais dépassé les bornes, je le avis, je l'avais offusqué. Un regard de défiance s'installa entre nous. Heureusement que le commentateur à la télé calma le jeu sinon je n'aurais pas su comment cette scène allait se terminer.

- Accélération de la Team Allianz ! Des bordures se forment.

Avatar de l’utilisateur
France
Maillot vert
 
Messages: 4718

Re: Marco Baratoli se confie - A7, C1: Début de l'Acte II

Messagepar Bad_Neos » 17 Mai 2020, 23:02

Mais Baratoli, il gérait pas déjà l'équipe ?

Avatar de l’utilisateur
Bad_Neos
Directeur sportif
 
Messages: 11368
Localisation: Derrière un écran...pour participer à des cours sur zoom.

Re: Marco Baratoli se confie - A7, C1: Début de l'Acte II

Messagepar France » 18 Mai 2020, 09:48

Bad_Neos a écrit:Mais Baratoli, il gérait pas déjà l'équipe ?

Oui et non, il gérait le sportif et encore il n'avait pas plus la main que ça. Matteo s'en occupait surtout. Baratoli était surtout la face visible qui masquait le rôle de la mafia.

Avatar de l’utilisateur
France
Maillot vert
 
Messages: 4718

Re: Marco Baratoli se confie - A7, C1: Début de l'Acte II

Messagepar LeSuisse » 18 Mai 2020, 12:02

Intéressant ces tensions internes. On verra ce que ça donne pour Barto, mais il a l'air de se battre avec plus costaud que lui dans l'organisation

Avatar de l’utilisateur
LeSuisse
Espoir
 
Messages: 934
Localisation: Nederlands

Re: Marco Baratoli se confie - A7, C1: Début de l'Acte II

Messagepar Alessiocortez » 18 Mai 2020, 13:18

Il s'est mis du monde à dos , c'est jamais bon :diantre:

Avatar de l’utilisateur
Alessiocortez
Maillot vert
 
Messages: 4646
Localisation: Dans l'Armée Rouge

Re: Marco Baratoli se confie - A7, C1: Début de l'Acte II

Messagepar France » 18 Mai 2020, 14:05

LeSuisse a écrit:Intéressant ces tensions internes. On verra ce que ça donne pour Bara', mais il a l'air de se battre avec plus costaud que lui dans l'organisation

En effet, il n'est qu'un petit pion sur un grand échiquier.

Alessiocortez a écrit:Il s'est mis du monde à dos , c'est jamais bon :diantre:

Oui, et ça ne va pas s'arranger.

Avatar de l’utilisateur
France
Maillot vert
 
Messages: 4718

Re: Marco Baratoli se confie - A7, C2: Milo Metoni se confie

Messagepar France » 18 Mai 2020, 14:47

Marco Baratoli se confie

Acte 7, Chapitre 2, Milo Metoni se confie


Seaside, Florida le 17 Janvier 2048,
À propos du 4 Juillet 2042 à Valence,


Chers lecteurs, voici une interview exclusive de Milo Metoni que j'ai réalisée à Valence, le 4 Juillet au soir. Elle n'a jamais été publiée ni lue par qui que ce soit hormis Marco Baratoli, Milo Metoni et Luigi Metoni. Là voici en extraits:

- Bonsoir Milo.
- Bonsoir Octavio.
- On va couvrir quelques sujets, notamment le dopage t votre relation avec Marco Baratoli.
- Ça me va.
- Vous allez d'abord me répondre par oui ou par non à ces questions. Nous avons du temps pour les détails. Répondez honnêtement, ce sera mieux pour vous et pour moi.
- Allez-y.
- Avez-vous déjà pris des produits interdits afin d'améliorer vos capacités et performances ?
- Oui.
- L'EPO faisait-elle partie de ces produits interdits ?
- Oui.
- Avez-vous eu recours à des transfusions sanguines ou au dopage sanguin afin d'améliorer vos capacités et donc performances ?
- Oui.
- Il y avait-il d'autres produits tels que de la testostérone ou hormones ?
- Oui.
- Depuis quand vous dopez-vous ?
- Depuis le Giro de l'année dernière.
- Prenez-vous des substances pendant ce Tour ?
- Oui.
- Merci, ce sera tout pour les réponses oui/non.
- Oprah Winfrey time finished !
- On peut dire ça comme ça, qui vous a convaincu de prendre ces substances ou qu'est ce qui vous a convaincu de prendre ces substances ?
- Pour le qu'est ce que: c'est la déchéance de mon père, il n'avait plus d'argent, il était complètement ruiné après son enquête. Bien qu'il vécût sous protection policière, il recevait des menaces de mort de toute la ville de Naples. L'étau se resserra quand son frère, mon oncle, fût tué. Alors, avec l'aide de son patron et ami, Garrio Casadelle, mon parrain pour l'ironie du sort, il s'enfuit aux États-Unis. Pour le qui, ce fut une décision commune que j'ai prise avec Vico Strusa et Luca Zonnelli. Je devais me doper si je voulais aider financièrement mon père.
- Il n'y avait pas d'autres solutions ?
- Non, il ne recevait presque pas d'aide des États-Unis, Garrio lui avait les mains liés, il était constamment surveillé.
- Mia une pouvait-il pas s'arranger grâce à ses réseaux ?
- Non. Et votre père, n'avait-il pas conservé des amis de sa période à la mairie de Naples ?
- Il n'en avait pas. Ils était tous à la merci de l'Organisation.
- Tiens, vous aussi vous l'appelez l'Organisation.
- Tout le monde à Naples l'appelle l'Organisation.
- Revenons à notre sujet principal: avez-vous remis en oeuvre les techniques dites révolutionnaires de la Menci ?
- Bien sûr, mais on les améliora. On n'avait pas les moyens de l'Organsiation, alors il fallait faire sans la complicité des médecins. Il fallait trouver un système difficile à détecter mais simple à effectuer.
- Et alors ?
- Interdiction d'en parler.
- Vous aussi ?
- Oui, tout le monde.

[...]

- Avez-vous peur que l'Organisation ne vous attrape à cause du lien qui vous unit à votre père ?
- Oui. Cette angoisse me hante. Dès que j'entends du bruit, des paroles en italien, une peur me saisit.
- Avez-vous peur de la mort ?
- Oui.
- Êtes-vous sous protection policière ?
- Oui. Elle est plutôt discrète. Je dirais plutôt que je vis sous surveillance des services secrets américains. Je pense avoir le droit de vous le dire.
- Ne vous inquiétez-pas, cette interview ne sera pas publiée de sitôt.
- Ah bon.
- Oui, vous pouvez parler librement.
- Alors voilà, certains membres de l'encadrement, du staff si vous préférez sont des agents.
- Des coureurs ?
- Un seul, et il me suit partout, on dort dans la même chambre, loge pas loin l'un de l'autre.
- Il s'agit de ?
- Pas le droit de vous le dire, mais j'en ai déjà trop dévoilé.
- Tenez, prenez-en verre de plus.
- Merci.
- Comment est-ce-que les États-Unis ont-ils accueilli votre souhait de poursuivre votre carrière ?
- Avec réticence mais ils ne peuvent rien faire contre la volonté d'un homme.
- Vous avez raison.

[...]

- Quelle relation avez-vous avec Marco Baratoli ?
- C'est comme un mentor. Bien sûr, on a été en froid, mais les 4 années de notre séparation ont été les pires de mon existence. À 'époque, j'avais encore des principes et j'aimais passionnément mon sport, le cyclisme. Aujourd'hui, je n'ai pas de scrupules à me doper et à l'assumer devant un journaliste.
- Savez-vous qu'il vous a décrit comme étant un passionné qu'il n'avait jamais vu depuis 2025 et Petru Bereni ?
- Ah tiens, j'ignorais mais ça ne m'étonne pas. Bereni était un amoureux du vélo.
- Quelle a été votre réaction quand les premières rumeurs sur la généralisation du dopage au sein de la Menci ?
- Déçu, profondément déçu par cette annonce, c'est pour ça que je sus parti. Mais Bari' ne m'a jamais vraiment quitté vu Vico Strusa et Luca Zonnelli me suivaient. Ils discutaient souvent entre eux de moi. C'était son moyen d'être tenu au courant. Il s'inquiétait pour moi.
- Qu'est ce que ça vous a fait de le revoir ?
- J'étais heureux. Désolé, mais est-ce qu'on peut arrêter l'interview, il se fait tard, j'ai besoin de manger, me doucher et dormir.
- Bien sûr. Je vous remercie, ce fût un plaisir.
- Le plaisir était partagé.

Avatar de l’utilisateur
France
Maillot vert
 
Messages: 4718

Re: Marco Baratoli se confie - A7, C3: La Vendetta

Messagepar France » 20 Mai 2020, 12:54

Marco Baratoli se confie

Acte 7, Chapitre 3, La Vendetta


Seaside, Florida le 17 Janvier 2048,
À propos du 5 Juillet 2042 à Valence,


Il pleuvait dru. Les trombes d'eau s'abattaient sur le toit du bus dans un vacarme assourdissant. Elles s'écoulaient le long des vitres, l'extérieur n'était que nuage, plongé dans un brouillard. Seules quelques personnes, bien courageuses, s'aventuraient entre les véhicules.

- Les gars, écoutez-moi bien. L'orage va se calmer. Préparez-vous à vous échauffer ! Le départ est décalé et l'étape raccourcie. Nouvelle étape, 88 bornes entre Valence et Villard-de-Lans, comme prévu sauf qu'il n'ya plus que le Col du Mont-Noir.
- Chef oui, chef !

Alors que le bus remuait, Baratoli entama la conversation:

- Tu sais Octavio, j'ai préparé une Vendetta.
- Je m'en doute.
- Oui mais tu ne sais pas comment.
- Ça non.
- Comme je te l'ai déjà dit, je tentais de me rapprocher de la Menci à Arezzo, un jour le PDG m'appela dans son bureau. Il commença par: "Bara', je ne veux pas te le cacher plus longtemps parce que tu mérites d'être au courant. Je ne suis pas seulement PDG de la Menci je suis aussi un parrain de la Mafia d'Arezzo." "Quoi !" "Je comprends ton étonnement, mais je veux profiter de l'équipe pour faire prospérer mon commerce, pas de la contre-bande comme la Camorra". Cette phrase souleva un énorme doute en moi, était-il au courant que l'Organisation jouait un rôle important dans mon équipe. "Tu sais Marco, j'ai toujours su ce qu'il se passait dans ton équipe. Qu'il y avait la Camorra. Eux-mêmes savent que j'appartiens à la Mafia d'Arezzo, je les ai laissés faire mais là je prends peur. J'ai envie de les renverser, et toi aussi tu le souhaites. J'ai des espions là-bas, notamment Matteo Verolo." "Matteo ! ?" "Oui, je comprends ton étonnement, il nous faut les renverser, les virer ou les décrédibiliser tout du moins." "Mais comment ?" "Ça va être discret. On va envoyer une petite bombe, qui va profondément les embêter." "Une vraie bombe ?" "Non, une affaire, on va leur dire qu'on a une taupe chez eux et qu'on est au courant de tout. Tu dois savoir, même si je savais qu'il y avait la Camorra chez toi, je ne me doutais pas que vous faisiez de la contrebande, Matteo ne me l'a pas dit afin de se protéger. D'abord on envoie la bombe, puis tu envoies dans la foulée à un grand quotidien que la mafia joue un rôle dans le PCC, qu'on a retrouvé de la contrebande et des faux là-bas." "Mais ça peut entrainer sa fermeture ! Et puis il y aura une enquête." "Oui, le but est qu'ils remontent jusqu'au sommet et qu'ils découvrent ce que fait la Camorra à la Menci. Ça ne va entrainer aucune fermeture quand on est puissant, le lobbying et la corruption payeront. Préparez-vous juste à vivre des moments difficiles." "Oui, Monsieur le directeur !"
- Et quels furent les résultats ?"
- Le parrain dut démissionner, et il retrouva un poste dans l'industrie du papier et des journaux sportifs. L'Organisation d'Arezzo, la Menci et Matteo en furent les grands gagnants. Moi je n'étais qu'un pion, des poussières quoi.

Avatar de l’utilisateur
France
Maillot vert
 
Messages: 4718


158 messages
Retourner vers Récits terminés

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités