Cinéma

Actus internationales & françaises, politique, société, économie, culture, idées, planète, science, technologie, urbanisme, photographie et bien d'autres choses !

Re: Cinéma

Messagepar Tilo » 27 Nov 2020, 11:15

Leinhart a écrit:
Murungaru a écrit:
Leinhart a écrit:Je regarde 7 jours en mai au plus tard samedi, j'aurais du le faire le week-end dernier :o
Si vous voulez enchainer sur un autre thème d'ici au week-end pour la semaine pro je suis ok pour déjà proposer quelques films et voter


Pas de soucis, nous ne sommes de toute façon que deux à avoir vu le film pour l'instant, je ne pense pas que ça vaille le coup de relancer une nouvelle session de suite ;)


Dommage que ça n'ait pas attiré plus de monde ici, par rapport aux tops du 1er confinement qui marchaient bien :diantre:



Juste que les thèmes du 1er confinement touchait plus de monde car grand public, ici c'est un peu plus restreint et tout le monde n'est pas aussi réceptif au cinéma ancien (même si peut-être de meilleur qualité que certains film actuel)

Avatar de l’utilisateur
Tilo
Légende du Gruppetto
 
Messages: 30588
Localisation: la "légende" du forum

Re: Cinéma

Messagepar Murungaru » 27 Nov 2020, 11:21

Robocrotte 2.0 a écrit:
Murungaru a écrit:
Leinhart a écrit:Je regarde 7 jours en mai au plus tard samedi, j'aurais du le faire le week-end dernier :o
Si vous voulez enchainer sur un autre thème d'ici au week-end pour la semaine pro je suis ok pour déjà proposer quelques films et voter


Pas de soucis, nous ne sommes de toute façon que deux à avoir vu le film pour l'instant, je ne pense pas que ça vaille le coup de relancer une nouvelle session de suite ;)

Trois :niais:

J'ai trouvé ça très bien comme film, très professionnel mais pas lourdement endimanché dans ses dialogues comme peuvent l'être certains films de Lumet. Un bon suspense, une belle efficacité, que du nerf, et une des meilleures scènes qu'Hitchcock n'a pas tournées quand O'Brien part dans le désert. Ça dure trente secondes mais ça me suffit pour aimer un film.

C'est largement supérieur à Un Crime Dans La Tête, qui est un peu vieillot pour sa part. Mieux vaut voir Seconds qui a un peu le même style d'interprétation, qui a aussi un peu vieilli mais qui est original et très frappant.


Cool :D

Ah tiens tu penses à quoi/quels Lumet ?

Leinhart a écrit:Même si on est 4 ou 5 ça me va de continuer, c'est pas hyper contraignant et ça permet d'avoir de temps en temps un film commun sur lequel discuter :o
Et si ça peut donner envie à d'autres...


Ca me va également :)

Avatar de l’utilisateur
Murungaru
Jersey rojo
 
Messages: 6268

Re: Cinéma

Messagepar nailouj » 27 Nov 2020, 11:21

Tilo a écrit:
Leinhart a écrit:
Murungaru a écrit:
Leinhart a écrit:Je regarde 7 jours en mai au plus tard samedi, j'aurais du le faire le week-end dernier :o
Si vous voulez enchainer sur un autre thème d'ici au week-end pour la semaine pro je suis ok pour déjà proposer quelques films et voter


Pas de soucis, nous ne sommes de toute façon que deux à avoir vu le film pour l'instant, je ne pense pas que ça vaille le coup de relancer une nouvelle session de suite ;)


Dommage que ça n'ait pas attiré plus de monde ici, par rapport aux tops du 1er confinement qui marchaient bien :diantre:



Juste que les thèmes du 1er confinement touchait plus de monde car grand public, ici c'est un peu plus restreint et tout le monde n'est pas aussi réceptif au cinéma ancien (même si peut-être de meilleur qualité que certains film actuel)


+1 avec Tilo.
En plus ma femme n'a pas du tout les mêmes goûts cinématographiques que moi, c'est parfois compliqué de trouver un film qui plait au 2.
Par contre, je lis avec plaisir vos compte-rendus et me note parfois des films à regarder pour plus tard.

Avatar de l’utilisateur
nailouj
Contrôleur UCI
 
Messages: 4363
Localisation: En train de garder le capitalisme en bon chien chien.

Re: Cinéma

Messagepar darth-minardi » 27 Nov 2020, 11:27

Leinhart a écrit:Dommage que ça n'ait pas attiré plus de monde ici, par rapport aux tops du 1er confinement qui marchaient bien :diantre:

Pour ma part, je ne me sens pas tellement confiné, contrairement au printemps :diantre:
Et, alors qu'en temps normal je vais régulièrement au cinéma ou acheter des DVD, les dernières règles ne permettaient pas de mettre en avant mon goût pour le 7ème art :diantre:

Avatar de l’utilisateur
darth-minardi
Légende du Gruppetto
 
Messages: 26065
Localisation: WikiPavé

Re: Cinéma

Messagepar Robocrotte 2.0 » 28 Nov 2020, 16:11

Murungaru a écrit:Cool :D

Ah tiens tu penses à quoi/quels Lumet ?


Je ne pensais pas à un film en particulier, mais plus à Lumet en général qui n'a fait que des films-dossiers, qui tournent autour d'une affaire, questionnent les rouages de la justice ou des systèmes, ce qui est aussi le cas de Sept Jours En Mai. En plus, Frankenheimer et Lumet sont des réalisateurs semblables, sauf que Lumet a fait plus de films, et surtout plus de films importants.

Après, les films de Lumet que je trouve justement pénibles pour la raison évoquée, ce seraient Douze Hommes En Colère, Un Après-Midi de Chien, ou The Offence, que je trouve extrêmement procéduriers (et même particulièrement laborieux pour le dernier mentionné). Je n'ai vu ni Point Limite ni La Colline Des Hommes Perdus qui passent pour ses plus belles réussites des sixties.

Robocrotte 2.0
Chasseur de prime
 
Messages: 312

Re: Cinéma

Messagepar Kreuziger » 28 Nov 2020, 16:45

Étonné que personne n'ait parlé de Camille ici. Un film sur Camille Lepage, photographe en République Centrafricaine. Le film est esthétiquement très beau, je pense qu'il reprend pas mal de ses photographies. Mais il est surtout très puissant, il représente bien l'horreur de cette guerre, il est même difficile à regarder à certains instants.

Avatar de l’utilisateur
Kreuziger
Maillot jaune
 
Messages: 11464
Localisation: Saoumfa du topic Musique

Re: Cinéma

Messagepar Mr-T » 29 Nov 2020, 08:49

RIP David Prowse :diantre: :diantre: :cry:

Avatar de l’utilisateur
Mr-T
Maillot jaune
 
Messages: 11207
Localisation: J'aime la Galette, SAVEZ-VOUS COMMENT???

Re: Cinéma

Messagepar Yousband » 29 Nov 2020, 14:31

Mr-T a écrit:RIP David Prowse :diantre: :diantre: :cry:

RIP Mr. Vador :cry:

Avatar de l’utilisateur
Yousband
Jersey rojo
 
Messages: 6167

Re: Cinéma

Messagepar Leinhart » 29 Nov 2020, 17:11

C'est bon j'ai regardé Sept jours en mai hier. Merci pour la proposition, c'était vraiment sympa à voir.
On peut facilement inscrire le film sur la longue liste des films de cette époque questionnant le nucléaire (aux côtés notamment de Fail Safe ou Dr Strangelove). Il propose une approche plus neutre que les deux cités, un peu moins manichéenne ou dramatique. J'aime le fait que le film ne prenne pas le spectateur par la main pour savoir si le traité de paix qui est le point de départ du film est une bonne ou mauvaise chose. Etant pacifiste, je conçois très bien qu'on puisse ne pas vouloir rendre ses armes sans être sûr que l'autre en fera autant.
Ensuite, c'est un jeu de pouvoir très intéressant à regarder, c'est très simplement raconté et réalisé sans être chiant. J'en garderai sans doute pas un souvenir à vie comme Fail Safe ou Dr Strangelove justement, mais c'est clairement un film que je citerai volontiers dans les films politiques à voir.

Une petite déception quand même :
Au début du film, j'ai vraiment cru qu'on aurait uniquement le point de vue des "méchants" joués par Lancaster er Douglas, ce qui aurait été intéressant pour questionner l'investissement moral du spectateur. Mais assez vite, Douglas se retrouve dans un rôle de père la morale démocratique qui dénote un peu dans le paysage.

Avatar de l’utilisateur
Leinhart
Directeur sportif
 
Messages: 8617
Localisation: Toulouse

Re: Cinéma

Messagepar Murungaru » 29 Nov 2020, 23:27

Je ne serais pas si je trouve le ton plus neutre.
Il y a notamment un monologue du président qui m'a semblé sans équivoque : on y retrouve le même point de vue de l'inéluctabilité d'une catastrophe nucléaire tant que l'arsenal existe
Il dit un truc du genre "à l'époque du nucléaire les hommes ne sont même plus maître de leur survie". Avant de parler juste avant de la corruption des esprits dû à cette même époque.


Je trouve que c'est une sacré charge.
La nuance est en effet apporté par le perso de Kirk Douglas, qui sans s'aligner sur la ligne du président, prend au moins le parti de la démocratie. Je n'ai donc pas trouvé qu'il faisait "père la morale", j'ai bien aimé le petit jeu sur le flou de ses opinions au début du film, son admiration pour le général tout du long.
A la limite il y a la fameuse séquence très imagé où les deux se retrouve face à face, Kirk Douglas devant le drapeau US, Burt Lancaster devant les missiles, je peux comprendre qu'on trouve ça un peu gros, même si ça ne me dérange pas et au contraire j'ai plutôt apprécié cette mise en scène.

Ca aurait en effet pu être intéressant d'avoir le point de vue de Lancaster. Mais le fait que très vite ce soit finalement délaissé ce comprend étant donné le parti pris de Frankenheimer de jouer avec le doute, réalité ou paranoïa ? On ne pouvait en tout cas pas avoir les deux côtés en parallèle.

Avatar de l’utilisateur
Murungaru
Jersey rojo
 
Messages: 6268

Re: Cinéma

Messagepar Leinhart » 30 Nov 2020, 08:05

Oui bien sûr, le film en lui même n'est pas neutre et Frankenheimer se pose clairement comme un pacifiste opposé au nucléaire. Quand je dis que le ton est neutre, c'est plutôt qu'il présente sans les écarter directement les arguments opposés et qu'il laisse ainsi le choix moral au spectateur. Je suis sûr qu'avec une situation présentée comme ça, certains sont plutôt dans la team Lancaster

Avatar de l’utilisateur
Leinhart
Directeur sportif
 
Messages: 8617
Localisation: Toulouse

Re: Cinéma

Messagepar Leinhart » 30 Nov 2020, 08:31

Sinon, les autres visionnages de la semaine, avec du très bon et du moins bon :

Easy Rider (Denis Hopper – 1969) : J’ai bien aimé sans être transcendé plus que ça. Il y a de très bonnes idées, notamment d'un point de vue scénaristique (liberté, absence d'attache, difficulté d'intégration, etc.), quelques péripéties bien senties, mais je trouve que ça manque de profondeur et d'élégance (la scène du trip à l'ecstasy est assez atrocement filmée, et les transitions clignotantes très laides).

Nova Zembla (Reinout Oerlemans – 2011) : Première fois que je regarde un film hollandais. C’est une adaptation du journal de bord tenu par Gerrit de Veer lorsque les hollandais cherchaient une route vers l’Asie par le Nord. Ils ont alors notamment découvert Svalbard et ont été contraint à un hivernage de 9 mois sur les côtes de la Nouvelle-Zemble. J’avais lu le bouquin l’an dernier et c’est un peu triste de voir ce film quand on connaît le matériau de base. Il y a deux trois bonnes choses, notamment quelques scènes réussies malgré une grosse absence de moyens (le réalisateur arrive à faire sentir la menace de l'ours, sans jamais vraiment le montrer en mouvement) et l'épisode épique de ce film (le long hivernage) est plutôt bien retranscrit. Mais à part ça, tout le background ajouté aux personnages est sans intérêt (histoire d'amour risible, motivations cliché...), la réalisation est souvent de mauvais goût, les acteurs sont (sauf l'acteur principal qui fait correctement le taf) pas très bon. Bref, c'est un récit d'exploration qui est adapté en film action/aventure, alors forcément, le résultat est un peu bâtard.

Sans toit ni loi (Agnès Varda – 1985) : Un film qui a les défauts de ses qualités. En voulant faire quelque chose de profondément "vrai", Varda propose aussi quelque chose d'ennuyeux et parfois piètrement interprété par les acteurs (?) secondaires. Ce film vaut quand même largement le coup d'œil, ne serait-ce que pour la représentation (parfaitement servie par Bonnaire) d'une femme seule, complètement en dehors du système.

Le Baiser du tueur (Stanley Kubrick – 1955) : Un bon film noir, mais très (trop) classique. Comme Fear & Desire (en bien meilleur quand même), c'est plus une œuvre qu'on regarde avec curiosité une fois qu'on s'est bien intéressé à la filmo de Kubrick. D’ailleurs, il ne me manque plus qu’Eyes Wide Shut dans cette filmo.

8 Femmes (François Ozon – 2002) : Un cluedo 100% féminin sympathique mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable

Sept jours en mai (John Frankenheimer – 1964) : Déjà parlé juste avant

L’Homme sans passé (Aki Kaurismäki – 2002) : Une très belle réussite dans le cinéma de Kaurismaki (récompensé à Cannes). On retrouve les thèmes habituels mais ils sont très bien servis par ce personnage sans passé.

Lawrence d’Arabie (David Lean – 1962) : Immense film d'aventure qui met magistralement en scènes les déserts arabes. Les premiers pas de Lawrence dans la fournaise, magnifiés par la musique de Maurice Jarre ; la traversée vers Aqaba ou celle du Sinaï sont des scènes que je ne suis pas prêt d'oublier. A part quelques moments où j'ai légèrement lâché prise dans le dernier tiers, c'est un sans-faute.

La Femme des steppes, le flic et l’œuf (Wang Quan’an – 2020) : Premier film mongol. Pas emballé par le scénario ou les personnages (qu'on voit finalement très peu car tout est filmé de loin) ; en revanche, c'est sans doute le film le plus beau (formellement) que j'ai vu cette année. Les steppes mongoles sont magnifiques, sublimées par le travail de Wang Quan'an et son équipe.

Mulan (Niki Caro – 2020) : Encore un remake live lisse, sans intérêt et de piètre qualité. Le dessin animé faisait très bien le boulot.

Avatar de l’utilisateur
Leinhart
Directeur sportif
 
Messages: 8617
Localisation: Toulouse

Re: Cinéma

Messagepar Panzer » 30 Nov 2020, 11:35

Les émotifs anonymes (2010 ) - petite comédie de 75' légère, douce et sans prise de tête avec Isabelle Carré et Benoit Poolevorde qui tiennent bien les premiers rôles. Sans prétention mais oubliable, ça reste assez simplet avec des persos secondaires très médiocres.

Mesrine - L'instinct de mort (2008 ) - j'avais peur d'un film à la gloire de cette crapule, bonne surprise il m'a semblé plutôt objectif. Très bonne représentation de Vincent Cassel, dans un film intéressant mais que j'ai trouvé bien trop rythmé par moment avec des sauts temporels sans transition...

Mad Max: Fury Road (2015 ) - deuxième visionnage de ce film, je n'avais pas pu tenir jusqu'à la fin la 1ère fois. Le second visionnage était meilleur, mais je n'arrive pas trop à comprendre l'engouement pour ce film malgré de très belles images. J'ai surtout vu ce film comme un petit divertissemet, une simple course poursuite dans le désert entre des méchants et des gentils.

L'histoire d'Adèle H. (1975 de François Truffaut ) - encore un film de Truffaut sur l'amour passionnel et à sens unique. Le film nous amène au Canada au milieu du 19ème siècle, le personnage est la fille de Victor Hugo interprétée par Isabelle Adjani.
L'amour, peu conventionnel, c'est un des thèmes préférés de Truffaut, j'adore sa vision de l'amour et comment il le retransmet à l'écran mais pour le coup je n'ai pas du tout accroché. J'ai été lassé et j'ai lutté pour terminer le film. Probablement le Truffaut que j'apprécie le moins.

Roma (2018 d'Alfonso Cuarón ) - à la première scène, j'ai eu peur d'un film trop esthétique, lent, chiant. Finalement j'ai revu mon jugement même si j'ai trouvé le film parfois "poussif" par moment, il offre un beau voyage dans le Mexico des années 70, dans une société patriarcale, où quelque soit la classe sociale, les hommes ont tendance à se défausser de leurs responsabilités. C'est un film qui m'a ému, touché notamment dans son final. La bonne surprise de la semaine !

Avatar de l’utilisateur
Panzer
Directeur sportif
 
Messages: 17014

Re: Cinéma

Messagepar Murungaru » 30 Nov 2020, 11:55

Panzer a écrit:Les émotifs anonymes (2010 ) - petite comédie de 75' légère, douce et sans prise de tête avec Isabelle Carré et Benoit Poolevorde qui tiennent bien les premiers rôles. Sans prétention mais oubliable, ça reste assez simplet avec des persos secondaires très médiocres.


Ah j'avais beaucoup aimé, une des meilleurs comédies romantiques française (franco-belge en l'occurence) de ces dernières années, selon moi. Tout en retenu (à l'image des deux protagonistes principaux).

En revanche Roma j'avais trouvé cela grotesque. Il y a évidemment
le plan déjection de chien qui a fait beaucoup parlé

Mais même au delà de ça je trouve qu'il y a trop de scène où surligné, qui sonnaient faux, par exemple :
La scène d'accouchement, ou celle sur la plage. C'est tire larme à fond, et même la mise en scène me semble terriblement poussive, on dirait qu'ils nous fait un tableau mélodramatique.

D'ailleurs ça m'a fait penser à la scène de Gravity que j'ai trouvé tout aussi ridicule et forcé :
Celle de la "renaissance" en position foetale

En plus il film un peu pareil dans mon souvenir, en éloignant la caméra, et en nous laissant bien le temps de "comprendre" et de nous émouvoir.

Leinhart a écrit:Lawrence d’Arabie (David Lean – 1962) : Immense film d'aventure qui met magistralement en scènes les déserts arabes. Les premiers pas de Lawrence dans la fournaise, magnifiés par la musique de Maurice Jarre ; la traversée vers Aqaba ou celle du Sinaï sont des scènes que je ne suis pas prêt d'oublier. A part quelques moments où j'ai légèrement lâché prise dans le dernier tiers, c'est un sans-faute.


Je me souviens avoir été un chouilla déçu. Grand film d'aventure évidemment, mais je ne l'avait pas trouvé aussi épique que ce que j'attendais, malgré en effet son score grandiose.
Finalement, en film d'aventure avec Peter O'Toole, je me reverrais avec encore plus d'entrain Lord Jim.

Avatar de l’utilisateur
Murungaru
Jersey rojo
 
Messages: 6268

Re: Cinéma

Messagepar Leinhart » 30 Nov 2020, 14:39

Panzer a écrit:
Mad Max: Fury Road (2015 ) - deuxième visionnage de ce film, je n'avais pas pu tenir jusqu'à la fin la 1ère fois. Le second visionnage était meilleur, mais je n'arrive pas trop à comprendre l'engouement pour ce film malgré de très belles images. J'ai surtout vu ce film comme un petit divertissemet, une simple course poursuite dans le désert entre des méchants et des gentils.


J'ai vraiment du mal avec le fait qu'on puisse limiter ce Mad Max à un petit divertissement et une simple course poursuite :o
Fury Road, c'est un papy de 70 ans qui ridiculise 90% des mecs qui prétendent faire du cinéma d'action depuis 15 ans sans être capable de filmer correctement une baston ou une course-poursuite en bagnole.
C'est un film avec un message féministe assez fort (et avant mee too) : place de la femme, personnages forts qui éclipsent d'ailleurs le héros du film. Mais bon c'est pas l'essentiel parce que c'est pas ultra subtil non plus
C'est un univers d'une richesse visuelle hallucinante : chaque personnage a une identité propre, on arrive presque à s'imaginer un background pour chacun tellement ils dégagent tous quelque chose (je parle pas uniquement du guitariste aveugle même si c'est une bonne illustration). Les décors sont incroyables et eux aussi hyper riches. Et ce que j'adore, c'est que Miller n'insiste même pas sur cet univers avec des lourdeurs. Il a tellement confiance dans son truc qu'il filme sans justifier chaque personnage ou chaque décor. Exemple : le plan dans le marécage avec ces corbeaux géants qu'on croirait juchés sur des échasses. Ils sont là, point. Pas besoin d'expliquer pourquoi, on a juste 10 secondes de plan qui sont d'une richesse impressionnante.
Et surtout, c'est un film d'artisan. Y'a tellement de CGI dans les films d'action actuels que ça fait un bien fou de voir quelque chose de "vrai". C'est lisible, c'est rythmé, y'a des vrais véhicules qui explosent, des vraies cascades... On en reparle dans 25 ans, mais je pense que Mad Max ne vieillira pas là où certains films sortis il y a moins de 5 ans sont déjà kitsch.

J'ai eu de la chance de le voir 4 fois au ciné, dans toutes les configurations possibles (normal, 3D, Dolby Atmos et version noire & blanc), et je suis convaincu que ça deviendra le film culte de la décennie (au moins l'un des 5 films cultes)

Avatar de l’utilisateur
Leinhart
Directeur sportif
 
Messages: 8617
Localisation: Toulouse

Re: Cinéma

Messagepar vino_93 » 30 Nov 2020, 15:54

Ah oui 4 fois au ciné qd même :moqueur:

Avatar de l’utilisateur
vino_93
Champion confirmé
 
Messages: 18469

Re: Cinéma

Messagepar Leinhart » 30 Nov 2020, 15:57

Pas 4 fois à la sortie :mrgreen:
Il repasse régulièrement dans différents ciné et dans différentes conditions. La dernière fois c'était à la cinémathèque en noir et blanc, au mois de septembre ou octobre. Comme les films de Nolan qui sont devenus "faciles" à voir au ciné dans de très bonnes conditions dans les grandes villes.

Avatar de l’utilisateur
Leinhart
Directeur sportif
 
Messages: 8617
Localisation: Toulouse

Re: Cinéma

Messagepar Murungaru » 30 Nov 2020, 17:27

Pas une grosse semaine :

Les révoltés de l'an 2000, de Narciso Ibáñez Serrador (1976) : Un couple de touristes anglais se retrouvent sur une île au large de l'Espagne qui ne semble peupler que d'enfants. Après une ouverture de film pour le moins déstabilisante, on tombe sur un film d'horreur plus "classique". J'ai été un peu déçu, peut être que j'en attends un peu trop étant donné sa réputation et l'ouverture. Ca reste un très bon film, pas si classique que ça, en plus un film d'horreur en plein journée, très lumineux, c'est déjà suffisamment rare mais être appréciable, d'autant plus qu'ici l'image est vraiment belle. Et puis il y a surtout ce sous texte sur l'enfance, pas inintéressant mais c'est justement là où j'attendais à avoir plus de choses à me mettre sous la dent. A revoir d'ici quelques temps.

La dernière corvée, de Hal Ashby (1973) : Deux marins doivent en escorter un troisième en prison, mais vont en chemin lui laisser profiter de ces derniers instants de libertés. Une comédie douce amère. Surtout amère quand même, une profonde mélancolie (voire tristesse) traverse tout le film, qui m'a pas mal décontenancé. Mais le film m'a bien emporté, avec ses personnages touchant, ses moments simples.

Il maestro de Vigevano, de Elio Petri (1963) : Un instituteur va se retrouver prix au piège de sa condition social, avec notamment un fils qui veut travailler et une femme qui souhaite s'enrichir. Le film s'inscrit au milieu de ce qui est appelé la "trilogie du travail" de Elio Petri, comprenant Les jours comptés (1962) et La classe ouvrière va au paradis (1971).Beaucoup aimé cette comédie italienne bien grinçante, qui m'a pas mal rappelé Une vie difficile de Dino Risi sorti deux années plus tôt. On y retrouve à nouveau Alberto Sordi qui ne trouve pas sa place, et qui se bat avec les autres et lui même pour conserver une sorte de dignité bourgeoise (là où il cherchait à conserver ses principes et idéaux dans le Risi). Les points communs entre les deux films sont peut être dû au fait qu'initialement c'était un projet de Risi, et que Petri bossait lui sur Les Monstres, et qu'ils ont fini par "échanger" les projets. On est à nouveau confronté à des personnages assez peu aimables, tous avec leurs faiblesses montré de manière assez crue, reflet d'une époque charnière dans l'histoire de l'Italie. Ce qui en fait une comédie passionnante mais pas des plus "faciles" à regarder pour autant (mais quand même nettement plus accessible que le très bon, mais très "âpre", La classe ouvrière va au paradis).

Spider-Man: New Generation, de Bob Persichetti & Peter Ramsey & Rodney Rothman (2008) : Un nouveau spider-man va se retrouver à devoir apprendre rapidement le "job" auprès de multiples Spiderman d'autres dimensions. Un film qui vaut surtout pour son parti pris graphique, formel, dans un style que je n'avais jamais vu, qui joue clairement la carte du comicbook. A ce niveau c'est très réussi. Ca en fait peut être parfois un peu trop, mais ça fourmille d'idée, c'est sympa. Le rythme est assez frénétique, mais ça ne m'a pas trop dérangé. Bref, le meilleur film Spiderman depuis les Sam Raimi (qui reste évidemment inégalé, Tobey & Kirsten 4ever !). Vu que ça met en scène Miles Morales j'espérais voir davantage son colloc très présent au début des comics du perso. Peut être pour le prochain film.

J'ai aussi vu deux courts métrages Wallace & Gromit (un de 1989 que j'avais déjà vu enfant, et une de 2008), toujours très sympa :)

Avatar de l’utilisateur
Murungaru
Jersey rojo
 
Messages: 6268

Re: Cinéma

Messagepar Peto » 01 Déc 2020, 14:38

Leinhart a écrit:Pas 4 fois à la sortie :mrgreen:
Il repasse régulièrement dans différents ciné et dans différentes conditions. La dernière fois c'était à la cinémathèque en noir et blanc, au mois de septembre ou octobre. Comme les films de Nolan qui sont devenus "faciles" à voir au ciné dans de très bonnes conditions dans les grandes villes.

Je suis assez d'accord sur ton message précédent. En plus d'être magnifique visuellement, esthétiquement, il porte de beaux messages de société, mine de rien (on va me dire "saféréfléchir", mais à mon sens on peut trouver une réflexion sur le consumérisme, le sectarisme, etc).

J'attend d'autres films de l'univers d'ailleurs (j'aime beaucoup, et les histoires de chaque éléments, comme énumérés par Leinhart, peuvent être développées assez facilement, même si la part de mystère en fait leur attraction, au final), tout en ayant peur d'être déçu. :niais:
(D'ailleurs, je vois de voir que l'actrice Anya Taylor-Joy (The Queen's Gambit) reprenait le rôle de Furiosa pour 2021)

Avatar de l’utilisateur
Peto
Maillot jaune
 
Messages: 10577
Localisation: #TeamGaudu #TeamLenni #TeamBiniam #TeamPidcock

Re: Cinéma

Messagepar dicaprio » 03 Déc 2020, 20:44

La warner bros qui annonce que tout ses films en 2021 sortiront sur leur pate forme de streaming HBO MAX en même temps qu'au cinéma. Y a l'histoire du covid mais pas que. On y vient tout droit sur la fin des cinés. Netflix qui croule sous le pognon avec son modèle tente trop les studios.

Y a Mank de Fincher demain sur Netflix, première fois que je verrai pas un fincher au cinéma mais sur ma télé, je m'y fais pas......

Avatar de l’utilisateur
dicaprio
Coureur pro
 
Messages: 1758


3786 messages
Retourner vers Culture générale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : B-A, bapt77, chessben, noe76 et 18 invités