Cinéma

Actus internationales & françaises, politique, société, économie, culture, idées, planète, science, technologie, urbanisme, photographie et bien d'autres choses !

Re: Cinéma

Messagepar Yousband » 18 Sep 2020, 11:23

Un très grand monsieur qui s'en va, la voix de notre enfance :cry:
Astérix, Winnie l'Ourson, C-3PO et j'en passe :love:

Avatar de l’utilisateur
Yousband
Jersey rojo
 
Messages: 6012

Re: Cinéma

Messagepar Mats » 18 Sep 2020, 18:56

Roger Carel... :diantre:
Cette voix reconnaissable entre 1000, bien qu'il pouvait en changer aussi vite que son ombre...

Avatar de l’utilisateur
Mats
Directeur sportif
 
Messages: 6785

Re: Cinéma

Messagepar darth-minardi » 18 Sep 2020, 21:49

Mats a écrit:Roger Carel... :diantre:
Cette voix reconnaissable entre 1000, bien qu'il pouvait en changer aussi vite que son ombre...

Tellement.
Ça aurait été super de le retrouver en Astérix dans le Domaine des Dieux d'Astier et Clichy :love:

Avatar de l’utilisateur
darth-minardi
Légende du Gruppetto
 
Messages: 25244
Localisation: WikiPavé

Re: Cinéma

Messagepar rtg65 » 18 Sep 2020, 21:57

C'était sa voix mais il n'avait pas fait la suite :diantre:

Avatar de l’utilisateur
rtg65
Maglia rosa
 
Messages: 9217
Localisation: 91

Re: Cinéma

Messagepar Serval » 20 Sep 2020, 18:14

Blade runner 2049 ce soir sur France 2 pour ceux qui l'auraient manqué au cinéma. 8)

Du coup je devrais peut etre en parler sur le topic tv mais vu qu'il est réservé à Koh Lanta, ça ferait tache ... :niais:

Avatar de l’utilisateur
Serval
Champion en devenir
 
Messages: 12838
Localisation: Quelque part sur cym 3

Re: Cinéma

Messagepar Dugarry » 20 Sep 2020, 23:17

Je viens de voir le film. J'ai été vraiment déçu, je m'attendais à plus ambitieux. Très peu de personnages, sans grande profondeur, on dirait des zombies. Même le rythme n'y était pas. Au final je ne sais pas quel était l'objectif de ce film. :wtf

Avatar de l’utilisateur
Dugarry
Jersey rojo
 
Messages: 6481
Localisation: Dans le chaudron de potion magique avec Valverdix

Re: Cinéma

Messagepar Serval » 21 Sep 2020, 01:02

Tu n'as pas été sensible à la claque visuelle alors. Dommage. Il faut dire que je l'ai vu au cinéma, ça doit changer beaucoup de choses au final ...

Avatar de l’utilisateur
Serval
Champion en devenir
 
Messages: 12838
Localisation: Quelque part sur cym 3

Re: Cinéma

Messagepar Murungaru » 21 Sep 2020, 07:44

On peut être sensible à la beauté visuelle du film, trouver que c'est un très beau film mais que ce n'est pas un bon film. Qui, en plus, n'a pas compris l'essence du premier et s'inscrit plutôt dans une tendance du cinéma actuel que je qualifie de "cinéma mort", un cinéma esthétique mais sans vie, sans émotion.

Edit : et je l'ai vu en salle ;)

Avatar de l’utilisateur
Murungaru
Jersey rojo
 
Messages: 6134

Re: Cinéma

Messagepar Dugarry » 21 Sep 2020, 08:12

Oui c'est exactement ça, les images sont peut-être belles (j'ai un 58 pouces donc ça va), mais il n'y a pas de vie du tout et je n'ai adhéré à aucun personnage.

Avatar de l’utilisateur
Dugarry
Jersey rojo
 
Messages: 6481
Localisation: Dans le chaudron de potion magique avec Valverdix

Re: Cinéma

Messagepar darth-minardi » 21 Sep 2020, 19:45

Pour Blade Runner 2049, vu la pub, la VF semble affreuse :lol:

Et sur le comparaison avec le premier, je trouve une cohérence, c'est une dystopie plus ancrée dans son époque et l'absence de vie comme un parti pris.

Avatar de l’utilisateur
darth-minardi
Légende du Gruppetto
 
Messages: 25244
Localisation: WikiPavé

Re: Cinéma

Messagepar Leinhart » 21 Sep 2020, 22:21

Murungaru a écrit:On peut être sensible à la beauté visuelle du film, trouver que c'est un très beau film mais que ce n'est pas un bon film. Qui, en plus, n'a pas compris l'essence du premier et s'inscrit plutôt dans une tendance du cinéma actuel que je qualifie de "cinéma mort", un cinéma esthétique mais sans vie, sans émotion.

Edit : et je l'ai vu en salle ;)


Je comprends parfaitement tous les reproches faits dans cet article et pourtant, ça ne m'empêche pas de garder un excellent souvenir du film. Que Villeneuve arrive à s'approprier un univers comme celui là pour en faire le film qu'il voulait faire (avec quelques maladresses dans la citation du premier), c'est déjà un miracle en soi. Il y a des partis pris qui sont discutables mais qui relèvent de vrais choix du réal et si on n'atteint pas les sommets du premier, ça reste une belle réussite.

Quelques visionnages récents :

Spinal Tap (Rob Reiner – 1984) : ”Documenteur” sur un groupe de rock qui glisse vers l’anonymat après avoir fait vibrer les foules. Je m'attendais à quelque chose de plus loufoque et dynamique, finalement ça reste un peu mou. Mais c'est aussi cette mollesse qui donne un côté pathétique à ce faux groupe de rock et qui fait, petit à petit, le charme de ce faux documentaire.

Les Silences du palais (Moufida Tlatli – 1994) : Film tunisien découvert sur la sélection Cinetek. Une ambiance pesante et un film touchant mais qui souffre de ses longueurs et de sa mise en scène très plate. C'est quand même une belle découverte.

Twilight : Chapitre 4 – Révélation, 1ère partie (Bill Condon – 2011) : Mon Dieu que c'est nul. Bill Condon arrive à enfoncer un peu plus dans la médiocrité une saga qui s’en sortait pourtant déjà très bien sans lui : réalisation atroce (mention spéciale à l'hilarant plan final, ou encore à la discussion entre loups qui laisse sans voix), bo ridicule et larmoyante, effets spéciaux dignes d'un projet techno de collège, scénario méga débile, acteurs en roue libre. Bref, c'est formidable tant c'est nul.

Antoinette dans les Cévennes (Caroline Vignal – 2020) : Une comédie très belle (formellement, mais pas seulement), très drôle, portée par une brillante et spontanée Laure Calamy. Un petit coup de cœur de la rentrée. Je n’avais pourtant à première vue aucune envie de voir ce film. J’ai été convaincu par quelques bons retours et aller le voir a été une excellente idée. Allez-y.

The Good Bad Man (Allan Dwan – 1916) : Sachez que la Cinémathèque française entend pérenniser son site de streaming de films méconnus et il y a de belles choses dessus (notamment des films de Jean Epstein). J’ai découvert sur cette plateforme ce western précurseur d’Allan Dwan. C’est pas mal et très intéressant à regarder même si le film est trop déséquilibré (sur 50 minutes en tout, 30 minutes de mise en place de l’intrigue, c’est trop). Prévoyez votre musique parce que c’est muet et sans accompagnement. J’ai mis une playlist « saloon » sur Spotify, ça passait plutôt bien

Un cœur en hiver (Claude Sautet – 1992) : J'ai, je crois, un demi-problème avec Claude Sautet (dont j'ai une maigre expérience de 3 films). Encore un film que je trouve très réussi, dont le visionnage a été un bon moment, mais qui me procure finalement assez peu d'émotions.

Il Peccato / Michel-Ange (Andreï Konchalovski - 2020) : J'aurai réussi à voir 2 fois ce film en avant-première (sortie officielle en France en octobre) à la cinémathèque. Les 2 fois, le réalisateur devait être présent mais s'est décommandé (covid en mars, raisons de santé cette fois). Je crois avoir encore plus aimé que la première fois. C'est une magnifique biographie fragmentée et romancée de Michel-Ange qui insiste sur toutes les difficultés rencontrées par un créateur de grand talent qui doit honorer de multiples commandes mais veut y apposer sa patte. Il y a un parallèle évident à faire avec la condition de réalisateur en URSS... Sur la forme, c'est fabuleux, tout est beau, les acteurs sont excellents, la bande son est minimaliste mais parfaite. En plus c'est bien écrit, intelligent, et d'autant plus impression qu'à 83 ans, Konchalovski sort complètement de sa zone de confort et propose un cinéma radicalement différent de tout ce qu'il a pu faire auparavant, à une âge où beaucoup commencent à sucrer les fraises.

La Maison du mystère (Alexandre Volkoff – 1923) : Autre découverte sur HENRI, film fleuve de 6h30 qui est en fait l’ancêtre des séries TV car il est découpé en 10 épisodes. Derrière une intrigue un peu banale (en tout cas vue d’aujourd’hui), il y a la réalisation superbe et très juste de Volkoff, un acteur principal – Ivan Mosjoukine – fascinant. La mise en scène est très moderne avec des scènes assez grandioses. J’en viens à me demander : qu’est-ce qui fait que certains films restent dans la légende tandis que d'autres, pourtant au moins autant bourrés de qualités, sombrent dans l'oubli ?

Avatar de l’utilisateur
Leinhart
Directeur sportif
 
Messages: 8492
Localisation: Toulouse

Re: Cinéma

Messagepar Yousband » 22 Sep 2020, 07:52

Mais pourquoi au nom de tout ce qui est sacré, t'infliges-tu une séance de torture pareil avec Twilight 4 ?! :lol:

Avatar de l’utilisateur
Yousband
Jersey rojo
 
Messages: 6012

Re: Cinéma

Messagepar Leinhart » 22 Sep 2020, 08:28

Un film nul de temps en temps, ça fait partie des mes habitudes. Et puis c'est tellement drôle à regarder que je passe pas un mauvais moment :niais:

Avatar de l’utilisateur
Leinhart
Directeur sportif
 
Messages: 8492
Localisation: Toulouse

Re: Cinéma

Messagepar Serval » 23 Sep 2020, 01:20

Yousband a écrit:Mais pourquoi au nom de tout ce qui est sacré, t'infliges-tu une séance de torture pareil avec Twilight 4 ?! :lol:

J'ai fait pire: je les ai tous vu à la télé avec une semaine d'intervalle entre chaque film. Ça fait partie des concessions à faire dans une vie à deux ...
Ceci dit, j'ai encore plus souffert avec la série des Divergentes ... :sarcastic:

Avatar de l’utilisateur
Serval
Champion en devenir
 
Messages: 12838
Localisation: Quelque part sur cym 3

Re: Cinéma

Messagepar Mr-T » 23 Sep 2020, 08:33

Serval a écrit:
Yousband a écrit:Mais pourquoi au nom de tout ce qui est sacré, t'infliges-tu une séance de torture pareil avec Twilight 4 ?! :lol:

J'ai fait pire: je les ai tous vu à la télé avec une semaine d'intervalle entre chaque film. Ça fait partie des concessions à faire dans une vie à deux ...
Ceci dit, j'ai encore plus souffert avec la série des Divergentes ... :sarcastic:


Divergente, c'est un chef d'oeuvre à côté 8)

Avatar de l’utilisateur
Mr-T
Maillot jaune
 
Messages: 10400
Localisation: J'aime la Galette, SAVEZ-VOUS COMMENT???

Re: Cinéma

Messagepar hashirebicycle » 23 Sep 2020, 09:30

Mr-T a écrit:
Serval a écrit:
Yousband a écrit:Mais pourquoi au nom de tout ce qui est sacré, t'infliges-tu une séance de torture pareil avec Twilight 4 ?! :lol:

J'ai fait pire: je les ai tous vu à la télé avec une semaine d'intervalle entre chaque film. Ça fait partie des concessions à faire dans une vie à deux ...
Ceci dit, j'ai encore plus souffert avec la série des Divergentes ... :sarcastic:


Divergente, c'est un chef d'oeuvre à côté 8)

Ah non, clairement pas, les acteurs sont à la ramasse et esthétiquement c'est une copie Lidl de Hunger Games. Je comprendrai jamais ce que Kate Winslet a été foutre dans cette galère :moqueur:
Twilight a une direction d'acteurs moins catastrophique, et le premier cherchait à aller quelque part visuellement. Après les bouquins de base sont écrits avec le cul, donc va tenir 5 films décents à partir de ça :moqueur:

Avatar de l’utilisateur
hashirebicycle
Junior
 
Messages: 1046
Localisation: #GenZRules

Re: Cinéma

Messagepar Murungaru » 23 Sep 2020, 10:14

Je m'en rends compte que ça fait longtemps que j'ai pas fais un petit point sur mes visionnages, je pensais pas temps.
Je vais pas tous reprendre (même si j'ai ralenti la cadence) mais les plus "marquants" :

La chevauchée des bannis, André de Toth (1959)
Après la découverte de ce réalisateur via La rivière de nos amours j'ai voulu en voir plus avec cet autre western. La chevauchée des bannis est probablement son film le plus apprécié (au côté d'un ou deux films noirs qu'il me faut encore tenter) et je comprends pourquoi. On est d'ailleurs, dans l'ambiance, très proche du film noir, presque plus que du western. C'est du noir & blanc mais d'une modernité pour le genre assez étonnante. Même s'il n'est pas le seul à s'affranchir de certains codes du genre et que certains l'ont précédé de pas mal d'année, on ne peut qu'être frappé par l'ambiance très sombre, la vision noire des hommes, la profondeur des personnages, la tension de certains scènes. Difficile de ne pas penser à du western crépusculaire.
Et l'environnement enneigé rajoute une touche supplémentaire qui le fait largement sortir du lot du genre de l'époque. Il faudrait que je vois La Ville abandonnée de William Wellman, sorti 10 ans avant et qui est parait il une forte inspiration.

Darkman, Sam Raimi (1990) : à mis chemin entre le revenge movie et le film de super héros par Raimi. Les effets ont bien vieillis, on est loin de la maestra visuel de ses Spider-Man mais ça se regarde bien.

Philadelphia, Jonathan Demme (1993) : un peu déçu, ça m'a jamais embarqué, à peine ému. Et 1 mois après l'avoir vu j'ai déjà quasi tout oublié :?

Orca, Michael Anderson (1977) : un autre revenge movie mais cette fois c'est un orque qui cherche à se venger :mrgreen: J'ai surtout regardé pour la BO de Morricone, le film se suit sans difficulté, il y a même quelques idées sympa (en tout cas moins "bas du front" que Les dents de la mer, très bon film mais qui a fait tellement de mal à l'image qu'on culturellement les requins), et il a le mérite de ne pas être trop long mais ça reste assez dispensable.

Serie Noire, Alain Corneau (1979) : ça faisait longtemps que je voulais le revoir. Peut être le meilleur rôle de Dewaere, bouleversant. Un petit chef d'oeuvre, très sombre, voir glauque.

Navajo Joe, Sergio Corbucci (1966) : pas le meilleur Corbucci, mais ça reste un bon western spaghetti, avec Burt Reynolds dans le rôle titre.

Light of my life, Casey Affleck (2019) : j'ai bien aimé. Ca reste un film assez intimiste, on n'apprend peu de chose sur ce futur où une pandémie à décimer la plupart des femmes. C'est assez beau, ça m'a fait pensé à Leave No Trace au début, et à La Route (alors que je n'ai pas vu le film juste pas mal d'images). Après je suis un peu resté sur ma faim quand même.

Freaks, Zach Lipovsky & Adam B. Stein (2018) : entre SF et horreur, un film indé que j'avais râté au PIFFF il y a deux ans et qui fonctionne très bien. On comprend pas grand chose au début, mais le concept fonctionne bien, ça passe tout seul.

Explorers, Joe Dante (1985) : assez déçu. Peut être que comme pour Les Goonies faut l'avoir vu enfant pour que le charme opère.

Le jardin des Finzi-Contini, Vittorio De Sica (1970) : magnifique film sur l'italie des années 30 et notamment la persécution des juifs qui s'installe peu à peu. Sujet pas évident à traiter, notamment l'aveuglement de certains, sans oublier une grille de lecture de classe, mais c'est fait avec une grande justesse à mon sens.

Les choses de la vie, Claude Sautet (1970) : un peu comme Leinhart plus haut sur un autre Sautet, je reconnais que c'est très bien fichu, je regarde avec plaisir, mais je ne trouve pas le petit surplus d'émotion qu'un film comme cela devrait m'apporter (et que beaucoup y trouvent).

L.A. Confidential, Curtis Hanson (1997 ) : une adaptation de James Ellroy. Souvent c'est le genre de film qui me fatigue, qui me laisse un peu en dehors, type Casino (même si le rythme n'est pas du tout le même). Mais là j'ai quand même bien été embarqué, après un premier quart d'heure un peu flou, par ce trio de flics très différents, chacun avec leur défaut. Hanson arrive vraiment à bien travailler les 3, en y passant finalement pas de temps que ça. Le propos est très critique (souvent sur un ton proche de la satire) que ce soit sur la police de LA, les journalistes, les politiques, la corruption se retrouve partout. Visuellement très réussi, je suis curieux de voir comment il vieillit dans mon esprit et ce qu'il m'en reste d'ici quelques mois.

Avatar de l’utilisateur
Murungaru
Jersey rojo
 
Messages: 6134

Re: Cinéma

Messagepar Dugarry » 23 Sep 2020, 10:55

D'accord avec toi pour Série noire, Dewaere ne surjoue pas du tout, tout est juste dans ce film, surtout l'absurde qui est d'une remarquable simplicité.

Avatar de l’utilisateur
Dugarry
Jersey rojo
 
Messages: 6481
Localisation: Dans le chaudron de potion magique avec Valverdix

Re: Cinéma

Messagepar Mats » 23 Sep 2020, 20:02

Dugarry a écrit:Je viens de voir le film. J'ai été vraiment déçu, je m'attendais à plus ambitieux. Très peu de personnages, sans grande profondeur, on dirait des zombies. Même le rythme n'y était pas. Au final je ne sais pas quel était l'objectif de ce film. :wtf


J'arrive un peu à la fumée des cierges mais j'ai le même avis que toi. Je suis passé complètement à côté de ce "chef-d'œuvre". Aucune émotion pour moi. :louche:

Avatar de l’utilisateur
Mats
Directeur sportif
 
Messages: 6785

Re: Cinéma

Messagepar Serval » 23 Sep 2020, 22:12

Les larmes du soleil sur la chaine l'équipe ...

SI quelqu'un peut m'expliquer le lien avec le sport je suis preneur. Jusqu'ici, cette chaine proposait des films liés au sport mais là ... :moqueur:

Et je suis d'accord pour Série Noire, où l'on voit à quel point Dewaere était exceptionnel, quelle tristesse qu'il ait interrompu sa vie si tôt ...

Avatar de l’utilisateur
Serval
Champion en devenir
 
Messages: 12838
Localisation: Quelque part sur cym 3


3411 messages
Retourner vers Culture générale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : antoine77300, Conta-Loki47, friton01, jojodemarni, Julichbob, Kiberen, Leinhart, Tyson et 4 invités